31/03 12:02

Enquête sur les réunions non-mixtes qui provoquent de nombreuses crispations, notamment au sein de la classe politique - VIDEO

Hier soir, "L'info du vrai" sur Canal Plus s'est intéressée aux réunions non-mixtes après les propos tenus le week-end dernier par Audrey Pulvar. La candidate investie par le PS aux régionales en Ile-de-France avait estimé samedi, à propos des réunions "non-mixtes" pour les personnes s'estimant victimes de racisme, qu'une personne blanche ne devait pas en être exclue mais qu'on "peut lui demander de se taire".

Des réunions dont le principe fait bondir la droite et divise la gauche. "Je suis effaré que puissent se tenir des réunions racisées car, pour moi, le mot race est à bannir", explique Olivier Falorni, député PS de Charente-Maritime. "Ça ne pose de problème à personne quand ce sont des alcooliques anonymes ou des femmes victimes de violences conjugales [qui se réunissent] (...) Les seuls problèmes, c'est quand ce sont des noirs et des arabes. Disons le clairement", indique Eric Coquerel, député LFI de Seine-Saint-Denis.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de mediapack
31/mars/2021 - 12h25

Ce qui est pratiqué a un nom c'est de la Ségrégation.