11/01 16:31

La classe politique française condamne dans une rare unanimité le bannissement du président des Etats-Unis sortant Donald Trump des réseaux sociaux

La classe politique française condamne dans une rare unanimité le bannissement de Donald Trump des réseaux sociaux, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire estimant lundi que "la régulation des géants du numérique ne peut pas se faire par l'oligarchie numérique elle-même". Se disant "choqué" par cette décision, le locataire de Bercy a dénoncé sur France Inter la "menace" de cette "oligarchie digitale" pour "les Etats et les démocraties" et affirmé que "le peuple souverain", "les Etats" et "la justice" sont seuls légitimes pour établir "la régulation des géants du numérique". Vendredi, Twitter a suspendu de façon permanente le compte du président des Etats-Unis, deux jours après l'occupation du Capitole par ses partisans. Facebook et d'autres services comme Snapchat et Twitch ont aussi supprimé indéfiniment les pages du président des Etats-Unis. Ce bannissement a été condamné à travers tout le spectre politique en France. Ailleurs en Europe, la chancelière allemande Angela Merkel a jugé la mesure "problématique" et le commissaire européen Thierry Breton a exprimé sa "perplexité". Le porte-parole du gouvernement français Gabriel Attal s'est dit "mal à l'aise" sur Europe 1 et a estimé que "réduire au silence" une personne sur les réseaux sociaux, devenus "une forme d'espace public", pose question en "l'absence de critères spécifiquement établis" par la loi.

Le gouvernement avait tenté en 2020 de réguler la haine en ligne par une loi portée par la députée LREM Laetitia Avia. Le Conseil constitutionnel l'a rejetée en juin, jugeant qu'elle portait atteinte à la liberté d'expression. Interrogé à ce sujet, M. Attal a confirmé qu'"il faut trouver un autre chemin" et a précisé qu'"il y a une différence entre modérer un contenu et empêcher une personne" de s'exprimer. Samedi, le secrétaire d'Etat au numérique Cédric O a affirmé qu'"au-delà de la haine en ligne, nous avons besoin d'inventer une nouvelle forme de supervision démocratique" alors que la mesure prise par Twitter "pose des questions fondamentales" sur "la régulation du débat public". Des politiques de tous bords ont dénoncé le rôle de censeurs pris par des entreprises privées dans un espace numérique que certains estiment devenu public. Le premier secrétaire du PS Olivier Faure considère que le danger est qu'"un patron d'une entreprise qui a une situation de quasi monopole puisse décider seul du droit d'expression" avant de s'en prendre à la "loi Avia": "rien ne serait pire que d'avoir" "des plates-formes qui par excès de précaution en viennent à censurer". Le chef de file de LFI Jean-Luc Mélenchon a également protesté alors que la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen y voit un "véritable coup de force démocratique de la part de grands groupes privés qui considèrent aujourd'hui qu'ils ont plus de pouvoir, et c'est probablement vrai, qu'un État". François Ruffin, député LFI, a estimé lundi que si ces entreprises "peuvent couper les réseaux" d'une personnalité aussi importante que le président des Etats-Unis, "ils se sentiront les coudées encore plus franches", "demain", à l'égard de "tous les inféodés aux seigneurs numériques".

"Dans les années qui viennent, nous aurons la question essentielle de la régulation et peut-être du démantèlement de certains de ces Gafa car ça fait planer sur nos têtes une menace démocratique sans pareil", a souligné Xavier Bertrand, président ex-LR de la région Hauts-de-France. A contre courant, la députée européenne Aurore Lalucq (S&D, sociaux-démocrates) a pour sa part remercié "pour une fois" Twitter. "Nous hurlons quand cette haine virtuelle a des conséquences dramatiques bien réelles, et il y en a eu ici", a-t-elle dit.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de lucieat
12/janvier/2021 - 11h58
Citoyen87 a écrit :

J'aimais beaucoup lire les réponses humoristiques à ses tweets débiles. Il aurait mieux valu que ses tweets doivent être approuvés par un modérateur avant publication. Mais ça aurait occupé quelqu'un pendant pas mal de temps vu leur nombre.

tout à fait d'accord, les modérateurs doivent bien servir à quelque chose, on enlève ce qui ne va pas, mais pour le reste, il ne faisait qu'amuser la galerie avec des rodomontades

