30/05 21:37

Fugitif en Dordogne - Le Préfet : "La traque se poursuit. Cela peut durer encore de nombreuses heures et nous souhaitons l'interpeller sain et sauf" - L'homme a déjà été condamné 4 fois pour violences conjugales

21h36: CE QUE L'ON SAIT CE SOIR

Les forces de l'ordre s'apprêtaient dimanche soir à traquer toute la nuit un ancien militaire retranché depuis l'aube dans une forêt de Dordogne après avoir tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales au Lardin-Saint-Lazare, un village à une trentaine de kilomètres de Sarlat.

"Le travail de ratissage de l'ensemble du périmètre va être long et minutieux... Cela peut durer encore de nombreuses heures", a affirmé dans la soirée à la presse le préfet de Dordogne Frédéric Périssat.

Depuis le tout début de la matinée, les GIGN de Toulouse et de Satory, en région parisienne, et plus de 300 gendarmes ainsi que des équipes cynophiles, appuyés par sept engins blindés et sept hélicoptères, tentent de débusquer cet homme de 29 ans, réfugié dans une zone escarpée, pierreuse et boisée, difficile d'accès, de quelque 4 km2.

Le drame avait commencé dans la nuit de samedi à dimanche, selon la gendarmerie: vers minuit, cet homme déjà condamné quatre fois pour des violences conjugales sur son ex-compagne, mère de ses trois enfants, se présente au domicile de cette dernière et commet des violences sur son nouveau compagnon.

Quand les gendarmes se présentent, alertés par les voisins, l'ancien militaire ouvre le feu sur leurs véhicules, puis s'échappe.

Son ex-compagne et ses trois enfants sont indemnes, récupérés par la gendarmerie et placés en sécurité.

Selon des sources proches de l'enquête, le suspect est un ancien militaire qui a été dans l'armée de 2011 à 2016, et a appartenu au régiment d’infanterie de Brive. Selon la procureure, il est né en région parisienne mais est arrivé en Dordogne à l'âge de sept ans.

"Il dispose d'une arme de grande chasse, une arme puissante et qui est effectivement une arme dangereuse", a précisé à la presse le général André Pétillot, commandant de la région de gendarmerie de Nouvelle Aquitaine. Selon une source proche du dossier, il s'agit d'une Winchester de calibre 30-30 qui sert notamment à la chasse au sanglier.

Il "avait interdiction de détenir des armes" et "l'arme qu'il a utilisée cette nuit et qu'il utilise actuellement, vraisemblablement, est une arme qui a été obtenue illégalement", a affirmé la procureure de Périgueux Solène Belaouar, qui a détaillé les quatre condamnations du suspect pour violences sur son ex-compagne de 2015 à 2021.

"Le but c'est de l'interpeller en vie... Si nous avions voulu le neutraliser, ce serait déjà fait", a expliqué le général Pétillot.

"Nous mettons tout en oeuvre pour qu'il se rende mais en même temps nous voulons éviter un drame dans nos rangs", a-t-il ajouté. L'homme souhaite-t-il mourir les armes à la main ? "c'est clairement ce qu'il nous a indiqué ce matin. Maintenant la journée est passée, la pression a pu redescendre un petit peu", a dit le général.

Il a rappelé que le bracelet électronique porté par le suspect était seulement destiné à l'empêcher d'accéder à un périmètre, celui de la résidence de son ex compagne, mais qu'il "n'est pas un outil de géolocalisation".

Les forces de gendarmerie, a-t-il dit, ont eu des contacts téléphonique dans la matinée, mais rien depuis.

Dans la zone "le contact a été établi à plusieurs reprises de manière sporadique mais cela s'est ensuivi de coups de feu de l'individu. Chaque fois qu'il y a eu contact il a ouvert le feu", avait détaillé dans l'après-midi le préfet de Dordogne. Il a tiré sur les militaires (et) les engins blindés", a précisé le général Pétillot.

Dès l'aube, le préfet avait demandé aux habitants de ce village de près de 1.800 habitants de rester chez eux, tandis que les commerces n'ont pas levé le rideau en ce dimanche de Fête des mères.

Cet état de siège devrait se poursuivre lundi matin, selon le préfet qui a dit avoir demandé à ce que l'école du Lardin-Saint-Lazare reste fermée, les transports scolaires interrompus tandis qu'un système de distribution de repas pour les personnes âgées était organisé.

