07/07 11:35

L'Assurance maladie va pouvoir transmettre aux médecins traitants les noms de leurs patients non vaccinés contre le Covid-19

L'Assurance maladie va pouvoir transmettre aux médecins traitants les noms de leurs patients non vaccinés contre le Covid-19, selon un avis de la Cnil rendu public mercredi. Le gendarme des données personnelles, qui rappelle qu’il n’est « en principe [...] pas favorable » à une telle mesure, soutient que le contexte sanitaire peut justifier l’envoi de manière sécurisée de la liste aux médecins traitants, « mais uniquement s’ils en font la demande ». La Cnil demande par ailleurs que les médecins soient obligés de détruire la liste à l’issue de la campagne de sensibilisation.

La Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) devrait elle aussi être autorisée à contacter les personnes non-vaccinées, mais la Commission lui demande de le faire en priorité auprès de celles qui n’ont pas de médecin traitant, afin d’éviter « les sollicitations excessives ». Les actions auprès des personnes non-vaccinées ne devront également pas avoir pour objectif d’« essayer les convaincre », mais seulement les informer et de les sensibiliser, précise la Cnil, soit un équilibre subtil à trouver.

Réclamé par les syndicats et promis par le gouvernement, l’envoi aux médecins libéraux de la liste de leurs patients non vaccinés contre le Covid-19 s’est heurté à des réticences de la Cnil, dont le feu vert s’est fait attendre. « Avec l’avis de la Cnil [...] nous allons pouvoir adresser la liste des patients non vaccinés aux médecins traitants en lien avec l’évolution du cadre réglementaire. Nous allons aussi renforcer le partenariat avec les pharmaciens, qui sont un vrai relais de contact par exemple auprès des diabétiques ou des hypertendus », a déclaré dans Les Echos Thomas Fatôme, directeur général de l’Assurance maladie.

En outre, pour promouvoir la vaccination contre le Covid-19, « désormais, tout contact physique ou téléphonique avec l’Assurance maladie se termine avec une interrogation très ouverte pour accompagner ceux qui le souhaitent et proposer un créneau de vaccination », précise-t-il. « Nous sommes en lien avec d’autres caisses de Sécurité sociale, comme la CAF et l’Assurance vieillesse, pour diffuser cette pratique ».

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de KEYZER
7/juillet/2021 - 16h51
sibel430 a écrit :

Macron ou la dictature en marche . Aux oubliettes le code de Nuremberg . Ces vaccins expérimentaux ne sont que des menottes . Pas besoin d'aller chercher des pestes à l'extrême gauche ou à l'extrême droite, la pire menace haut dessus de nos têtes est déjà là . Comme la vaccination en réalité est en baisse dans le monde, ils cherchent à monter les gens les uns contre les autres, à faire croire aux vaccinés que si le retour à la normale n'est pas possible, c'est à cause des non vaccinés . Ils passent donc à la stratégie d'intimidation mais on sait bien qu'en acceptant ces vaccins expérimentaux ce n'est qu'un pas de plus vers la gouvernance mondiale et la privation de toutes nos libertés . Imaginez qu'on assisterait à la fin de la pandémie et un retour à la normale une fois qu'on serait tous vaccinés est une ineptie totale . Réveillez vous enfin bande de cobayes !

"Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. Cela veut dire que la personne concernée doit avoir la capacité légale de consentir ; qu’elle doit être placée en situation d’exercer un libre pouvoir de choix, sans intervention de quelque élément de force, de fraude, de contrainte, de supercherie, de duperie ou d’autres formes sournoises de contrainte ou de coercition ; et qu’elle doit avoir une connaissance et une compréhension suffisantes de ce que cela implique, de façon à lui permettre de prendre une décision éclairée. Ce dernier point demande que, avant d’accepter une décision positive par le sujet d’expérience, il lui soit fait connaître : la nature, la durée, et le but de l’expérience ; les méthodes et moyens par lesquels elle sera conduite ; tous les désagréments et risques qui peuvent être raisonnablement envisagés ; et les conséquences pour sa santé ou sa personne, qui pourraient possiblement advenir du fait de sa participation à l’expérience. L’obligation et la responsabilité d’apprécier la qualité du consentement incombent à chaque personne qui prend l’initiative de, dirige ou travaille à l’expérience. Il s’agit d’une obligation et d’une responsabilité personnelles qui ne peuvent pas être déléguées impunément "

Il n'y a rien à jeter, très bon résumé 

Portrait de Herbert Vasseur
7/juillet/2021 - 13h37
RenéCharles a écrit :

On les reconnait ceux qui ne sont pas vaccinés. Ils rasent les murs derrière leur masque quand ils croisent quelqu'un dans la rue. Ou bien ils demandent de s'éloigner d'eux lorsqu'ils font la queue chez le marchand.

Imparable.

Je suis pas vacciner et je porte le masque sous le nez ou sous la bouche dans les magasins, pas peur du couillonacircus !

Portrait de stefe95
7/juillet/2021 - 12h23
KEYZER a écrit :

Ayet, le début de la délation commence...smiley

"délation" smiley Mon médecin m'a demandé hier si je m'étais faite vacciner, et je lui ai répondu non... ça ne m'a en rien posé de problème et à lui non plus !!

Portrait de KEYZER
7/juillet/2021 - 12h14

Ayet, le début de la délation commence...smiley