18/09 17:31

Surfant sur le succès des séries inspirées de faits divers, TF1 s'attaque au plus emblématique des 40 dernières années : l'assassinat du petit Grégory avec "Une affaire française"

Surfant sur le succès des séries inspirées de faits divers, TF1 s'attaque au plus emblématique des 40 dernières années : l'assassinat du petit Grégory avec "Une affaire française" qui entend retracer "avec empathie" le fiasco médiatico-judiciaire derrière le fait de société. 16 octobre 1984. Grégory Villemin, 4 ans, enlevé du domicile familial, est retrouvé mort, pieds et poings liés, dans la Vologne, une rivière des Vosges. Un crime revendiqué par un corbeau, toujours non élucidé.

C'est sur ce drame, imprimé dans l'imaginaire collectif, que s'ouvre "Une affaire française" (6 X 52 minutes), présentée hors compétition jeudi au festival de la fiction de La Rochelle avant sa diffusion, à partir du 20 septembre, sur TF1. Une fois n'est pas coutume, la série ne figurera pas sur Salto, la plateforme de TF1, M6 et France Télévisions, mais un peu plus tard sur Starzplay en France et d'autres pays européens, en vertu d'un partenariat avec le service américain. Très documentée, elle dépeint, jusqu'au dépaysement de l'affaire à Dijon en 1987, le calvaire des parents de Grégory, Christine (Blandine Bellavoir) et Jean-Marie (Guillaume Gouix), aidés de leur avocat (Gérard Jugnot), la meute de journalistes assoiffés de scoops tels ceux de RTL, Jean-Michel Bezzina (Michaël Youn) et de Paris Match, Jean Ker (Michel Vuillermoz), rejoints par la reporter fictive et bienveillante de France Inter, Jeanne Lombardie (Laurence Arné). Et bien sûr les errements de l'enquête, passée du gendarme Etienne Sesmat (Guillaume de Tonquédec) au commissaire Jacques Corazzi (Thierry Godard), pour le compte du juge Jean-Michel Lambert (Laurent Stocker), qui incriminera à tort la mère du garçonnet. Ce premier volet inaugure une série d'anthologie, dont chaque saison sera consacrée à une grande affaire correspondant "à des bouleversement sociétaux" ayant changé "les rapports entre les Français, leur manière de voir la justice ou de consommer l'information", explique à l'AFP son co-créateur Jérémie Guez ("Sons of Philadelphia"). Un concept qui a séduit TF1 "bien avant" le succès de la série documentaire de Netflix consacrée à l'affaire Grégory en 2019, assure la co-productrice Aimée Buidine à l'AFP.

Les chaînes -- et leurs téléspectateurs -- sont friandes d'adaptations de faits divers, au risque de susciter la polémique et de se voir taxer de "voyeurisme", comme TF1 dernièrement après un téléfilm sur Michel Fourniret. Mais si elle fascine depuis des décennies, l'affaire Grégory, remise à la Une après d'énièmes rebondissements en 2017, n'avait pas inspiré de fiction depuis la mini-série "L'Affaire Villemin", saluée par la critique, en 2006. Inspirée du livre de la journaliste Laurence Lacour, celle-ci a valu à ses diffuseurs, France 3 et Arte, une condamnation pour diffamation envers Bernard Laroche, un temps soupçonné du meurtre de Grégory puis tué par le père de l'enfant, son cousin.

Pour éviter un tel écueil, l'équipe d'"Une affaire française" a sollicité un avocat pour relire les scénarios et "visionner les montages jusqu'au bout", selon Aimée Buidine. Le parti pris ? Ne "pas chercher à dire qui est le coupable" quand la justice ne s'est pas prononcée, en s'appuyant sur "la pléthore de sources" à disposition, ajoute la productrice. Par souci de neutralité, aucun des protagonistes n'a toutefois été consulté, y compris le couple Villemin, qui s'en est récemment ému dans Paris Match par la voix de leur avocate, Marie-Christine Chastant-Morand, celle-ci n'excluant pas de "réagir". "Je comprends parfaitement que des gens qui aient subi" le "pire drame qui puisse arriver" redoutent la série, concède Jérémie Guez, se défendant de vouloir "relancer une polémique qui en fin de compte ne s'est jamais arrêtée". "On rend hommage à leur résilience, à leur humanité et à leur amour" tout en essayant "d'avoir de l'empathie et de l'humanité pour chacun des protagonistes".

