09/08 16:55

Prêtre assassiné en Véndée - Après la passe d'armes entre Marine Le Pen et Gérald Darmanin, les réactions se multiplient surtout à droite pour dénoncer l'horreur du geste

Après l'annonce, ce lundi 9 août, de l'assassinat d'un prêtre à Saint-Laurent-sur-Sèvre, en Vendée, la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, a fustigé sur Twitter l'action de Gérald Darmanin, suscitant une réponse indignée du ministre de l'Intérieur. «Ce qui se passe dans notre pays est d'une gravité sans précédent : c'est la faillite complète de l'Etat et de Gérald Darmanin», a commenté la dirigeante du parti d'extrême droite, après avoir détaillé le profil du suspect du crime. L'auteur de l'assassinat serait l'homme d'origine rwandaise qui avait incendié la cathédrale de Nantes (Loire-Atlantique) en 2020. Il s'est dénoncé ce matin à la gendarmerie.

Face à ce constat, Marine Le Pen a ainsi jugé, qu'«en France, on peut donc être clandestin, incendier la cathédrale de Nantes, ne jamais être expulsé, et récidiver en assassinant un prêtre». Une sortie de la candidate déclarée à la présidentielle 2022 qui, à peine vingt minutes plus tard, lui a valu une réponse indignée du patron de la place Beauvau. T

oujours sur Twitter, Gérald Darmanin a en effet condamné une «indignité», accusant Marine Le Pen de créer une «polémique sans connaître les faits», plutôt que de «dire sa compassion aux catholiques qui ont accueilli ce meurtrier».

«Cet étranger n'était pas expulsable malgré son arrêté d'expulsion tant que son contrôle judiciaire n'était pas levé», s'est en outre justifié Gérald Darmanin.

Reste qu'en dehors de Marine Le Pen, les réactions politiques se sont enchaînées sur les réseaux sociaux, surtout à droite. Xavier Bertrand, l'ex-LR président de la région Hauts-de-France et candidat à la présidentielle, a notamment fait part de son «effroi» après ce drame «qui frappe au cœur les catholiques à quelques jours de l’Assomption et l’ensemble de la communauté nationale unie face à cette épreuve».

Bruno Retailleau, président Les Républicains au Sénat, a de son côté partagé sur Twitter une photo du prêtre assassiné, âgé de 60 ans. «Sa mort, écrit-il, témoigne de la bonté de ce prêtre que je connaissais bien et dont j'avais pu apprécier la profondeur de la foi».

Avant ce drame, la dernière attaque mortelle visant directement un membre de l'église catholique s'était produite le 29 octobre 2020, à Nice, où un migrant tunisien de 22 ans avait assassiné au couteau deux fidèles et le sacristain de la basilique Notre-Dame-de-l'Assomption.

En juillet 2016, le meurtre du père Hammel, égorgé en son église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) par deux terroristes islamistes, avait également bouleversé le pays. L'un des deux assaillants était par ailleurs porteur d'un bracelet électronique, sans que cela n'ait empêché le passage à l'acte.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de FierCommeUnVaquer
10/août/2021 - 14h15
LOL a écrit :

je préfère entendre des associations se plaindre que d'avoir un prêtre mort ou une cathédrale brûlée... Ceci dit en effet en démocratie un tel dysfonctionnement nécessite de changer la loi.

Malheureusement cela passe par l'acceptation que c'est un dysfonctionnement du système ce qui ne semble pas être le cas pour le moment vu le replie défensif de Darmanin...

Hélas, une fois de plus, l'outrance de MLP fait qu'on focalise sur ses dires plutôt que sur le fond... A-t-elle déposé une proposition de loi au bureau de l'assemblée ? Il est une chose de jouer les scandalisées, il en est une autre de faire vraiment changer les choses...

Portrait de RED2510
10/août/2021 - 10h08
LOL a écrit :

«Cet étranger n'était pas expulsable malgré son arrêté d'expulsion tant que son contrôle judiciaire n'était pas levé», s'est en outre justifié Gérald Darmanin...

Darmanin se contente donc de ce constat? c'est normal donc?

Qu'on retrouve les responsables politiques qui ont voté cette loi et qu'on leur mette le nez dedans! Lamentable et encore plus lamentable cette justification de notre ministre!

Qu'auraient dit les associations défenseurs des migrants si le ministre n'avait pas fait respecter la loi....

Alors dans ce cas, soit on change la loi sur les procédures d'expulsion soit on applique l'existante.

 

Portrait de Partisane266
9/août/2021 - 17h10

Politiser un meurtre dans un but électoral