10/10 12:31

Football - Amnesty international s'est alarmé d'un rachat de Newcastle par un fonds souverain d'Arabie saoudite, où la situation des droits humains "est désastreuse"

Amnesty international s'est alarmé d'un rachat de Newcastle par un fonds souverain d'Arabie saoudite, où la situation des droits humains "est désastreuse", appelant la Premier League à durcir les critères pour pouvoir acquérir un club de football en Angleterre. "Sous Mohammed ben Salmane, la situation des droits humains en Arabie saoudite reste désastreuse - les critiques du gouvernement, les militants des droits des femmes, les militants chiites et les défenseurs humains étant toujours harcelés et emprisonnés, souvent à l'issue de procès manifestement inéquitables", a déclaré le directeur général d'Amnesty UK, Sacha Deshmukh.

"Au lieu de permettre à des personnes impliquées dans de graves violations des droits humains d'entrer dans le football anglais simplement parce qu'elles ont les poches pleines", l'ONG a "exhorté la Premier League à changer ses critères (de sélection) des propriétaires et directeurs" de ses clubs. Une tentative de rachat de Newcastle par les Saoudiens avait déjà échoué à l'été 2020, en raison notamment de la personnalité du prince héritier Mohammed ben Salmane.

Ce dernier a été désigné par des responsables turcs et américains comme étant le commanditaire de l'assassinat en octobre 2018 du journaliste Jamal Khashoggi, tué au consulat saoudien à Istanbul. Désigné, "MBS" a dit plus tard assumer, en tant que dirigeant, la responsabilité du meurtre, niant cependant en avoir eu connaissance avant qu'il ne soit commis. Un deuxième front s'était ouvert quand la chaîne qatarie beIN Sports avait accusé l'Arabie Saoudite d'être derrière BeoutQ, un système de piratage des images sportives.

La décision de l'Arabie saoudite d'autoriser la diffusion de beIN Sports sur son territoire a ouvert la voie au règlement d'un litige de longue date entre les deux pays du Golfe et ravivé le projet de rachat de Newcastle par un consortium composé notamment du fonds d'investissement souverain saoudien, dont l'offre s'élevait à 300 millions de livres (333 millions d'euros), selon les médias britanniques. "Depuis la première fois que cet accord a été évoqué, nous avons dit qu'il représentait une tentative évidente des autorités saoudiennes de faire oublier leur épouvantable bilan en matière de droits humains par le glamour du football de haut niveau", a dénoncé M. Deshmukh. Le consortium comprend également PCP Capital Partners et les frères David and Simon Reuben. Le Fonds saoudien prendrait 80% des parts.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de nicosch
10/octobre/2021 - 15h37 - depuis l'application mobile

Et quand c’est Abramovich, n s’en inquiète?

Portrait de romulus91
10/octobre/2021 - 14h15
Route37 a écrit :

Le Qatar ,c'est mieux ?

+1