16/09 18:02

Les salaires des enseignants en milieu de carrière ont globalement stagné en France entre 2010 et 2020, et restent nettement inférieurs à la moyenne des 38 pays de l'OCDE, selon un rapport

Les salaires des enseignants en milieu de carrière ont globalement stagné en France entre 2010 et 2020, et restent nettement inférieurs à la moyenne des 38 pays de l'OCDE, pointe le rapport annuel "Regards sur l'éducation". Les salaires des enseignants ayant 15 ans d'expérience ont stagné ou augmenté seulement de 1% entre 2010 et 2020 dans l'élémentaire et le secondaire, contre une hausse de 6 à 7% en moyenne dans les pays de l'OCDE, détaille ce rapport de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques, qui regroupe une quarantaine de pays développés. Un rattrapage s'est cependant effectué à partir de 2015, avec une augmentation de 4 points de pourcentage du salaire statutaire sur la période 2015-2020, faisant suite à une baisse de 3 ou 4 points selon les niveaux entre 2010 et 2015.

"Il y a une légère progression, mais les écarts demeurent toujours importants par rapport à la moyenne des pays de l’OCDE (...) Donc c'est un élément de réflexion", a expliqué Eric Charbonnier, expert éducation à l'OCDE, lors d'une conférence de presse.

L'OCDE indique que la progression salariale est lente en début de carrière et que les enseignants en milieu de carrière sont "particulièrement désavantagés". A la rentrée 2019, le salaire des enseignants de l'élémentaire et du secondaire en France après 10 ou 15 ans d'ancienneté était ainsi au moins 15% inférieur à la moyenne des pays de l'OCDE.

L'écart se réduit cependant en fin de parcours, puisque les salaires français en fin de carrière sont 76% plus élevés qu'au début, contre 66% pour la moyenne de l'OCDE. Pour Eric Charbonnier, au-delà de la question salariale, il faut aussi "avoir une réflexion globale sur le métier d'enseignant", car "le bien-être des enseignants est aussi un élément important".

L'OCDE souligne par ailleurs la nécessité de s'attaquer aux inégalités persistantes dans le système éducatif français, aggravées par la pandémie de Covid-19.

"La pandémie a mis en évidence l’importance de l’équité en éducation, qui manquait déjà dans ce domaine", a indiqué le secrétaire général de l'OCDE Mathias Cormann, tout en saluant "la performance de la France, qui est parvenue à limiter au maximum les interruptions de l'enseignement en présentiel".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de bergil
17/septembre/2021 - 16h28
Mykeou a écrit :

Je suis d'accord pour que les traitements du corps enseignant (le plus gros d'Europe) français soit augmenté. Mais a condition de le ramener au taux horaire comme tout travailleur. On s’apercevrait peut être que chez nous, les enseignants ont le plus gros salaire horaire compte tenu de la présence à l'école. Sans compter les quatre mois de congés payés par an et les avantages annexes leur étant réservés : MAIIF, GMF etc.

Qu'ils bossent autant  que leur collègues allemands (qui ne font pas de politique) ou qu'il fassent un stage dans le bâtiment comme maçon ou charpentier. Ils verront ce que c'est de souffrir au travail 40 heures ou 50 heures par semaine. Ne pas parler des hypothétiques heures de travail de préparation des cours à la maison. 90% des enseignants ressortent chaque années les cours de la précédente et corrigent les copies en classe pendant les interros.

Ce sont les seuls qui ont perçu intégralement (en tant que fonctionnaires) leur salaire pendant ces mois de Covid....Alors.....................

" quatre mois de congés payés " pour 2021 exactement 85 jours ouvrés sur 254 !

Portrait de FierCommeUnVaquer
17/septembre/2021 - 11h56
Mykeou a écrit :

Je suis d'accord pour que les traitements du corps enseignant (le plus gros d'Europe) français soit augmenté. Mais a condition de le ramener au taux horaire comme tout travailleur. On s’apercevrait peut être que chez nous, les enseignants ont le plus gros salaire horaire compte tenu de la présence à l'école. Sans compter les quatre mois de congés payés par an et les avantages annexes leur étant réservés : MAIIF, GMF etc.

Qu'ils bossent autant  que leur collègues allemands (qui ne font pas de politique) ou qu'il fassent un stage dans le bâtiment comme maçon ou charpentier. Ils verront ce que c'est de souffrir au travail 40 heures ou 50 heures par semaine. Ne pas parler des hypothétiques heures de travail de préparation des cours à la maison. 90% des enseignants ressortent chaque années les cours de la précédente et corrigent les copies en classe pendant les interros.

Ce sont les seuls qui ont perçu intégralement (en tant que fonctionnaires) leur salaire pendant ces mois de Covid....Alors.....................

L'analyse a déjà été faite par le passé. (lexpress fr salaires-et-horaires-une-vie-de-prof-a-la-loupe)

Et puis nos fonctionnaires ont l'habitude de rattraper dans les derniers mois de leur activité...

Par contre, on pourrait davantage parler du taux horaire des 2500 "profs de chaire supérieure" nommés directement par le ministère qui touchent 6000€ par mois !

Portrait de Mykeou
17/septembre/2021 - 10h00

Je suis d'accord pour que les traitements du corps enseignant (le plus gros d'Europe) français soit augmenté. Mais a condition de le ramener au taux horaire comme tout travailleur. On s’apercevrait peut être que chez nous, les enseignants ont le plus gros salaire horaire compte tenu de la présence à l'école. Sans compter les quatre mois de congés payés par an et les avantages annexes leur étant réservés : MAIIF, GMF etc.

Qu'ils bossent autant  que leur collègues allemands (qui ne font pas de politique) ou qu'il fassent un stage dans le bâtiment comme maçon ou charpentier. Ils verront ce que c'est de souffrir au travail 40 heures ou 50 heures par semaine. Ne pas parler des hypothétiques heures de travail de préparation des cours à la maison. 90% des enseignants ressortent chaque années les cours de la précédente et corrigent les copies en classe pendant les interros.

Ce sont les seuls qui ont perçu intégralement (en tant que fonctionnaires) leur salaire pendant ces mois de Covid....Alors.....................