27/01 17:15

Le gouvernement français veut étudier au niveau européen la piste d'un "durcissement des règles aux frontières" et de "sanctions contre des compagnies aériennes" qui ne procèdent pas aux contrôles PCR de leurs clients

Le gouvernement français a dit mercredi vouloir étudier au niveau européen la piste d'un "durcissement des règles aux frontières" et de "sanctions contre des compagnies aériennes" qui ne procèdent pas aux contrôles PCR de leurs clients. Le président Emmanuel Macron "a demandé d'instruire deux pistes de scénarios et de les porter au niveau européen: le premier, c'est un durcissement des contrôles et un durcissement des règles aux frontières en particulier extra-européennes", a expliqué le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l'issue du Conseil des ministres. "Ensuite, des sanctions contre des compagnies aériennes qui opéreraient avec des pays extérieurs à l'Union européenne et qui ne respecteraient manifestement pas les règles qui ont été fixées avec le test PCR négatif obligatoire pour embarquer", a-t-il ajouté. Ces sanctions "pourraient se traduire jusqu'à une interdiction temporaire ou définitive d'opérer avec la France" et "d'atterrir ou de décoller dans des aéroports français". Selon le porte-parole du gouvernement, "ces deux sujets sont actuellement travaillés et doivent aboutir dans les prochaines heures, les prochains jours".

M. Attal a par ailleurs indiqué que la France était "en faveur d'une augmentation des contrôles sanitaires à nos frontières, particulièrement s'agissant des pays extérieurs à l'Union européenne". Mais "ce sont des mesures et des décisions qui doivent être prises dans un cadre européen", a-t-il insisté. "Dès lors qu'il y a une liberté de circulation en Europe - dont je rappelle qu'elle est maintenant contrôlée puisque lorsque vous prenez l'avion d'un pays européen vers la France, vous devez présenter un test PCR négatif à l'embarquement - il faut évidemment qu'il y ait une harmonisation des frontières avec les pays extérieurs à l'Union européenne", a-t-il poursuivi. Selon certains médias, la chancelière allemande Angela Merkel a évoqué l'éventualité d'un arrêt ou d'une forte réduction du trafic aérien international lors d'une réunion à huis clos avec ses députés conservateurs. Le gouvernement allemand juge que les compagnies aériennes ne font pas suffisamment d'efforts pour limiter les risques de contagion. "Ça fait partie des pistes qui sont sur la table et nous travaillons à cette coordination européenne", a indiqué M. Attal. L'Allemagne a par ailleurs déjà commencé à renforcer les contrôles à certains postes frontaliers, notamment avec la République tchèque. Ces contrôles visent notamment à vérifier, y compris chez les travailleurs frontaliers, que les personnes pénétrant sur le territoire allemand sont munis d'un test de dépistage négatif du Covid-19.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de VNBis
28/janvier/2021 - 09h10

Mon dieu les frontières fermées !!!! Comment Macron va t-il se remettre de ça lui qui refuse de les contrôler depuis sa naissance !!!