13/03 06:59

Le palmarès complet des Cesar : Entre soutien à la culture et tacles appuyés à Roselyne Bachelot, la cérémonie a sacré Albert Dupontel - Regardez le résumé en vidéo

Les César ont sacré vendredi le roi de l'humour acide et absurde Albert Dupontel pour "Adieu les Cons", au terme d'une soirée marquée par des cris de détresse du secteur culturel et la volonté de célébrer la diversité. Sept trophées au total: Albert Dupontel, qui décroche pour la première fois à 57 ans le "meilleur film", est le grand gagnant de cette 46e cérémonie, sur fond de pandémie.

Cette comédie de l'acteur et réalisateur, qui a brillé par son absence vendredi soir à l'Olympia, a également remporté le César du meilleur réalisateur, du meilleur second rôle masculin (Nicolas Marié) et a été le choix des lycéens.

Le grand déçu de la soirée sera probablement Emmanuel Mouret, qui partait favori avec 13 nominations pour "Les choses qu'on dit, les choses qu'on fait" et repart bredouille, tout comme François Ozon ("Eté 85"), habitué à être nommé et à repartir les mains vides.

Côté interprètes, Laure Calamy a été récompensée pour "Antoinette dans les Cévennes" et son personnage de randonneuse débutante, accompagnée d'un âne, qui a enchanté les foules entre les deux confinements.

Sami Bouajila, lui, a remporté le César du meilleur acteur pour "Un fils", de Mehdi Barsaoui, où il joue le rôle d'un père déchiré. "J'ai souvent l'impression que les rôles nous choisissent, plus qu'on les choisit", a-t-il déclaré en recevant son prix, expliquant comment le tournage dans le désert tunisien lui avait rappelé les récits d'enfance de son propre père. Il succède à Roschdy Zem, couronné l'an dernier. Président cette année d'une cérémonie très attendue sur les questions de diversité, ce dernier avait ouvert les festivités en soulignant que "le métier change".

"Les règles du jeu changent, non pas pour que le jeu s'arrête, mais pour jouer à égalité cette fois", avait-il déclaré. Les premières récompenses ont d'ailleurs d'emblée marqué un changement d'ère avec Jean-Pascal Zadi et Fathia Youssouf, deux acteurs noirs, sacrés meilleurs espoirs. Le premier, meilleur espoir masculin, est l'auteur, réalisateur (avec John Wax) et acteur principal de "Tout simplement noir", une comédie qui s'attaque aux clichés racistes.

Cet ovni cinématographique qui, selon lui, parle "avant tout d'humanité" a cartonné sur les écrans. "Chaque génération doit trouver sa mission, l'accomplir ou la trahir", a déclaré Jean-Pascal Zadi en recevant son prix, citant le penseur Frantz Fanon.

Pour les César, institution-phare du cinéma français longtemps minée par les accusations d'entre-soi et d'opacité, qui avait fini de faire naufrage l'an dernier lors du couronnement de Roman Polanski, cette nomination est très symbolique.

D'autant qu'elle est venue juste après celle de Fathia Youssouf, couronnée à seulement 14 ans, pour "Mignonnes", un film sur l'adolescence à Paris, entre traditions d'une famille polygame sénégalaise et réseaux sociaux.

La parité, par contre, reste un horizon toujours lointain dans le palmarès. - "On est tout nus" - Outre ces questions, la grande préoccupation de la soirée a évidemment été la crise sanitaire, et la scène a servi à plusieurs reprises de tribune pour crier le désespoir du monde de la culture.

"No culture, no future" sur le ventre, "rends-nous l'art, Jean" sur le dos: la comédienne Corinne Masiero, alias capitaine Marleau sur le petit écran, a marqué les esprits en ôtant un costume de Peau d'Ane sanguinolent, se retrouvant entièrement nue sur la scène pour remettre le prix du meilleur costume.

"Maintenant, on est comme ça, tout nus", a-t-elle lâché, tampons hygiéniques usagés aux oreilles, souhaitant soutenir notamment les intermittents du spectacle. "Mes enfants peuvent aller chez Zara et pas au cinéma C'est incompréhensible ! On a besoin d'une volonté politique pour que le cinéma continue d'évoluer, vous devez porter cette responsabilité en tant que ministre", a aussi déclaré Stéphane Demoustier en recevant le César de la meilleure adaptation pour "La fille au bracelet", à l'intention de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot.

.

Le palmares

.