Les forces de l'ordre procèdent avec prudence alors qu'il y a quelques mois, en décembre dernier, une affaire comparable avait tourné au drame dans le Puy-de-Dôme: un homme avait abattu trois gendarmes et gravement blessé un quatrième, intervenus pour porter secours à sa compagne, victime de violences conjugales.

18h39 : La Procureure prend la parole : Cet homme a 29 ans et il est né en région parisienne et a fait sa vie en Dordogne. Il a été condamné 4 fois pour "violences sur sa conjoint" en 2015, puis en 2017 avec du sursis, puis fin 2017 il est à nouveau condamné à un an avec mandat de dépôt par comparution immédiate. Puis le 19 février 2020, il est jugé à nouveau pour des violences sur conjoint avec 16 mois d'emprisonnement dont 8 mois fermes sans mandat de dépôt et l'a purgé avec un bracelet électronique avec un certain nombre de garanties. Depuis le 3 mai 2021, il n'avait pas fait parler de lui.

18h29: Le Préfet annonce que la traque se poursuit après 15h : "Cela peut durer encore de nombreuses heures et nous souhaitons l'interpeller sain et sauf. Nous progressons dans la zone avec des véhicules blindés et il a tiré dessus en fin de matinée. Nous aurions pu le neutraliser mais nous avons choisi de tenter de l'interpeller en vie. Le bracelet électronique n'est pas un élément de géolocalisation mais un élément qui permet surtout de déclencher des alertes. La zone de recherche est d'environ 4 km2.  L'école de la ville va rester fermée et les transports scolaires supprimés alors que la population doit restée confinée."

15h52: L'homme recherché est un ancien militaire, comme l'a confirmé le préfet de Dordogne, Frédéric Périssat, sur franceinfo. Agé de 29 ans, il a servi au sein du 126e régiment d'infanterie de Brive de 2011 à 2016, selon les informations de France Bleu Périgord. Connu de la justice, ce père de famille a été condamné plusieurs fois pour violences intrafamiliales, a déclaré la procureure de la République de Périgueux, Solène Belaouar. L'homme était récemment sorti de prison et portait un bracelet électronique, a précisé la maire du village, Francine Bourra. Une information dont France Télévisions a obtenu confirmation. "Il avait l'interdiction de revenir sur la résidence de son ancienne compagne", a précisé le préfet de Dordogne sur franceinfo. "C'est un homme dangereux", a insisté la maire du Lardin-Saint-Lazare. Le Parisien affirme que le suspect est inscrit au fichier national des personnes interdites d'acquisition et de détention d'armes (Finiada).

12h16 : Le point complet sur la situation - Une chasse à l'homme était engagée dimanche matin en Dordogne pour retrouver un ancien militaire lourdement armé, recherché après avoir tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales au Lardin-Saint-Lazare un village à une trentaine de km de Sarlat.

Selon la gendarmerie, le GIGN de Toulouse est en intervention sur les lieux, deux hélicoptères et 210 gendarmes sont engagés. Deux négociateurs sont sur place. "C'est un ancien militaire qui est armé, qui se déplace rapidement, qui fait usage de son arme", a précisé le préfet de Dordogne, Frédéric Périssat, sur BFMTV.

"La manoeuvre conduite (avec les gendarmes) est bien de figer la situation pour pouvoir après l'interpeller et bien sûr éviter tout drame humain", a-t-il poursuivi. " "Au-delà des militaires du groupement de gendarmerie départementale, il a été fait appel à un escadron de gendarmerie mobile en proximité du département de la Corrèze. D'autres renforts viennent", notamment du GIGN depuis Toulouse et depuis Paris, a-t-il ajouté.

"Vers minuit, l'homme, âgé d'une trentaine d'années, ex-concubin d'une jeune femme, se présente à son domicile où il exerce des violences sur le nouvel ami de cette dernière", a indiqué la gendarmerie à l'AFP.

"La victime qui s'enfuit est ensuite prise pour cible par arme à feu. L'ex-concubin déambule dans les rues du village et déclare vouloir s'en prendre aux gendarmes. Il tire dans leur direction et endommage gravement 2 véhicules de service de la gendarmerie", selon la même source.

Selon une source proche du dossier, "son ex-compagne et ses enfants sont indemnes, récupérés par la gendarmerie et placés en sécurité". Le préfet de Dordogne Frédéric Périssat, avait lancé tôt dimanche matin, un appel sur les ondes de France Bleu Dordogne, invitant la population de la commune à "rester chez elle enfermée, et à ne pas se déplacer".

Un appel relayé par la maire du Lardin-Saint-Lazare, Francine Bourra, qui a évoqué sur BFMTV "un homme très lourdement armé et violent" précisant qu'il était "porteur d'un bracelet électronique". Il y a quelques mois, une affaire comparable avait tourné au drame dans le Puy-de-Dôme.

Dans la nuit du 22 au 23 décembre 2020, un homme de 48 ans avait abattu trois gendarmes et gravement blessé un quatrième, intervenus pour porter secours à sa compagne, victime de violences conjugales et qui s'était réfugiée sur le toit de la maison.

Lourdement armé, l'homme avait incendié le bâtiment puis s'était enfui à bord de son véhicule avant d'être retrouvé mort, une arme à la main et une autre non loin de lui, à environ 1,5 kilomètre de son domicile.

11h43: Le forcené retranché dans un bois près du Lardin-Saint-Lazare a ouvert le feu sur trois voitures de gendarmes et sur l'un des hélicoptères, selon les autorités sur place.

11h26: Le préfet de Dordogne a tenu une conférence de presse, pour faire le point sur les opérations en cours. "La priorité absolue, c'est qu'il n'y ait pas de dégâts humains", a-t-il déclaré.

10h30: Le point complet sur la situation - Un homme armé est recherché dimanche matin au Lardin-Saint-Lazare, en Dordogne, après avoir tiré sur les gendarmes appelés pour un différend familial, a annoncé le préfet de Dordogne Frérédic Périssat, selon un correspondant de l'Agence France-Presse.

« Il y a eu un différend familial cette nuit avec un homme qui est armé, lorsque la gendarmerie est venue il a ouvert le feu. Nous sommes en train de cerner cette personne qui est donc armée », a déclaré le préfet sur France Bleu Périgord, peu après 7 heures, demandant à « la population de rester chez elle enfermée, de ne pas se déplacer ».

« Un périmètre de sécurité a été mis en place. Il faut que chacun reste chez soi en attendant que l'opération soit achevée », a-t-il ajouté.

Selon les informations de France Info, l'homme s'était rendu au domicile de son ancienne conjointe pour s'en prendre à son nouveau compagnon. Il aurait ouvert le feu en direction des gendarmes en intervention, endommageant deux véhicules. Deux hélicoptères survolent la zone, tandis que 150 gendarmes ainsi que le GIGN sont mobilisés sur place.

Sur BFMTV, le préfet a donné quelques indications sur le profil de l'individu. « C'est quelqu'un qui est un ancien militaire, armé, qui se déplace rapidement et fait usage de son arme », explique-t-il.

.

.

10h08 : Le suspect a été "repéré" dans un bois, indique Frédéric Périssat, préfet de Dordogne sur franceinfo. "Objectif, mettre en place un périmètre le plus étanche pour interpeller la personne", a-t-il ajouté. Le préfet du département demande également aux habitants de rester chez eux, puisque la "priorité" c'est de ne "pas mettre en jeu des vies".

09h56: L'homme recherché est déjà connu des services de gendarmerie pour des violences conjugales. Il avait d'ailleurs interdiction de s'approcher du domicile de son ancienne concubine. "Il est porteur d'un bracelet électronique (...) Il est récidiviste, il avait déjà été auteur des violences conjugales, il sort de prison", précise sur BFMTV la maire de Lardin-Saint-Lazare, Francine Bourra.

09h36: Le GIGN de Toulouse est en intervention sur les lieux et le GIGN de Satory (Yvelines) est en route, a précisé la gendarmerie à l’AFP.

.

.

08h44: L'homme recherché est déjà connu des services de gendarmerie pour des violences conjugales. "Il est armé, se déplace rapidement.La manoeuvre doit nous permettre de figer la situation pour pouvoir l'interpeller et éviter tout drame humain", commente Frédéric Périssat, Préfet de Dordogne sur BFM . "Il est parti dans la forêt, à proximité de Lardin-Saint-Lazare, d'où un déploiement important des forces de gendarmeries. Je demande à la population d'écouter les informations et d'éviter de se déplacer. Les axes routiers sont neutralisés pour éviter toute prise d'otage ou tout dégât collatéral"

.

.

08h32: 160 militaires, dont des membres du GIGN, ont été déployés et deux hélicoptères survolent le village afin de localiser et d'interpeller le fuyard.

.

.

08h14: Dans la nuit de samedi à dimanche, les gendarmes sont appelés pour intervenir dans la commune de Lardin-Saint-Lazare, en Dordogne, pour des violences intra-familiales. L'ex-concubin d'une femme s'est présenté à son domicile et s'en est pris à son nouveau compagnon selon BFMTV

La victime s'est alors enfuie et a été prise pour cible par son agresseur, un ancien militaire muni d'une arme à feu. L'homme d'une trentaine d'années, a ensuite déambulé dans les rues du village et déclaré vouloir s'en prendre aux gendarmes. Face à eux, il leur a tiré dessus, endommageant gravement deux véhicules.

08h02: Ce dimanche matin, un homme armé a été repéré dans les rues de la commune du Lardin-Saint-Lazarre en Dordogne selon France Bleu Périgord. Le préfet de la Dordogne, Frédéric Périssat, lance un appel à la population sur France Bleu Périgord : " les habitants ne doivent pas sortir de chez eux, ils ne doivent pas circuler dans la commune". Depuis le milieu de la nuit, les gendarmes tentent d'interpeller l'individu qui est armé.

Selon le préfet, l'homme a tiré sur les gendarmes. Les gendarmes sont intervenus suite à un différent familial. Un périmètre de sécurité a également été mis en place. Le préfet demande également aux automobilistes d'éviter le secteur. Plusieurs routes sont coupées à la circulation.

<

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de strass6756
31/mai/2021 - 15h03
Valentin98 a écrit :

Si c'était un blancos, on aurait surement droit à son prénom (cf valentin marcone) là comme par hasard, son prénom est "caché"

Alors le facho, DUPIN Terry ça sonne plutôt Afghan ou Syrien?

Portrait de cbor33500
31/mai/2021 - 06h54

Puisque les gendarmes disent l'avoir localisé, il suffit de bien encadrer les bois et d'attendre qu'il ait faim et soif. Pourquoi tous ces hélicoptères ? Il va venir tout seul  à la longue.

Portrait de KenShiro
30/mai/2021 - 23h24

L'important c'est que il n'y ai pas plus de victimes faites par ce multis récidiviste très violent.

Si pour le stopper et éviter des blessés il faut l'abattre, qu'il en soit ainsi, il l'aura provoqué lui même, par ses choix de vie.

Portrait de croco
30/mai/2021 - 21h59 - depuis l'application mobile
Harriet a écrit :

Parfois, il faut savoir décrypter, voire lire entre les  lignes ?!  smiley

Sur ce , bonne soirée à vous ! smiley

(à l'instar de mon pseudo, je suis une fifille smiley , l'auteure de la case de l'oncle Tom) smiley 

@Harriet Puisque vous êtes l'auteure de la case se l'oncle Tom, je vous félicite ! Vous avez battu Jeanne Calment. Vous avez 210 ans !!!

Portrait de lily6228
30/mai/2021 - 21h57
piedsdansleplat a écrit :

condamné 4 fois c'est 3 fois de trop. A chaque fois au tribunal il a du jurer qu'on ne le reprendrai plus. A la 2° il faut trouver une solution radicale, mais son avocat gagne de l'argent donc y a ka ...

Il a eu un  mandat de dépôt. Vous auriez voulu quoi de plus?

Portrait de Harriet
30/mai/2021 - 21h19
Soi-même a écrit :

Hum, une fifille expéditive... C'est triste.

Ne vous cantonnez pas au 1er degré ... smiley

(Je cesse de polluer ce post en réitérant mes voeux de bonne soirée à tous   ...  smiley )

Portrait de Harriet
30/mai/2021 - 21h10
Soi-même a écrit :

Très juste, merci pour la correction. Si vous pouviez être sensé partout...

Parfois, il faut savoir décrypter, voire lire entre les  lignes ?!  smiley

Sur ce , bonne soirée à vous ! smiley

(à l'instar de mon pseudo, je suis une fifille smiley , l'auteure de la case de l'oncle Tom) smiley 

Portrait de piedsdansleplat
30/mai/2021 - 20h59

condamné 4 fois c'est 3 fois de trop. A chaque fois au tribunal il a du jurer qu'on ne le reprendrai plus. A la 2° il faut trouver une solution radicale, mais son avocat gagne de l'argent donc y a ka ...

Portrait de Harriet
30/mai/2021 - 20h55
Soi-même a écrit :

Hum, enfin quelqu'un de censé ici -> MERCI

(sensé)  smiley

Portrait de Valentin98
30/mai/2021 - 20h14

Son nom: Terry D.(jt france 2)

Portrait de Amos
30/mai/2021 - 20h01
Valentin98 a écrit :

castration chimique, çà ne les empêchera pas de battre leurs femmes ou leurs enfants! Non, il faut donner le droit aux femmes de pouvoir répliquer et de se défendre! Il existe des cours pour les femmes de self défense!

Il est reconnu que la baisse de testostérone diminue la violence.

 

Il parait que ce fugitif est un vrai Fe(ne)lon.

Portrait de Valentin98
30/mai/2021 - 19h36
Amos a écrit :

Mais que faire. A moins d'utiliser certaines mesures extrêmes, les hommes violent voudront toujours que leurs femmes soient leurs choses.

Par mesure extrême, je parle de castration chimique ou un bracelet taser qui frapperait l'homme violent à l'approche de son ex épouse.

castration chimique, çà ne les empêchera pas de battre leurs femmes ou leurs enfants! Non, il faut donner le droit aux femmes de pouvoir répliquer et de se défendre! Il existe des cours pour les femmes de self défense!

Portrait de bellross
30/mai/2021 - 19h35
QSP-25 a écrit :

En effet ,Frédéric Périssat ,bon petit suédois .Une chance pour la france.

Merci la gauche

Mr Frédéric Périssat, Préfet de la Dordogne, appréciera certainement votre post ! smiley

 

Portrait de Amos
30/mai/2021 - 19h31
Valentin98 a écrit :

Que voulez vous,il y a des bas du front qui pullulent ici! Et qui persistent et signent en plus! C'est le deuxième blancos en l'espace de deux semaines! Les péquenots blancos des villages sont en train de péter un câble ou quoi? Pour les bas du front du site: eh oui des blancs qui violentent leurs épouses çà existent! Ce n'est pas l'apanage d'une communauté et ce depuis la nuit des temps!

Mais que faire. A moins d'utiliser certaines mesures extrêmes, les hommes violent voudront toujours que leurs femmes soient leurs choses.

Par mesure extrême, je parle de castration chimique ou un bracelet taser qui frapperait l'homme violent à l'approche de son ex épouse.

Portrait de Harriet
30/mai/2021 - 19h20
Valentin98 a écrit :

C'est bien ce que je disais! Vous voulez paraître pédant avec votre phrase toute faîte, mais ce n'est point le cas! Admettez, tout de même que la violence n'a pas de frontières ni de nationalités sinon çà s'appelle de l'hypocrisie et de la mauvaise foi, trait qui doit vous caractériser!

Bon allez , je vous laisse vous débrouiller avec "Soi-Même", qui finalement est probablement plus .. subtil que vous ... qui finalement ne comprenez rien à rien !  smiley

 

Sans rancune , vraiment ! smiley

Portrait de Valentin98
30/mai/2021 - 19h16
Harriet a écrit :

Tout à fait , allez expliquer ça à "Soi-même" , pour qui la subtilité/finesse a dû être une option non souscrite et qui visiblement fait cruellement défaut  !  smiley

C'est bien ce que je disais! Vous voulez paraître pédant avec votre phrase toute faîte, mais ce n'est point le cas! Admettez, tout de même que la violence n'a pas de frontières ni de nationalités sinon çà s'appelle de l'hypocrisie et de la mauvaise foi, trait qui doit vous caractériser!

Portrait de Valentin98
30/mai/2021 - 19h13

En Belgique, ils en sont à leur septième jours pour traquer un militaire violent aussi et ce malgré un déploiement important de moyens militaires! 

Portrait de Harriet
30/mai/2021 - 19h04
Valentin98 a écrit :

Que voulez vous,il y a des bas du front qui pullulent ici! Et qui persistent et signent en plus! C'est le deuxième blancos en l'espace de deux semaines! Les péquenots blancos des villages sont en train de péter un câble ou quoi? Pour les bas du front du site: eh oui des blancs qui violentent leurs épouses çà existent! Ce n'est pas l'apanage d'une communauté et ce depuis la nuit des temps!

Tout à fait , allez expliquer ça à "Soi-même" , pour qui la subtilité/finesse a dû être une option non souscrite et qui visiblement fait cruellement défaut  !  smiley

Portrait de Valentin98
30/mai/2021 - 19h00
QSP-25 a écrit :

En effet ,Frédéric Périssat ,bon petit suédois .Une chance pour la france.