Le projet de la série n'est pas non plus "de jeter l'opprobre sur un pan de la justice ou les journalistes", assure-t-il. "Si les Français ne s'étaient pas passionnés pour l'affaire, son traitement aurait été différent", souligne le scénariste, qui entend démontrer la responsabilité collective derrière "le dérèglement de cette enquête et la manière" dont les victimes ont vu "peu à peu leur vie leur échapper".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de gillesdelors7571
19/septembre/2021 - 15h28

faut arreter avec le mystere il s'agit d'un  crime familliale   si le pere  n'avait pas tue bernard laroche qui a participe au crime la justice aurait pu  continuer  son travail je vois au passage que de nombreux français ralent car le dossier n'est pas clos depuis le temps et en meme tempe ils demandent la suppression de la prescription pour les crimes sur enfants   

Portrait de BREIZ Mike
19/septembre/2021 - 10h40

Je pense que ça va cartonner, en tous cas de bons acteurs et actrices !

Portrait de telenaute
19/septembre/2021 - 08h23

Faire de l audience sur le malheur des autres n est pas acceptable , il serait temps de laisser cette famille tranquille une bonne fois pour toute 

Quand on voit encore les evenements violents survenus hier , a Tarbes,  à Fontainebleau et à Lens ou les supporters footeux se sont une nouvelle fois remarques , on a juste envie de rester cloitrer dans sa bulle et de profiter de sa vie seul plutôt que d être mal accompagné dans ce panier de crabes qu'est notre societe 

Portrait de Climato
19/septembre/2021 - 07h09 - depuis l'application mobile

ils vont encore en parler en 2050 de cette affaire ?

Portrait de Petoulet
19/septembre/2021 - 02h05
lxa75 a écrit :

Je préfère mille fois voir ou revoir Blandine Bellavoir dans les petits meurtres que dans ce genre de drame dont on ne connait pas grand chose en fin de compte 

Bien d'accord,elle va à la soupe,point barre et ce n'est pas à son honneur !

Sinon tous ces TV films basés sur des faits divers le plus sordide possible ne sont que de la merde produits et diffusés par des charognards cupides en manque de notoriété.

Evidemment,ils ne demandent ni leurs avis,ni leurs accords aux intéressés qu'ils méprisent et dont ils se contrefoutent.

Le but comme dans la TV réalité étant de solliciter ce qu'il y a de plus abject dans la nature humaine. A savoir le voyeurisme,le goût du sang  et la jouissance du malheur d'autrui,réduit à un spectacle style jeux du cirque.

Le pire étant que ces ordures hypocrites se justifient  en avançant qu'ils font ça pour faire avancer la société ! Des bienfaiteurs de l'humanité quoi !

Perso,ça me donne la gerbe,même si je ne suis pas étonné vu la société décadente dans laquelle on vit.

Portrait de Degemermat
19/septembre/2021 - 00h41
lxa75 a écrit :

Je préfère mille fois voir ou revoir Blandine Bellavoir dans les petits meurtres que dans ce genre de drame dont on ne connait pas grand chose en fin de compte 

Donc la série n'est pas encore passée mais tu préfères l'autre...Ok

Et "On ne connait pas grand chose", parle pour toi stp. 

 

Portrait de Marine-One
18/septembre/2021 - 19h16
lxa75 a écrit :

Je préfère mille fois voir ou revoir Blandine Bellavoir dans les petits meurtres que dans ce genre de drame dont on ne connait pas grand chose en fin de compte 

Idem

C'est malsain en plus ! Les parents du môme devraient être respectés! Ils en ont assez bavé  à cause des journalistes en quête de scoop et sans scrupules. Spécialement celui qui a poussé le flic à accuser la maman. Flic qui s'étonnait de voir une femme désirable(ce sont ces termes),et çà lui paraissait très bizarre!Il a été en dessous de tout!

Portrait de lxa75
18/septembre/2021 - 18h37

Je préfère mille fois voir ou revoir Blandine Bellavoir dans les petits meurtres que dans ce genre de drame dont on ne connait pas grand chose en fin de compte