02/04 18:21

Le numéro 2 de LR Guillaume Peltier lance son micro-parti "Ensemble avec Guillaume Peltier", un outil de "réflexion programmatique" sans visée électorale

Le numéro 2 de LR Guillaume Peltier a lancé son micro-parti "Ensemble avec Guillaume Peltier", un outil de "réflexion programmatique" sans visée électorale, a-t-il affirmé vendredi à l'AFP, confirmant une information du Parisien.

"L'idée est de participer au débat d'idées avec un outil programmatique, intellectuel", assure le vice-président délégué des Républicains, qui compte engager une "consultation sur les idées" auprès des 262.000 abonnés à sa newsletter, dont "plus de la moitié ne sont pas adhérents LR".

Il s'agit de "s'adresser à ce noyau de la droite qui n'est pas que LR", ajoute Guillaume Peltier, qui espère présenter les grandes lignes de ces idées "au début de l'été".

Le député du Loir-et-Cher, qui se targue de disposer d'un "vrai réseau de sympathisants de droite" après avoir mené une dizaine de tours de France ces douze dernières années, avait déjà lancé en 2017 "Les amis de Guillaume Peltier", association active en Sologne pour organiser des événements locaux. Le micro-parti se veut un "label complémentaire" et une déclinaison idéologique de cette structure et de la newsletter.

A un an de la présidentielle, et alors que la droite s'interroge sur la désignation de son candidat, le vice-président délégué de LR réfute toute ambition électorale: "si je voulais être candidat, je dirais autrement", assure ce proche de  Xavier Bertrand, qui partage avec lui une ligne de droite sociale et ferme sur le régalien.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Capri
3/avril/2021 - 18h28

Le ministre de l'Intérieur vient de LR. Le Premier Ministre vient de LR. La droite a été au pouvoir pendant un certain nombre d'années. Personnellement, je trouve que la présidence sous N. Sarkozy a fait beaucoup de mal à la Droite et le pays a été assez "fragmenté" comme s'en plaint G. Peltier (le roi fainéant d'avant n'avait pas fait grand chose pendant 12 ans et le commentateur des médias d'après, de Gauche, a été nul). Bref, c'est très compliqué d'écouter des hommes et des femmes politiques en ce moment, je trouve. Comme si on avait besoin d'une personnalité plutôt familière et proche des gens, sortant d'une émission de TV, ayant du vécu, ayant roulé sa bosse, pour être le porte-voix d'un pays. Il y a cette tendance dans un certain nombre de pays, à se tourner vers des personnalités originales. Emmanuel Macron sortait déjà (presque) de "nulle part" précédemment (bon, pas tout à fait quand même, hein : poussé et promu par Jacques Attali dans sa fameuse "commission", secrétaire général adjoint de l'Elysée, ministre de l'Economie,...). Le "disrupteur" peut-il néanmoins être "disrupté" ?