Merci la gauche

Que voulez vous,il y a des bas du front qui pullulent ici! Et qui persistent et signent en plus! C'est le deuxième blancos en l'espace de deux semaines! Les péquenots blancos des villages sont en train de péter un câble ou quoi? Pour les bas du front du site: eh oui des blancs qui violentent leurs épouses çà existent! Ce n'est pas l'apanage d'une communauté et ce depuis la nuit des temps!

Portrait de Harriet
30/mai/2021 - 18h59
Soi-même a écrit :

Quand on dit des conneries pareilles, on devrait avoir le droit DE FERMER SA GUEULE !

Allez , vous avez forcé sur l'apéro , allez cuver !  smiley

Conseil cordial et bienveillant !  smiley

Portrait de Harriet
30/mai/2021 - 18h53

Condamné 4 fois pour violences conjugales ...  ancien militaire et il tire sur les gendarmes ?

Allez ... même tarif pour tous ... une balle dans la tête et on gagnera du temps et des moyens ... next !!! 

Portrait de ΙΧΘΥΣ
30/mai/2021 - 17h42
Valentin98 a écrit :

Moi aussi, je pense que c'est un blancos! Par contre une chose m'intrigue: l'homme porte un bracelet électronique! Ce bracelet électronique ne peut pas être repéré afin de repérer cet individu?

29 ans, 4 enfants.

Ca devient vraiment pénible tous ces cons qui démolissent la vie de gamins qui n’ont rien demandé.

Allez donc vous construire correctement avec le souvenir d’un père violent, terrorisant, alcoolique et qui finit sous le feu de la Police.

Portrait de ΙΧΘΥΣ
30/mai/2021 - 17h30
axl59 a écrit :

A l'usure, le gars ne tiendra pas longtemps, ce sera réglé ce soir au plus tard, à moins qu'il ait pensé à prendre des vivres et de nombreuses munitions...

Fortement alcoolisé hier soir, il fait 27° dans le coin, il va rapidement être sérieusement déshydraté.

Portrait de QSP-25
30/mai/2021 - 17h12
Odile75015 a écrit :

En effet, ça sent le Suédois. 

En effet ,Frédéric Périssat ,bon petit suédois .Une chance pour la france.

Merci la gauche

Portrait de Steyr
30/mai/2021 - 15h01
Soi-même a écrit :

Vous avez, à l'autre extrême, oublié de parler d'Hitler. C'est parlant.

Mais n'ayez crainte si j'ai le temps, j'en parlerais à mon chien.

Contrairement à vous je ne fais jamais le point Godwin. 

Vous êtes si risible que le point Godwin est votre denier recours.

Portrait de Amos
30/mai/2021 - 14h03 - depuis l'application mobile

Avez vous lu cet article ? je ne pense pas parce que...il ne dit rien . Juste que les plaintes sexuelles ont monté avec meetoo et que les gens ne portent pas tous plaintes. Ah oui qu'en été il y a plus de vols mais les plaintes sont reportées au mois suivant puisqu'on n'est pas la.
Il ne dit en rien que les stats sont fausses, juste qu'elles sont sûrement minorées et à prendre sur une année, pas au jour le jour. Et surtout cela ne va pas avec votre discours sur l'augmentation des FOD.
Vous parlez que vos opposants, sur ce site, ne s'occupent pas du fond, mais vous non plus.
Donc la morale, il n'y a pas que moi qui en fait.

Portrait de richard1804
lily6228 a écrit :

Un bracelet électronique n'a pas de dispositif GPS. Il est relié à un boîtier à la maison de la personne qui se déclenche s'il n'est pas relié aux heures où il devrait être là.

@lily6228 c est nul ça sert à rien alors !

Portrait de axl59
30/mai/2021 - 12h19

A l'usure, le gars ne tiendra pas longtemps, ce sera réglé ce soir au plus tard, à moins qu'il ait pensé à prendre des vivres et de nombreuses munitions...

Portrait de axl59
30/mai/2021 - 12h18

"Je ne suis pas venu sauver Rambo de la police, Je suis venu sauver la police de Rambo..."

Portrait de lily6228
30/mai/2021 - 12h07
Valentin98 a écrit :

Moi aussi, je pense que c'est un blancos! Par contre une chose m'intrigue: l'homme porte un bracelet électronique! Ce bracelet électronique ne peut pas être repéré afin de repérer cet individu?

Un bracelet électronique n'a pas de dispositif GPS. Il est relié à un boîtier à la maison de la personne qui se déclenche s'il n'est pas relié aux heures où il devrait être là.