09/06 14:00

EXCLU - Victime de cyber-harcèlement, l’avocate Laure-Alice Bouvier témoigne dans "Morandini Live": "Je suis menacée de mort, d’égorgement, de jet d’acide" - VIDEO

Ce matin, maître Laure-Alice Bouvier était l'invitée de Jean-Marc Morandini dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People. L'avocate au barreau de Paris défend huit victimes dans un dossier de cyber-harcèlement. Elle a elle-même été victime de cyber-harcèlement.

"J'ai subi une intimidation particulièrement violente sur les réseaux sociaux pendant plus de deux ans. Ça se poursuit encore aujourd'hui. Dans l'affaire que je défends, il s'agit d'un Youtubeur qui a organisé un raid numérique dans le cadre d'un harcèlement. Nous avons obtenu une première décision contre ce Youtubeur. Il y a aujourd'hui un appel. Pour autant, nous avons obtenu une décision historique puisqu'elle donne beaucoup d'espoir aux victimes de cyber-harcèlement. Ce Youtubeur a été condamné à un an de prison ferme avec mandat de dépôt et un an de sursis probatoire", a-t-elle débuté en exclusivité.

Menaces de mort, d'égorgement, de jet d'acide, de balle dans la tête... L'avocate a reçu des milliers de messages de menaces. "D'un coup, on reçoit des milliers de messages sur son portable. On n'ose pas en parler à ses proches parce qu'on se dit qu'on va passer pour celui qui en fait trop pour pas grand chose", a-t-elle précisé. Et d'ajouter : "La vie change forcément parce qu'on reçoit une telle violence alors qu'on est dans un cadre personnel. Je ne suis pas la seule. Ça peut arriver à n'importe qui (...) Si ce combat était à refaire, je le referais".

"J'ai déposé plainte contre tous les auteurs de ces menaces. L'accumulation, c'est ça qui fait qu'on craque. Moi, je n'ai pas craqué parce que je sais que c'est un combat qu'il faut mener, qu'il faut en parler. Il y a beaucoup de victimes qui craquent ; de mon côté, je ne peux pas me le permettre parce que je défends des victimes de cyber-harcèlement. Si je craque, je ne pourrais pas bien faire mon travail", a-t-elle continué.

Ailleurs sur le web

Vos réactions