04/03 19:03

Coronavirus - Le confinement le week-end est étendu au Pas-de Calais - Dans les départements en vigilance renforcée, les centres commerciaux de plus de 10.000 m2 doivent fermer - Les 50/74 ans pourront se faire vacciner mi-avril

19h00: Jean Castex répond à un journaliste qui remarque sa satisfaction permanentes sur les actions du gouvernement : "Non, je ne crois pas faire d'autosatisfaction. L'heure en tout cas n'est pas d'envisager des réouvertures."

18h24 : Olivier Véran prend la parole : "Nous allons lancer une grande campagne de vaccination se week-end. Cette vaccination en ville, elle prend son essor. C'est un pilier de notre stratégie pour apporter le vaccin au plus près de nos concitoyens. Cette semaine, 800 000 vaccins ont été livrés aux médecins, 750 000 la semaine prochaine. Plus d'1,5 million de personnes vont recevoir une dose de vaccin. Le vaccin fait partie des armes dont nous disposons pour lutter contre l'épidémie. Mais nous avons d'autres armes. La première, vous faire tester dès que vous avez des symptômes. Chaque semaine, nous réalisons plus de 2 millions de tests. Les risques de contamination sont accrus lors des repas, lors des lieux privés, sur le lieu de travail, quand la vigilance se relâche. Les personnes en télétravail présentent un risque de contamination inférieur de 30%. L'étude montre que l'isolement est mis en place trop tardivement au sein de la cellule familiale. Seuls 60% des personnes se sont isolées avant d'avoir le résultat de leur test.

Le taux de vaccination des soignants dépasse aujourd'hui le taux de couverture classique contre la grippe. 40% des soignants en Ehpad et 30% sur l'ensemble du système de santé. Clairement, ça ne suffit pas. Nous disposons de vaccins efficaces, à commencer par l'AstraZeneca. Il est de notre responsabilité de se protéger soi-même et ceux dont on prend soin.

.

.

18h00: Jean Castex prend la parole : "La circulation du virus s'est accélérée depuis 15 jours avec le variant anglais qui représente 60%. La contamination sur les personnes âgées continue de se réduite grâce à la vaccination. Il y a des différence selon les régions dans l'évolution du virus. Nous avons placé 20 départements sous surveillance renforcée et le virus à continué à progresser sauf dans les Bouches du Rhône et en Moselle. Voici les mesures: 

- Le confinement le week-end est étendu au département du Pas-de calais et les grandes surfaces non alimentaires de plus de 5.000 m2 sont fermées.

- Les grands centres commerciaux de plus de 10.000 m2 et non plus 20.000 sont fermés dans les zones sous surveillance renforcée

- Les préfets pourront prendre des mesures pour empêcher les rassemblements le week-end, notamment sur les quais de la Seine et de la Garonne, comme on l'a vu ce week-end. Les images que nous avons vues encore ce week-end dernier dans certaines grandes villes, y compris à Paris, ne sont tout simplement pas raisonnables.

- J’invite les habitants des 23 départements concernés à ne pas sortir, autant que possible, de leur département ou de leur région s’agissant des départements franciliens

La France est en tête en Europe pour la vaccination des personnes les plus vulnérables au virus. Plus de 80% des résidents des Ehpads ont reçu une première injection et plus de 60% ont reçu leurs deux doses. Nous avons franchi une première étape cruciale.

Le 1er avril nous aurons vacciné 10 millions de personnes, 20 millions mi-mai et 30 millions d'ici l'été. La France va recevoir 22 millions de vaccins d'ici l'été. Nous ne pouvons pas vacciner tout le monde, tout de suite. Il faudra encore faire preuve de patience, mais n'en doutez pas, vous serez vacciné. Pour les personnes de plus de 50 ans, la vaccination est ouverte pour les personnes ayant des co-morbidités. Entre 50 et 74 ans vous pourrez vous faire vacciner à partir de mi-avril.

 

 

17h02: La présidente (ex-LR) de l’Ile-de-France Valérie Pécresse a dit son espoir que le gouvernement attribue des vaccins supplémentaires aux zones les plus touchées par le Covid, telles que sa région, alors que le Premier ministre doit s’exprimer en fin d’après-midi.

« Aujourd’hui, il me paraît essentiel d’accélérer la campagne vaccinale dans les zones les plus touchées, et je crois avoir été entendue par le gouvernement », a affirmé Mme Pécresse lors d’une conférence de presse. « Je pense qu’il sera annoncé qu’un certain nombre de doses de vaccin supplémentaires seront attribuées aux zones les plus touchées par la pandémie », a-t-elle ajouté à quelques heures d’une conférence de presse de Jean Castex.

