20/10 09:41

A l'origine d'une fuite sans précédent de vidéos de viols organisés et de tortures dans les prisons russes, le Bélarusse Sergueï Savelev demande l'asile en France (Attention Vidéo choquante)

A l'origine d'une fuite sans précédent de vidéos de viols organisés et de tortures dans les prisons russes, le Bélarusse Sergueï Savelev demande l'asile en France. Passé par Minsk, Istanbul et Tunis, cet ex-détenu âgé de 31 ans est arrivé dans la nuit du à Roissy. «Il a été autorisé à entrer sur le territoire français pour déposer sa demande d'asile dans les huit jours», a indiqué à l'Agence France-Presse lundi soir son avocate, Me Aude Rimailho.

Début octobre, il a été à l'origine de la publication d'images insoutenables d'un prisonnier subissant un viol et des actes de tortures dans la prison-hôpital de Saratov. Des révélations qui ont fait scandale en Russie. Quatre responsables des services carcéraux régionaux ont été limogés et le porte-parole du Kremlin a été contraint de réagir face à l'horreur.

Les autorités russes ont lancé une enquête après la publication d’une vidéo montrant le viol d’un détenu. Publié sur le compte Telegram de l’ONG Gulagu.net, l’enregistrement de trois minutes montre un homme nu et alité, les mains et les jambes attachées, en train d’être sodomisé par un autre homme à l’aide d’une longue perche.

Un deuxième homme filme la scène, tandis qu’un troisième maintient un tissu sur le visage de la victime pour étouffer ses cris.

Selon Gulagu.net, la scène a été filmée le 18 février 2020 dans une unité médicale pour prisonniers malades de la tuberculose à Saratov, dans le centre de la Russie.

Le directeur de Gulagu.net, Vladimir Ossetchkine, a affirmé avoir reçu plus de 1.000 vidéos, montrant des tortures et tournées dans plusieurs prisons du pays, via un ancien prisonnier, de nationalité bélarusse, ayant été emprisonné à Saratov.

Selon cette source, des détenus y sont maltraités en nombre pour leur arracher des aveux ou les contraindre à collaborer avec les gardiens. Le Kremlin va vérifier « l’authenticité » des imagesD'après ces éléments, nombre de forçats ont été torturés pendant des mois dans des "cellules de pression" de la région d'Irkoutsk, subissant des coups et violences sexuelles infligés par des détenus aux ordres des gardiens.

Roustam et Alexeï étaient parmi les victimes de sévices orchestrés, selon eux et l'ONG spécialisée Gulagu.net, pour leur faire avouer leur implication dans une révolte en avril 2020 dans la colonie N°15 d'Angarsk, non loin du lac Baïkal.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de falko
20/octobre/2021 - 09h59

Encore hereux de vivre en france....ici on ne viole jamais dans les prisons.....

Portrait de vincente2020
20/octobre/2021 - 09h51

pourquoi en France, pourquoi pas ailleurs? l'accueillir ne servirait qu'un message : la France peut accueillir toute la misère , toutes les victimes du monde. En revanche de vraies actions, comme le boycott de la russie par l'ensemble des pays qui condamnent ces ignominies, là il y aurait un véritable impact.