31/01 08:02

Pour lutter contre la désinformation, dix grands médias de service public européens, dont France Télévisions, vont partager des contenus en ligne qui seront traduits en plusieurs langues

Pour lutter contre la désinformation, dix grands médias de service public (MSP) européens, dont France Télévisions, vont partager des contenus en ligne qui seront traduits en plusieurs langues, dans le cadre d'une initiative dévoilée par l'Union Européenne de Radio-Télévision (UER). Cette coopération numérique "novatrice" doit permettre "aux médias de service public (MSP) de surmonter les barrières linguistiques et de mettre à la disposition de leurs publics des informations dignes de confiance, produites par différents partenaires européens", explique l'UER, la plus grande alliance de MSP dans le monde, dans un communiqué. Outre France Télévisions, les MSP allemand (BR-ARD), belge (RTBF), espagnol (RTVE), finlandais (YLE), irlandais (RTÉ), italien (RAI), portugais (RTP) et suisse (SWI swissinfo.ch) participeront au projet, tout comme la chaîne franco-allemande ARTE, détaille l'UER, connue pour le célèbre concours de l'Eurovision. Concrètement, les "médias participants fourniront des contenus d'informations (articles, vidéos, etc.) à un hub numérique, où ils seront traduits automatiquement en plusieurs langues au moyen d'outils et de process novateurs", précise l'UER.

Des rédacteurs seront ensuite chargés "de sélectionner les sujets qui intéressent le plus leurs publics respectifs pour les publier à l'aide d'un outil de recommandation intégré à leur site internet", outil dont "le lancement est prévu pour juillet 2021". "Pandémie de covid-19", "changement climatique", "flux migratoires"... les contenus traduits "offriront un angle paneuropéen sur les grands sujets" d'actualité, se réjouit l'UER. Ils constitueront aussi "un contrepoids sérieux à la désinformation et à certains discours polarisants qui se propagent sur les réseaux sociaux", espère l'organisation, prônant une "sphère numérique publique européenne fondée sur des valeurs et des intérêts communs". Son projet bénéficie d'une "subvention de l'UE", octroyée à l'issue "d'une phase pilote concluante, au cours de laquelle 14 grands médias publics ont mis à disposition plus de 120.000 articles sur une période de huit mois". "D'autres médias publics de l'UER devraient" à terme y participer, augmentant ainsi le nombre de langues concernées, selon l'UER, qui rappelle que les MSP emploient plus de 40.000 journalistes et dépensent 5,5 milliards d'euros par an en matière d'infos. Citée dans le communiqué, la numéro un de France Télévisions et présidente de l'UER, Delphine Ernotte, a salué un projet qui facilitera notamment "la vérification des faits au-delà des frontières et renforcera la nécessité pour les responsables politiques de rendre des comptes".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de stbx00
31/janvier/2021 - 18h58
KEYZER a écrit :

La défiance vient de ce que n'importe quels médias d'information , excepté " le canard enchaîné" ( me semble t il) sont financés par des actionnaires. C'est exactement la même chose que la monétisation de l'information sur la  chaine youtube, comme vous avez évoqué .Pour les deux formes d'information,  le nerf de la guerre est donc  le même. L'information n'est devenue qu'un placement financier. Peu importe de la véracité, du travail d'investigation ou pas, ce qui compte c'est l'argent que les médias vont pouvoir récolter. 

Le raccourci est trop facile. Quand bien même les rédactions seraient pieds et poings liés par leurs actionnaires et / ou leurs annonceurs (ce qui reste à prouver), ça n'en serait pas moins une presse d'opinions. Dans les faits quand on voit un Xavier Niel qui a mis en place un process pour que justement en tant qu'actionnaire il ne puisse pas interférer avec le travail de la rédaction, ça va dans le bon sens. Il ne faut pas oublier aussi que la presse payante vis aussi grâce aux recettes et ça même un actionnaire peut l'intégrer quand bien même la rédaction ne serait pas pile poil en accord avec ses opinions.. 

Dire que c'est juste un placement financier c'est nier le travail que peuvent faire des milliers de journalistes de manière honnête.

Le "tous pourris, tous corrompus" n'est vraiment pas recevable pour toute la profession. Surtout si au final la seule alternative serait donc de s'informer avec des sources sans aucune déontologie ni vérification...

Portrait de KEYZER
31/janvier/2021 - 15h37
stbx00 a écrit :

Vous souhaiteriez peut-être que la réponse soit "parceque les médias nous mentent et véhiculent la pensée unique". Sauf que ça n'est pas le cas. Le spectre d'opinions politiques dans les médias Français est très large de l'extrême droite à l'extrême gauche.

