02/06 13:03

Le gouverneur républicain de la Floride, Ron DeSantis, signe une loi interdisant aux femmes et aux filles transgenres de participer à des compétitions féminines sportives dans des établissements publics

Le gouverneur républicain de la Floride, Ron DeSantis, a signé une loi interdisant aux femmes et aux filles transgenres de participer à des compétitions féminines sportives dans des établissements publics.

"Nous pensons qu'il est essentiel de préserver l'intégrité de ces compétitions", a déclaré M. DeSantis en signant la nouvelle loi, au moment où débute aux Etats-Unis le "mois des fiertés", qui célèbre chaque année les droits des personnes homosexuelles, lesbiennes, bisexuelles et transgenres (LGBTQ).

"En Floride, les filles vont pratiquer des sports de filles, et les garçons des sports de garçons", a-t-il assuré. "Nous allons nous baser sur la biologie et non pas sur l'idéologie quand il s'agit de faire du sport."

La mesure, qui entrera en vigueur le 1er juillet, impose aux filles et aux jeunes femmes d'indiquer leur sexe biologique, à l'aide de leur certificat de naissance, pour s'inscrire dans une équipe.

"Effroyable", a réagi sur Twitter l'élu démocrate local Carlos Smith, qui se revendique homosexuel et latino.

"Cela nourrit la transphobie et met en danger des enfants vulnérables sans raison", a-t-il ajouté.

"Les enfants transgenres sont des enfants; les filles transgenres sont des filles. Comme tous les enfants, elles méritent l'opportunité de faire du sport avec leurs amis et de faire partie d'une équipe", a commenté Alphonso David, président de l'association de défense des droits des personnes LGBTQ The Human Rights Campaign.

L'organisation a fait part de son intention de contester l'adoption de cette loi devant les tribunaux.

La Floride devient le dernier Etat en date à prendre ce type de mesures, des textes comparables ayant été introduits ces derniers mois dans une vingtaine d'Etats républicains.

En parallèle, plusieurs Etats conservateurs, comme l'Arkansas, ont pris des mesures pour priver les mineurs transgenres des traitements hormonaux nécessaires à leur transition.

Le président américain Joe Biden s'est positionné sur le sujet, promulguant au premier jour de son mandat un décret visant à "prévenir et combattre les discriminations sur la base de l'identité de genre ou l'orientation sexuelle".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de hummerH2
2/juin/2021 - 17h39
stbx00 a écrit :

Je n'ai absolument rien contre les personnes transgenres et si c'est leur souhait il me semble important de les aider le mieux possible à changer de sexe.

Cependant, en matière de sport de compétition ça me pose un problème. Ou sera l'équité lorsqu'on aura une équipe de rugby féminine intégralement composée d'anciens hommes ?

Comment ça va se passer lorsque le 350ème mondial de tennis homme va devenir le n°1 mondial chez les femmes ? (le cas c'est présenter avec Renée Richard, joueur amateur masculin devenu professionnel chez les femmes...). 

Entièrement d'accord avec vous.

Vous avez fort bien résumé la situation.

Portrait de Yanik65
2/juin/2021 - 15h52

Evidemment qu'il a raison ... Ce monde devient (est) fou. Toutes les épreuves de force, vitesse, seront inégales.

Portrait de Steyr
2/juin/2021 - 14h22
stbx00 a écrit :

Je n'ai absolument rien contre les personnes transgenres et si c'est leur souhait il me semble important de les aider le mieux possible à changer de sexe.

Cependant, en matière de sport de compétition ça me pose un problème. Ou sera l'équité lorsqu'on aura une équipe de rugby féminine intégralement composée d'anciens hommes ?

Comment ça va se passer lorsque le 350ème mondial de tennis homme va devenir le n°1 mondial chez les femmes ? (le cas c'est présenter avec Renée Richard, joueur amateur masculin devenu professionnel chez les femmes...). 

Entièrement d'accord. 

Sans oublier que l'ex URSS et RDA jouaient à ce jeux là dans plusieurs disciplines aux J.O.

Portrait de stbx00
2/juin/2021 - 14h08

Je n'ai absolument rien contre les personnes transgenres et si c'est leur souhait il me semble important de les aider le mieux possible à changer de sexe.

Cependant, en matière de sport de compétition ça me pose un problème. Ou sera l'équité lorsqu'on aura une équipe de rugby féminine intégralement composée d'anciens hommes ?

Comment ça va se passer lorsque le 350ème mondial de tennis homme va devenir le n°1 mondial chez les femmes ? (le cas c'est présenter avec Renée Richard, joueur amateur masculin devenu professionnel chez les femmes...). 

Portrait de Rustik
2/juin/2021 - 13h53 - depuis l'application mobile

Il a raison surtout, si c'est pour avoir des compétitions féminines avec des "femmes" surcheatées par rapport aux femmes normales, c'est pas juste

Portrait de kylun2004
2/juin/2021 - 13h39

mais enfin, c'est n'importe quoi :o