04/06 17:01

Panne des services de secours: La polémique sur le "numéro unique" relancée - Les hospitaliers dénoncent une "récupération politique"

La panne qui a gravement perturbé les numéros d'urgence mercredi soir a relancé la polémique entre les pompiers, qui y voient un argument en faveur du 112 comme numéro unique pour les appels d'urgence, et les hospitaliers qui dénoncent une "récupération politique".

Une panne d'Orange remet les rouges et les blancs à cran. La Fédération nationale des sapeurs pompiers de France (FNSPF) a en effet estimé dans un communiqué que l'incident "montre une nouvelle fois le besoin de modernisation sur le plan infrastructurel comme organisationnel".

"Avec plus de 18 millions d'appels reçus par les sapeurs-pompiers en France chaque année et une intervention toutes les 6,5 secondes, cette panne a éprouvé le système d'alerte français", poursuit la FNSPF.

"Notre résilience passe par une rénovation majeure de notre système d'alerte (...) qui pourrait enfin voir le jour si le Parlement comprend qu'il faut dorénavant éviter de mettre l'urgent comme le non-urgent dans le même tuyau", insistent les pompiers, résumant leur message: "Oui au 112 pour l'urgence".

"Stop à la récupération politique", a répliqué la Fédération hospitalière de France (FHF), pour qui la sortie des pompiers "choque au regard de son absence de rapport avec les faits intervenus hier".

La fédération des hôpitaux publics "s'oppose à l'idée d'une fusion de tous les numéros d'appel", qu'elle juge "simpliste", mais propose "deux numéros distincts", le 112 pour police-secours et le 113 pour les urgences médicales.

Le sujet a justement été débattu fin mai à l'Assemblée nationale, qui a adopté la semaine dernière en première lecture une proposition de loi visant notamment à instaurer un numéro unique dédié aux appels d'urgence, le 112, sur le modèle du "911" américain.

Trois modalités seront testées: un rapprochement de "l'ensemble des services" (numéro 15, 17 et 18), un rassemblement sans "police-secours" (15 et 18), ou un simple "regroupement" du Samu et des médecins de garde en lien avec les autres services d'urgence (15 et permanence des soins).

Ce texte consensuel, qui entend consolider le modèle de sécurité civile français reposant largement sur les sapeurs pompiers volontaires (soit 80% des 250.000 pompiers), est désormais attendu au Sénat.

La panne d'un équipement chargé d'acheminer les appels a entravé massivement l'accès aux numéros d'urgence (15/17/18/112) et aux lignes fixes mercredi après-midi jusqu'à minuit, rendant de nombreux services de secours difficiles à joindre par le public à travers la France.

Elle pourrait avoir causé la mort d'au moins trois personnes, a indiqué le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui a fustigé des "dysfonctionnements graves et inacceptables". Le PDG d'Orange Stéphane Richard, convoqué à Beauvau, a présenté sur Twitter "ses plus vives excuses".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de air libre
5/juin/2021 - 08h43

le 15 gère déjà plusieurs départements au sein d'une même région, si on veut regrouper l'ensemble des numéros d'appel d'urgence cela va devenir une vraie usine a gaz, on ferrait mieux de "déconnecter" le 112 du système de manière a avoir une alternative en cas de panne des autres numéros.

Portrait de YVESM
4/juin/2021 - 20h38

Quelle triste coïncidence.