Selon l’entourage de Mme Pécresse, « lundi au cours de la concertation, l’Etat a dit qu’il était prêt à augmenter de 35% les doses de vaccins dans les vaccinodromes en région Ile-de-France ». Alors que de nouvelles mesures restrictives sont attendues, Mme Pécresse a assuré avoir « eu l’occasion de dire au préfet de région et au Premier ministre que toute nouvelle mesure de restriction ou de freinage de l’épidémie en Ile-de-France devrait être dûment justifiée par la situation sanitaire ». « J’ai été entendue » sur ce point, a-t-elle ajouté.

De source gouvernementale, Paris et l’Ile-de-France vont, contrairement au Pas-de-Calais, échapper à la mise en place d’un confinement le week-end comme celui déjà en vigueur à Nice et Dunkerque. La présidente de la région a insisté que le fait qu’« il ne doit pas y avoir de stocks de vaccins conservés ». « On doit absolument rendre cette vaccination efficace » et « tous les vaccins disponibles en Ile-de-France doivent être injectés dans le mois », a-t-elle dit.

16h12: Plus de deux millions de Russes se sont fait administrer les deux doses du vaccin russe Spoutnik V contre le coronavirus, et deux millions supplémentaires ont reçu leur première dose, a annoncé Vladimir Poutine. Cette déclaration intervient alors que l'Agence européenne des médicaments (AEM) a annoncé jeudi avoir débuté une étude de ce vaccin mis au point par le centre de recherches moscovite Gamaleïa, une étape clé pour son déploiement en Europe. Les chiffres rendus publics par Poutine lors d'une rencontre avec des bénévoles au Kremlin montrent cependant que les autorités ont encore un long chemin à faire pour persuader les 146 millions d'habitants de se faire vacciner, environ un mois et demi après le début d'une campagne de vaccination massive à la mi-janvier.

13h06: Selon Les Echos, hier, lors du Conseil de défense, le Président de la République Emmanuel Macron a demandé à ce que la vaccination contre le Covid-19 devienne obligatoire pour les personnels soignants dans les hôpitaux et les Ehpad. Un participant à ce Conseil a jugé "inacceptable" que "dans les services Covid, on a 80 % de vaccinés mais ailleurs beaucoup moins". "Le Covid-19 est devenu la première maladie nosocomiale à l'hôpital. Ceux qui ne veulent pas le faire maintenant, c'est par principe", a-t-il confié à nos confrères.

Prioritaires pour la vaccination contre le Covid-19, les soignants ne se pressent pas pour en bénéficier, au point que certains médecins réclament d'en faire une obligation pour les professionnels de santé, que d'autres praticiens jugent contre-productive.Dans les maisons de retraite (Ehpad) et les unités de soins de longue durée (USLD), moins de 200.000 professionnels ont ainsi reçu au moins une dose de sérum, soit 42% des effectifs.

Le problème n'est pas nouveau et se posait déjà chaque année pour la grippe, contre laquelle environ trois quarts des médecins, un tiers des infirmiers et un cinquième des aides-soignants étaient protégés durant l'hiver 2018-2019, selon Santé publique France.

11h56: Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 augmente à nouveau en Europe, après six semaines de déclin, a annoncé la direction régionale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). "La semaine dernière, les nouveaux cas de Covid-19 en Europe ont augmenté de 9% pour atteindre un peu plus d'un million. Cela met fin à une baisse prometteuse de six semaines des nouveaux cas, avec plus de la moitié de notre région enregistrant un nombre croissant de nouvelles infections", a dit le directeur Europe de l'OMS, Hans Kluge, lors d'une conférence de presse.

11h29: Le patron du PCF Fabien Roussel a regretté jeudi que le gouvernement s'apprêtait à annoncer un confinement le week-end pour le seul Pas-de-Calais, estimant que la stratégie manquait de «lisibilité» nationale. Pour le Pas-de-Calais, «j'ai mal au coeur, on est déjà une région qui souffre beaucoup (sur l'emploi), sous équipée en matière médicale, sous-dosée en vaccins, avec une surmortalité» à cause des maladies professionnelles contractées par les mineurs, a déclaré le député du Nord sur BFMTV.

Fabien Roussel s'est depuis plusieurs semaines prononcé pour des mesures restrictives, mais sur le plan national et ceci dès le mois de février, un mois «gâché» par le gouvernement selon lui. «J'aurais bien aimé que l'on puisse avoir ce débat pour proposer aux Français des choix, avec une perspective de sortie, et de décider ensemble de profiter que les écoles aient été fermées en février pour prendre ces mesures difficiles, et aujourd'hui, début mars, peut-être que nous serions en train de déconfiner comme dans d'autres pays» - Allemagne ou encore Royaume-Uni, a-t-il ajouté.

«Je regrette le manque de lisibilité, des décisions prises dans un bunker par le président de la République», a-t-il expliqué. Résultat, «on va confiner dans le Pas-de-Calais et pas dans d'autres départements», a-t-il pesté. Le Pas-de-Calais sera le premier des 20 départements placés sous «surveillance renforcée» à inaugurer le confinement le week-end, après les agglomérations de Nice et Dunkerque la semaine passée, ont annoncé des sources gouvernementales mercredi avant la conférence de Jean Castex jeudi soir.

«A partir de quel taux d'incidence on décide de confiner le week-end , à partir de quelle courbe épidémique il faut décider pour tout le monde la même règle?», s'est exclamé le secrétaire national du PCF.

10h43: Les autorités russes se sont dites prêtes à fournir des vaccins à 50 millions d'Européens à partir de juin, après l'annonce par l'Agence européenne des médicaments (EMA) du début de l'examen du vaccin russe Spoutnik V. «Suite à l'approbation de l'EMA, nous serions en mesure de fournir des vaccins pour 50 millions d'Européens à partir de juin 2021», a déclaré dans un communiqué Kirill Dmitriev, patron du fonds souverain russe, qui a contribué au développement de ce vaccin.

09h45: La chancelière Angela Merkel a accepté un assouplissement progressif du dispositif anti-Covid en Allemagne face au mécontentement dans l'opinion, tandis qu'aux Etats-Unis, le président Joe Biden appelle à la prudence et s'insurge contre la levée des restrictions dans certains Etats américains, jugée prématurée par les principaux responsables sanitaires fédéraux.

Les mesures de confinement partiel en place depuis la fin de l'année dernière ne sont plus soutenues aujourd'hui que par un tiers des Allemands, contre deux tiers début janvier, selon un récent sondage, et le mécontentement monte au sein même du gouvernement à sept mois des élections législatives.

La plupart des restrictions seront prolongées au moins jusqu'au 28 mars pour contrer la hausse des cas et la propagation du variant britannique, qui représente désormais 46% des infections, mais les réunions privées seront possibles à partir du 8 mars entre deux foyers, à condition de ne pas dépasser cinq personnes au total.

Librairies, fleuristes et auto-écoles, qui ont déjà rouvert dans certains Länder, pourront de nouveau accueillir des visiteurs dans tout le pays. Et l'Allemagne va autoriser le vaccin AstraZeneca aux plus de 65 ans.

Un seuil d'incidence moins contraignant de 50 cas pour 100.000 habitants a finalement été retenu pour ouvrir la voie, à partir de fin mars, à des réouvertures dans la restauration en plein air, les secteurs culturels et sportifs. Au-dessus de 100, de sévères restrictions seront en revanche réintroduites. Le taux d'incidence était de 64 mercredi.

06h50: Le Pas-de-Calais n'échappera pas au confinement le week-end, mais l'Ile de France va être épargné, voilà donc ce que va annoncer Jean Castex à 18h dans sa conférence de presse face à l'épidémie de Covid-19 qui ne ralentit pas et la tension dans les hôpitaux. "Nous constatons de fortes tensions sur le système hospitalier, une hausse du nombre de cas mais pas une explosion, sans homogénéité territoriale (...) Mais un confinement national ou le week-end n'est pour nous qu'un dernier recours", a expliqué à l'AFP une source gouvernementale, sans même attendre la conférence de presse du Premier ministre Jean Castex jeudi.

Selon cette source gouvernementale, ces restrictions vont être appliquées dans ces départements, au cas par cas et en concertation avec les élus locaux, visant en particulier les lieux de brassage. Mais l'objectif de l'exécutif est d'éviter au maximum le reconfinement local, au moment où des pays voisins comme la Grande-Bretagne ou l'Allemagne passent au déconfinement progressif.

Pour faire passer "le gros temps" qui s'annonce, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a tenté mercredi de redonner espoir, voyant un "retour à une vie plus normale (...) peut-être dès la mi-avril". "Il faut tenir encore quelques semaines, quatre à six semaines", entre maintien des restrictions et vaccinations, avait lâché lundi Emmanuel Macron à un étudiant.

Dans cette perspective, Emmanuel Macron a réuni mercredi Jean Castex et les ministres concernés pour étudier les différents scénarios de réouverture des lieux publics et les contours d'un éventuel "pass sanitaire" pour y accéder que le Premier ministre pourrait détailler jeudi.

En attendant, le Pas-de-Calais sera le premier des 20 départements placés sous "surveillance renforcée" à inaugurer le confinement le week-end, après les agglomérations de Nice et Dunkerque la semaine passée. Dans ce département, où les hôpitaux sont saturés, le gouvernement a proposé un confinement pour les trois prochains week-ends, en concertation avec les élus qui réclamaient eux les premiers des mesures fortes.

"Nous faisons cet effort pour trois week-ends mais nous voulons notre dû pour les vaccins", a affirmé la maire LR de Calais Nathalie Bouchart, estimant que le département avait été "sous-doté". Il faut globalement "renforcer la politique de tests et d'isolement et accélérer la vaccination", convient la source gouvernementale, l'une des pistes étant d'autoriser rapidement les pharmaciens à vacciner.

Le maire LR du Touquet Daniel Fasquelle a lui dénoncé mercredi soir sur BFMTV "une rupture d'égalité" et une politique de "deux poids - deux mesures" face au département du Nord voisin ou à l'Ile-de-France, en soulignant la colère des commerçants

. La maire de Paris Anne Hidalgo réitère, elle, elle dans Le Parisien son opposition à un nouveau confinement, y compris le week-end, une mesure qu'elle juge "inhumaine dans une ville très dense" comme Paris, "d'autant que rien ne prouve son efficacité". D

ans les 20 départements surveillés, dont toute la région parisienne, touchée par le variant anglais du virus plus contagieux, certains ont vu leur taux d'incidence monter en flèche. C'est le cas du Pas-de-Calais et la Seine-Saint-Denis, qui dépassent les 400 cas pour 100.000 habitants sur sept jours, bien au-dessus du seuil d'alerte maximale fixé à 250 par les autorités sanitaires.

A Dunkerque, il a dépassé le millier. "Même si on observe l'impact très probable de la vaccination, et en particulier sur les plus vulnérables du fait de leur âge, la situation reste préoccupante", a souligné de son côté mercredi matin la directrice de Santé publique France, Geneviève Chêne, pour qui "globalement, le taux de mortalité diminue légèrement à la mi-février, de -5%".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Gregeagle
5/mars/2021 - 06h47

Un truc que je n'arrive pas à comprendre j'ai des rdv annulé en hôpital à cause du covid. 

Mais apparemment tout va bien sur la carte . Moi on me dit qu il y à  plus de place...Je parle du jura.

Soit le gouvernement nous raconte des conneries soit c'est  l'hôpital qui me raconte des conneries qui croirent ?

Portrait de YVESM
4/mars/2021 - 18h37

Bizarre, vous avez dit bizarre ? Comme c’est bizarre !

Quelle trump card (carte maîtresse) nos amis se gardent ils dans la manche ? Les « confinements » n’ont pas l’air de trop bien marcher. Les Alpes maritimes vont donner le la dans une dizaine de jours Les paris sont ouverts...

Portrait de seb2746
4/mars/2021 - 18h23

confinement le WE tout le 62... et QUE le 62.

y'a 3x + de cas dans le nord mais RAS.

y'a 2.5x + de cas sur paris, RAS.Encore des décisions sortie d'un chapeau.

Portrait de magnon
4/mars/2021 - 14h17

normal tout  ce qui touche a la medecine doit etre  vaccine pour travaille

Portrait de dakota
4/mars/2021 - 12h39
Mw13 a écrit :

Sauf si vous êtes journaliste, cette conférence ne s'adresse pas à vous. Personne ne vous oblige a regarder. On oubli les rôles de chacun dans ce monde... C'est une conférence de presse... Donc a destination de la presse... Presse lowcost qui diffusent en direct ...

Et pourtant, déjà à l'époque , les conférences de presse de De Gaulle étaient diffusées en direct à la télé ! smiley

Portrait de Nerfertiti
4/mars/2021 - 11h00

Il va nous souler 1h00 tout ça pour nous dire ce que l'on sait déjà à savoir que le Pas de Calais va être confiné le WE et nous redire combien ils sont compétents pour vacciner les gens surtout quand c'est faux

des personnes âgées vers chez moi n'ont toujours pas de RDV car plus de vaccin depuis 1 mois 

Ca, c'est de la compétence !

 

Portrait de Spoutnicq
4/mars/2021 - 10h06

900.000 Doses stockés qui attendent qu'a être réparties sur toute la France. ( Député sur Nord pas de Calais) Mais non distribuées parce que le mec qui doit signer le papier est en congés ! Les limites de l'administration Française 

Portrait de GUETARY 64
4/mars/2021 - 09h46

RAS LE BOL !!!

Portrait de Papeau
4/mars/2021 - 07h13

Bon, et bien il n'a pas besoin de monopoliser toutes les chaines d'info pendant 2h pour nous dire que le Pas-de-Calas va être confiné !