Meilleur film : « Adieu les cons » produit et réalisé par Albert Dupontel

Meilleure réalisation : Albert Dupontel pour « Adieu les cons »

Meilleure actrice : Laure Calamy dans « Antoinette dans les Cévennes »

Meilleur acteur : Sami Bouajila dans « Un Fils »

Meilleure actrice dans un second rôle : Emilie Dequenne dans « les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait »

Meilleur acteur dans un second rôle : Nicolas Marié dans « Adieu les cons »

Meilleur espoir féminin : Fathia Youssouf dans « Mignonnes »

Meilleur espoir masculin : Jean-Pascal Zadi dans « Tout simplement noir »

Meilleur premier film : « Deux », réalisé par Filippo Meneghetti

Meilleur documentaire : « Adolescentes », réalisé par Sébastien Lifshitz

Meilleur film d'animation: pour le court métrage : « L'Heure de l'ours », réalisé par Agnès Patron et pour le long métrage : « Josep », réalisé par Aurel

Meilleur court-métrage : « Qu'importe si les bêtes meurent », réalisé par Sofia Alaoui

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Nerfertiti
14/mars/2021 - 08h13

On retiendra de cette affreuse cérémonie 

Marina fois et son discours raciste et d’une stupidité abyssale sur le vieux et les gros et qui  les stigmatise alors qu’il n’y a pas qu’eux qui décèdent du covid

Le ridicule de Masiero à  poil pour soi disant aider les intermittents du spectacle (Merci de me dire en quoi ça va les aider de se foutre à  poil devant tout le monde)

Et le racialiste Zadi qui glorifie les criminels et les violeurs

Et bien sûr, pas un mot d’hommage et une once d’humanité envers Samuel Paty 

Le cinéma français est tombé bien bas en faisant intervenir tous ces gens islamo gauchistes dans toute son horreur 

L'année dernière, la cérémonie des Césars était un carnage et cette année, c’est le naufrage

 

Portrait de lysniais
14/mars/2021 - 08h08
Nerfertiti a écrit :

On retiendra de cette affreuse cérémonie 

Marina fois et son discours raciste et d’une stupidité abyssale sur le vieux et les gros et qui  les stigmatise alors qu’il n’y a pas qu’eux qui décèdent du covid

Le ridicule de Masiero à  poil pour soi disant aider les intermittents du spectacle (Merci de me dire en quoi ça va les aider de se foutre à  poil devant tout le monde)

Et le racialiste Zadi qui glorifie les criminels et les violeurs

Et bien sûr, pas un mot d’hommage et une once d’humanité envers Samuel Paty 

Le cinéma français est tombé bien bas en faisant intervenir tous ces gens islamo gauchistes dans toute son horreur 

L'année dernière, la cérémonie des Césars était un carnage et cette année, c’est le naufrage

 

Et Bachelot est restée jusqu'au bout? Cela signifie qu'elle cautionne et par là, le gouvernement et donc Macron. Faut juste que tout le monde en ait conscience l'année prochaine avant de voter...

Portrait de Liberté45
14/mars/2021 - 05h12

 

j'comprends pas que Dupontel ne soit pas là , il était pourtant bien au courant qui'l allait recevoir les Césars 

Portrait de LORDERIC
13/mars/2021 - 22h15

La soirée des Césars n'a plus aucun rapport avec le Cinéma ou avec nous, les spectateurs.

C'est malheureusement devenu un meeting de la France Insoumise …pour ses adhérents !

Portrait de gillesdelors7571
13/mars/2021 - 14h36

je trouve  beaucoup plus  problematique  de recompenser a tour de bras un mauvais film sans  interet de albert dupontel meme avis critiques    du figaro du monde de liberation des inrockuptibles de telerama des cahiers du cinema

Portrait de Rustik
13/mars/2021 - 14h09

On me dit dans l'oreillette que à partir de l’année prochaine , les Césars seront renommé les Gauchiasse d'or et ne concerneront plus le cinéma français qui est mort depuis belle lurette(Voir palmarès de ses 15 dernières années) mais de tribune ou tous les bobogaucho viendront pleurer et revendiquer des conneries plus grosses qu'eux  smiley

Portrait de Martel688
13/mars/2021 - 11h45

Vous annoncez un palmarès complet; il ne l'est pas.

Quid de la meilleure musique, du scenario original, des costumes, etc etc?

Portrait de danyger45
13/mars/2021 - 11h21

Désolation totale hier soir car en regardant les césars sur Canal + je pensais que Le cinéma devait parler de cinéma… devait aborder l’absence de cinéma… l’absence des spectacles… expliquer le vide que ressent ce pays face aux restrictions culturelles abusives… Cela n’a pas eu lieu… Le cinéma français a choisi de parler de politique, abordant un trop-plein de sujets actuels sans prendre le temps de les expliquer et se perdant les uns dans les autres.

Nous y avons cru au début pourtant, lorsque Marina Foïs a commencé son discours avec humour en parlant des incohérences du gouvernement… Mais l’humour était trop présent… Il fallait se parler droit dans les yeux et transmettre un minimum de gravité.

Les Césars ont donc choisi la vulgarité en exhibant une crotte de chien et en abusant des mots “caca”, ou “bite”… Un manque de classe malgré De nobles causes ( coronavirus, racisme etc... ) qui se sont perdues dans les abimes l’apogée de cette pagaille vulgaire et sans fond  lorsque L’actrice Corinne Masiero arriva en Peau d’âne avant de se mettre à nu (uniquement vêtue de tampons hygiéniques en guise de boucles d’oreilles) pour protester contre le régime de l’assurance-chômage.

En somme, le cinéma avait une opportunité de s’unir autour de la culture, mais il s’est perdu dans l’incohérence et la politique… oubliant de parler… de cinéma…

Portrait de Nerfertiti
13/mars/2021 - 11h20

Le cinéma français n’existe plus et ont en a eu la preuve hier soir 

Cette cérémonie est devenue un lieu de propagande

Ils ont préféré chialer sur leurs sorts, critiquer et stigmatiser les vieux et les gros glorifier des délinquants et des taulards 

Mais pas un mot sur Samuel Paty

Portrait de Nerfertiti
13/mars/2021 - 11h09

Ce n’est plus une cérémonie, c’est le bureau des pleurs

Portrait de Kakadu
13/mars/2021 - 09h54
Blondissime a écrit :

Je n'en ai pas cru mes oreilles lorsque j'ai entendu "l'hommage" à Adama Traoré...

Sinon pour des gens qui réclament à juste titre l'ouverture des cinémas certains auraient pu se dispenser d'embrassades et de non port de masque

Ce qui était ridicule au contraire c'était de porter le masque. Ils étaient obligés de faire un test PCR quelques jours avant la cérémonie, et en plus un test antigénique avant de rentrer dans la salle. Donc le risque était nul, ou presque. Franchement va falloir revenir à un peu de rationalité, parce que sinon on ne s'en sortira jamais ! 

Portrait de yannific
13/mars/2021 - 09h18
Blondissime a écrit :

Je n'en ai pas cru mes oreilles lorsque j'ai entendu "l'hommage" à Adama Traoré...

Sinon pour des gens qui réclament à juste titre l'ouverture des cinémas certains auraient pu se dispenser d'embrassades et de non port de masque

Je n'ai pas regardé alors j'ai du mal à croire ce que vous dites......Qui a osé faire un hommage à AdamaTraoré??????

Sinon, très heureux que notre camelia Jordana nationale n'ait pas été récompensé, ça aurait été le pompon après son année 2020 où elle n'a cessé de vomir sur la France, ses institutions, sur les hommes. Je sais, ça n'a rien à  voir......mais je suis très content quand même....

Portrait de Blondissime
13/mars/2021 - 09h05

Je n'en ai pas cru mes oreilles lorsque j'ai entendu "l'hommage" à Adama Traoré...

Sinon pour des gens qui réclament à juste titre l'ouverture des cinémas certains auraient pu se dispenser d'embrassades et de non port de masque

Portrait de Nerfertiti
13/mars/2021 - 09h02
ThierryG a écrit :

Zadi qui emporte le prix du meilleur espoir face à un Bejamin Voisin ou un Felix Lefebvre...ça sent le prix de complaisance, surtout que son jeu est vraiment pas ouf dans "tout simplement noir".En plus, lui permettre de rendre hommage à Adama Traoré, le violeur à la fourchette, ainsi qu'à Zecler, le producteur comdamné pour vol à main armée, y'a pas à dire, les César savent choisir ceux qui vont chier dans la face de la France.

Meilleur espoir féminin: Fathia Youssouf... alors je peux pas critiquer le choix, j'ai pas vu le film qui lui a permi de remporter le prix et donc je ne connais pas son jeu d'actrice, et je sais pourquoi je n'ai pas vu le film: un film qui sexualise des petites filles au point qu'on le soupsçonne d'être N°1 dans la playlist des pédophiles en puissance, ça m'a pas tenté, maiiiiis connaissant la complaisance de l'évènement envers ceux qui violent nos enfants, on serait tenté de croire que les jury avaient la main dans le slibard lorsqu'ils ont rempli leur bulletin de vote.Quand à la prestation de Masiero, je vais aller vomir, et puis je reviendrai peut-être éditer ce commentaire pour expliquer ce que j'en pense!

Hormis Masiero qui est toujours dans l’excès et qui commence à  me fatiguer, Dupontel et Marié, pour moi, les autres sont des parfaits inconnus

Ça fait longtemps que je ne garde plus cette bouillie indigeste.

L’année dernière, c’était un carnage, cette année, c’est le naufrage 

Portrait de ThierryG
13/mars/2021 - 07h32

Zadi qui emporte le prix du meilleur espoir face à un Bejamin Voisin ou un Felix Lefebvre...ça sent le prix de complaisance, surtout que son jeu est vraiment pas ouf dans "tout simplement noir".En plus, lui permettre de rendre hommage à Adama Traoré, le violeur à la fourchette, ainsi qu'à Zecler, le producteur comdamné pour vol à main armée, y'a pas à dire, les César savent choisir ceux qui vont chier dans la face de la France.

Meilleur espoir féminin: Fathia Youssouf... alors je peux pas critiquer le choix, j'ai pas vu le film qui lui a permi de remporter le prix et donc je ne connais pas son jeu d'actrice, et je sais pourquoi je n'ai pas vu le film: un film qui sexualise des petites filles au point qu'on le soupsçonne d'être N°1 dans la playlist des pédophiles en puissance, ça m'a pas tenté, maiiiiis connaissant la complaisance de l'évènement envers ceux qui violent nos enfants, on serait tenté de croire que les jury avaient la main dans le slibard lorsqu'ils ont rempli leur bulletin de vote.Quand à la prestation de Masiero, je vais aller vomir, et puis je reviendrai peut-être éditer ce commentaire pour expliquer ce que j'en pense!