09/07 11:17

Accusée de harcèlement, la sénatrice Esther Benbassa présente ses excuses et annonce qu'elle se met en retrait du groupe écologiste Europe Ecologie-Les-Verts - Vidéo

La sénatrice Europe Ecologie-Les-Verts (EELV) Esther Benbassa, est accusée de harcèlement par des collaborateurs cités dans une enquête de Mediapart. Une affaire qui a poussé son groupe au Sénat à se réunir dans la soirée. L’élue dénonce « une enquête à charge » et présente « ses excuses » aux personnes qu’elle a « pu blesser ». 

Dans son enquête, le média en ligne rapporte les témoignages de huit anciens collaborateurs et six anciens étudiants que l’élue employait à l’Ecole pratique des hautes études. Tous évoquent un climat de « terreur » instauré par la sénatrice, fait de pressions, de chantage à l’emploi et d’humiliations systématiques, souvent à l’occasion d’e-mails, individuels ou collectifs, et de SMS consultés et retranscrits en partie par Mediapart.

« Il y a du ressenti, je le respecte, mais cet article est à charge », a déclaré Esther Benbassa à l’Agence France-Presse. Une ancienne collaboratrice l’accuse en particulier d’avoir tenté de lui faire reporter une opération médicale importante aux poumons sous prétexte d’un agenda politique chargé au moment de la réforme des retraites, en 2020.

Un autre lui reproche d’avoir fait pression pour qu’il vienne travailler au cabinet en plein confinement et alors même que les règles du Sénat spécifiaient que la présence sur place ne devait être qu’exceptionnelle.

Conséquence de cette gestion, le turnover parmi les collaborateurs a été très important, puisque plus de dix-huit assistants parlementaires ont été employés en deux mandats, décompte Mediapart.

« J’ai pu moi-même commettre des erreurs, sans parfois m’en rendre compte. On me dit humaine, voire chaleureuse, mais je sais qu’il m’arrive aussi d’être directe. Je ne suis pas à l’abri de mouvements d’humeur », confesse la sénatrice dans un communiqué publié jeudi soir. « Mais, si je suis exigeante, je suis également soucieuse de valoriser le travail et les efforts de mes collaborateurs et collaboratrices », ajoute-t-elle, présentant ses « excuses » à « ceux et à celles qu’elle avait pu blesser ». Elle conteste « avoir sciemment et délibérément choisi de mettre la santé de ses salarié.e.s en danger ».

" width="100%" height="100%" allowfullscreen="" allow="autoplay">

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de mikapat
10/juillet/2021 - 13h05

C’est quand même assez pollué chez les écolos faudrait aérer tout ça et passer au vert. . . . Non sérieusement, elle ose dire qu’elle ne s’est pas rendue compte à quel point elle  a été odieuse ? C’est pas bon signe se manque de remise en question pour ses futurs collaborateurs.

Portrait de YVESM
9/juillet/2021 - 17h52

Elles faisaient partie des « femmes biens » qui tabassaient symboliquement quelqu’un déguisé en Macron de carnaval. En fait, elle est du genre : « pas vu, pas pris ».

Portrait de geneva
9/juillet/2021 - 16h21

Imaginez si c'était Zemmour !!!! MDR 

Portrait de bergil
9/juillet/2021 - 16h16

Madame présente ses excuses et se met en "retrait " jusqu'en septembre : facile !

Non c'est une démission que l'on attend

Portrait de KERCLAUDE
9/juillet/2021 - 13h51

Une nouvelle élue écolo qui fait la une cela devient une habitude......

Portrait de poulpeg
9/juillet/2021 - 13h49

Tant mieux on la verra moins sur les plateaux télé et les autres invité pourront peut etre enfin en placer une... insupportable cette femme...

Portrait de ΙΧΘΥΣ
9/juillet/2021 - 13h19

Il doit être content Piolle, qui s’auto-flagellait en sa présence il y a quelques jours.

« J’assume d’être déconstruit, reconstruit, rééduqué même.....blablabla... », le tout sous le regard de cette tortionnaire. 

Un grand moment encore. On se demandait à quel moment il allait se frapper en public pour exprimer son repentir.

Des vrais cinglés.

Portrait de Paflebasilien
9/juillet/2021 - 12h02

Si elle pouvait se mettre en retrait de tout ..

Portrait de Jse
9/juillet/2021 - 11h28

Madame il faut respecter autrui !!!!!