Une des raisons est qu'aujourd'hui, via les réseaux sociaux, le sensationnel fait plus d'audience que l'information classique. La revue Science a publié une étude du MIT qui conclue qu'une fake news se répand six fois plus vite qu’une vraie nouvelle.

Aujourd'hui ce qui fait de l'argent ce sont les vues. On voit vite ce qu'il faut faire pour s'enrichir. Un média en ligne comme FranceSoir surfe sur cette vague. Plus un seul journaliste, de l'info choc, non vérifiée...

C'est tellement plus facile de "s'informer" sur Facebook que de s'abonner à un journal.

L'exemple du gars qui a colporté que le COVID19 avait été créé par l'institut Pasteur parcequ'il ne savait ce que le mot "inventer" signifiait dans le langage virologique était édifiant. Il ne sait pas lire ni interpréter une publication scientifique mais va venir s'étaler sur le net et faire des millions de vues avec les dégâts que ça implique...

La défiance vient de ce que n'importe quels médias d'information , excepté " le canard enchaîné" ( me semble t il) sont financés par des actionnaires. C'est exactement la même chose que la monétisation de l'information sur la  chaine youtube, comme vous avez évoqué .Pour les deux formes d'information,  le nerf de la guerre est donc  le même. L'information n'est devenue qu'un placement financier. Peu importe de la véracité, du travail d'investigation ou pas, ce qui compte c'est l'argent que les médias vont pouvoir récolter. 

Portrait de stbx00
31/janvier/2021 - 12h08
KEYZER a écrit :

La question est de savoir pourquoi les gens se sont désintéressés des médias " classiques " ? 

Vous souhaiteriez peut-être que la réponse soit "parceque les médias nous mentent et véhiculent la pensée unique". Sauf que ça n'est pas le cas. Le spectre d'opinions politiques dans les médias Français est très large de l'extrême droite à l'extrême gauche.

Une des raisons est qu'aujourd'hui, via les réseaux sociaux, le sensationnel fait plus d'audience que l'information classique. La revue Science a publié une étude du MIT qui conclue qu'une fake news se répand six fois plus vite qu’une vraie nouvelle.

Aujourd'hui ce qui fait de l'argent ce sont les vues. On voit vite ce qu'il faut faire pour s'enrichir. Un média en ligne comme FranceSoir surfe sur cette vague. Plus un seul journaliste, de l'info choc, non vérifiée...

C'est tellement plus facile de "s'informer" sur Facebook que de s'abonner à un journal.

L'exemple du gars qui a colporté que le COVID19 avait été créé par l'institut Pasteur parcequ'il ne savait ce que le mot "inventer" signifiait dans le langage virologique était édifiant. Il ne sait pas lire ni interpréter une publication scientifique mais va venir s'étaler sur le net et faire des millions de vues avec les dégâts que ça implique...

Portrait de KEYZER
31/janvier/2021 - 11h05
stbx00 a écrit :

Et bien c'est certainement dommage. Le métier de journaliste impose une rigueur dans la recherche d'informations, le recoupement, la vérification. Ca ne veut pas dire que tous le font toujours avec la même rigueur mais au moins ils ont la formation pour.

Aujourd'hui certains vont dénigrer les "médias traditionnels" pour prétendre ne pas s'informer comme des moutons en lisant Facebook ou en surfant sur des sites complotistes basés sur "le bon sens", le "refus de la pensée unique" etc... Prendre pour argent comptant des informations non vérifiées ou/et qu'on n'est pas capable de bien comprendre est juste dangereux...

La question est de savoir pourquoi les gens se sont désintéressés des médias " classiques " ? 

Portrait de stbx00
31/janvier/2021 - 09h46
remarques a écrit :

Cela fait un bon moment que je ne m'informe plus par ces canaux pour savoir ce qui se passe vraiment dans notre bas monde. Et vous ?

Et bien c'est certainement dommage. Le métier de journaliste impose une rigueur dans la recherche d'informations, le recoupement, la vérification. Ca ne veut pas dire que tous le font toujours avec la même rigueur mais au moins ils ont la formation pour.

Aujourd'hui certains vont dénigrer les "médias traditionnels" pour prétendre ne pas s'informer comme des moutons en lisant Facebook ou en surfant sur des sites complotistes basés sur "le bon sens", le "refus de la pensée unique" etc... Prendre pour argent comptant des informations non vérifiées ou/et qu'on n'est pas capable de bien comprendre est juste dangereux...

Portrait de remarques
31/janvier/2021 - 08h53

Cela fait un bon moment que je ne m'informe plus par ces canaux pour savoir ce qui se passe vraiment dans notre bas monde. Et vous ?