24/11/2010 14:56

Le New York Times a cité par erreur un faux chef taliban

Le New York Times rapporte qu'un homme qu'il avait présenté comme un "dirigeant taliban" engagé dans des "pourparlers de paix secrets" avec le gouvernement afghan était un imposteur.

Selon le journal, l'homme en question a pris part à trois rencontres avec des représentants de l'Otan et du gouvernement, mais des responsables américains ont confirmé lundi qu'ils avaient "perdu tout espoir" d'avoir affaire au dirigeant identifié comme le mollah Akhtar Muhammad Mansour.

"Le faux dirigeant taliban a même rencontré le président Hamid Karzaï après avoir été acheminé à Kaboul par un avion de l'Otan et conduit au palais présidentiel", selon des responsables cités par le Times.

Le 20 octobre, le journal citait une source non identifiée selon laquelle les négociations visant à mettre fin à la guerre comprenaient "des discussions approfondies en tête à tête avec des commandants taliban".

Une série d'informations de presse américaines et européennes, souvent dénuées de source ou issues de sources peu sûres, ont fait penser le mois dernier que des pourparlers de haut niveau sous l'égide de l'Otan avaient eu lieu entre le gouvernement afghan et des chefs taliban.

Toutefois, de hauts responsables afghans, américains et de l'Otan ont indiqué depuis que ces "pourparlers" n'étaient guère plus que des contacts préliminaires engagés entre les deux parties depuis deux ans.

Le ministre afghan chargé de la réintégration d'insurgés islamistes, Mohammad Masoom Stanekzai, a déclaré le mois dernier à Reuters que ces discussions visaient à mettre en place des réseaux de contacts et qu'elles étaient encore loin de l'amorce d'un cessez-le-feu. Le New York Times indique mardi que les entretiens avec l'homme qu'il prenait pour Mansour "semblent avoir donné peu de résultats".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions