10/02 07:55

"Twitter va très bien même sans Donald Trump", a fait savoir cette nuit Jack Dorsey, le fondateur du réseau social Twitter qui s'est félicité de la croissance du nombre d'utilisateurs

"Twitter va très bien même sans Donald Trump", a fait savoir cette nuit Jack Dorsey, le fondateur du réseau social Twitter qui s'est félicité de la croissance du nombre d'utilisateurs pendant les élections américaines, mais aussi après sa décision de bannir l'ancien président pour incitations répétées à la violence.

"Notre plateforme est plus large qu'un sujet ou que tel ou tel compte", a-t-il déclaré mardi lors d'une conférence aux analystes sur les résultats trimestriels de la société. "80% de notre audience se trouve hors des Etats-Unis, et nous avons plus de 50 comptes suivis par plus de 25 millions de personnes". En janvier, après l'invasion du Capitole par des partisans du milliardaire républicain, Twitter a suspendu puis supprimé le profil de Donald Trump. Le réseau s'est aussi purgé de nombreux comptes extrémistes qui le soutenaient, dont 70.000 affiliés à la mouvance conspirationniste QAnon.

L'éviction de Donald Trump, dont le compte était suivi par 88 millions d'abonnés, n'a pas été du goût de ses fans, ni de certains défenseurs des libertés en ligne, qui y ont vu le signe d'un pouvoir démesuré des plateformes. Mais "l'augmentation moyenne du nombre d'utilisateurs quotidiens dits +monétisables+ fin janvier était supérieure à la moyenne historique des quatre dernières années", a rassuré le patron.

"Nous nous attendons à une croissance d'environ 20% sur un an" pour le trimestre en cours. Ces propos étaient très attendus car le modèle économique de Twitter repose sur la publicité, qui se vend d'autant plus cher que les usagers sont nombreux et actifs sur la plateforme. "La vie sans Trump se révèle être non seulement moins énervante mais aussi beaucoup moins dommageable pour le réseau social que nombre d'entre nous l'aurait pensé", a réagi l'analyste Rob Enderle du Enderle Group.

"Il attirait beaucoup d'audience, mais c'était très concentré sur lui. Je ne suis pas sûr que les gens lisaient les pubs".

Le réseau des gazouillis est parvenu à une fréquentation quotidienne de 192 millions d'usagers dits "monétisables", en moyenne, au quatrième trimestre de 2020, soit un bond de 27% en un an.

"Twitter a terminé une année 2020 turbulente avec une bonne performance au quatrième trimestre. Les améliorations techniques ont amélioré l'expérience des utilisateurs et ont été payantes", a commenté Nazmul Islam, analyste chez eMarketer. Le groupe californien a dépassé les attentes du marché avec près d'1,3 milliard de dollars de chiffre d'affaires généré d'octobre à décembre 2020 (contre 1 milliard sur la même période en 2019). Il en a ressorti 222 millions de dollars de bénéfice net (+87%) et 252 millions de bénéfice opérationnel, un record.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Parapluie
12/février/2021 - 19h43
djbaxter a écrit :

Khrouchtchev, qui rayonnait d'énergie mais pas d'intelligence, convenait aussi très bien que Kennedy ne soit pas résident permanent de l'URSS.

Pendant ce temps sur Twitter, les autorités iraniennes peuvent appeler à détruire tout un pays, tout un peuple, et çà passe crème.

Ces clochards quoi !

Sans compter l'ancien premier ministre Indien qui appelle tout les musulmans à tuer les Français, son message est toujours en ligne malgré les nombreux signalement et l'interpellation du gouvernement Français.

Quand au cas Iranien, Twitter a déclaré officiellement qu'ils étaient pour la liberté d'expression et que même si les opinions pouvaient choquer ils ne se permettraient pas de censurer un chef d'état au motif que tout citoyens du monde devraient connaître l'opinions des dirigeants de tout pays. On a vu ce que ça a donné avec Trump quelques mois plus tard...

Portrait de djbaxter
10/février/2021 - 09h04

Khrouchtchev, qui rayonnait d'énergie mais pas d'intelligence, convenait aussi très bien que Kennedy ne soit pas résident permanent de l'URSS.

Pendant ce temps sur Twitter, les autorités iraniennes peuvent appeler à détruire tout un pays, tout un peuple, et çà passe crème.

Ces clochards quoi !