05/03 07:13

Coronavirus - A Paris, le théâtre de l’Odéon est occupé depuis hier soir par par plusieurs dizaines d'intermittents du spectacle qui réclament une réunion avec Roselyne Bachelot

À Paris, des manifestants sont entrés dans le théâtre de l'Odéon. Karine Huet, secrétaire générale adjointe du SNAM-CGT explique : "Nous ne sortirons pas avant qu'un conseil national des professionnels du spectacle soit convoqué avec Roselyne Bachelot et Jean Castex. Ouvert pour les répétitions de « Le ciel de Nantes », le nouveau spectacle de Christophe Honoré qui aurait dû débuter le 18 mars, le théâtre a été investi en milieu d'après-midi par l'entrée des artistes. « Une quarantaine de personnes est entrée par la rue Corneille, indique, au téléphone, Béthânia Gaschet, administratrice du lieu. Ils se sont installés dans le foyer et ont joué de la musique. ». « L'ambiance est bonne enfant, assure l'administratrice, les forces de l'ordre ne sont pas entrées dans le théâtre, il n'y a pas de tension, elles se sont juste assurées qu'il n'y a pas trop de monde à entrer. »

Une action menée alors qu'à Paris, comme dans de nombreuses villes françaises, plusieurs milliers de professionnels du monde de la culture ont manifesté ce jeudi leur ras-le-bol de la situation.

Les occupants souhaitent interpeller le gouvernement sur leur situation et réclament, notamment, la prolongation de l'année blanche pour les intermittents.

"Ça fait un an qu'on est bloqué chez nous", regrette Louis-Marie Hippolyte, 34 ans, régisseur lumière dans le théâtre, ayant participé au rassemblement à Grenoble. Depuis la crise sanitaire, il travaille "5 et 10 heures par mois" et vit de l'allocation pour les intermittents du spectacle. "Ça fait un an qu'on est au point mort", abonde Sabine Grislin, danseuse et trapéziste, devant la préfecture, à Strasbourg. "Les petites structures" ne sont pas assez soutenues, estime cette artiste qui dit avoir la chance de bénéficier "depuis un an de répétitions payées".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de VNBis
5/mars/2021 - 08h59

S'ils veulent travailler pas de problème :il y a la récolte des asperges en Alsace

Ca évitera de payer des marocains pour faire le travail pendant que des français au statut privilégié manifestent pour pouvoir toucher du fric à glander

Portrait de lysniais
5/mars/2021 - 08h26

Donc la CGT se permet de faire ce qu'on reproche à Génération Identitaire? Bravo Darmanin!