Portrait de lucieat
12/janvier/2021 - 11h55

ici, on se fait bannir pour moins que ça parfois, vais je l'être pour l'avoir dit ? j'espère que non, c'est la croix et la bannière pour revenir et j'aime trop intervenir, mais je fais toujours attention de ne pas choquer pour être autorisée à continuer

Portrait de Nerfertiti
12/janvier/2021 - 08h07
itsmeagainagain a écrit :

les medias ont la condamnation a geometrie variable , par exemple les medias ne disent rien du nouveau senateur democrate raphael warnok qui soutient un pasteur antisemite !!

les medias ne disent rien des 50 morts des manifs antifas et BLM !!!!

mais quand il s agit de trump alors la ils n oublient rien !!!!

 

 

tout à fait et peut avoir des effets pervers à force de lui taper dessus

 les 70 millions de républicains qui risquent de faire de Trump, un martyre 

Portrait de buzz buzz
11/janvier/2021 - 23h40
Marine2022 a écrit :

Merci de votre soutien ! En route pour mener Marine Le Pen au pouvoir en 2022, faire le grand ménage et exterminer la france islamo-insoumise de la sphère politique !

Surtout éliminer F.Bayrou, notre adversaire ultime ...

On vous aimmmeeuuuhh Marine !  smiley  smiley  smiley

Portrait de buzz buzz
11/janvier/2021 - 22h58
Marine2022 a écrit :

La liberté des réseaux sociaux feront à coup sûr de vous un mouton, mais pas moi smiley

Belle analyse que la vôtre chère Marine ! La liberté nous tuera ou fera de nous des ovins.

Hormis Dupont-Gnangnan ou vous, chère Marine, rares sont sont ceux à nous ouvrir les yeux !!!

On vous aimmmeeuuuhh Marine !  smiley  smiley  smiley

Portrait de Citoyen87
11/janvier/2021 - 18h11 - depuis l'application mobile

J'aimais beaucoup lire les réponses humoristiques à ses tweets débiles. Il aurait mieux valu que ses tweets doivent être approuvés par un modérateur avant publication. Mais ça aurait occupé quelqu'un pendant pas mal de temps vu leur nombre.

Portrait de ChrisEure
11/janvier/2021 - 17h58
krisb37 a écrit :

Vas t'acheter un cerveau !

Le mien fonctionne bien mieux que vous semblez le penser.

 

Portrait de ChrisEure
11/janvier/2021 - 17h58
©Schoenauer© a écrit :

Point Godwin. 

Vous oubliez juste un détail. Staline, Pol Pot, Hitler, Mao, Castro, Churchill, de Gaulle avaient tous les mêmes moyens de communication.  Les Ondes longues, les disques, les meetings les tracts. Sans les ondes longues, de Gaulle n'aurait jamais pu faire entendre son appel du 18 juin. Et ce n'est pas pour rien qu'il était interdit d'écouter radio Londres sous l'occupation. Vous comprenez un peu mieux ou il vous faut un croquis ? 

Je n'ai pas besoin d'un prof, merci bien et je me doutais que quelqu'un sortirait le fameux "attention ! Point Goldwin", mais peu importe.

 

Portrait de hummerH2
11/janvier/2021 - 17h47

Ce bannissement de la part des Gafa n'est bien sur en rien "patriotique", et ne repose sur aucune base légale  et encore moins "déontologique".

Il est uniquement opportuniste !!! , et la vérité est que c'est le combat de quelques milliardaires de la silicone Valley qui veulent à tout prix préserver leurs fortunes et leurs empires.

Trump une fois battu, il ne représente plus rien pour eux du jour au lendemain ! juste bon à être sacrifié sur l'autel de l'hypocrisie la plus crasse.

Ces milliardaires, patrons de Gafa, savent très bien que les démocrates ont annoncés dans leur programme ,qu'ils souhaitaient une régulation voir un démantèlement de ces Gafa.

Alors, Trump une fois battu, et devenu inutile à leurs yeux, ils ont pris ces mesures uniquement dans le but de plaire au maximum au nouveau pouvoir qui va se mettre en place, quitte à devenir encore bien plus "royaliste que le roi".

Ils espèrent certainement que les démocrates une fois au pouvoir leur en seront  éternellement reconnaissants.

Il se pourrait fortement que cela ne soit pas suffisant pour sauver leurs empires monopolistiques, les démocrates ayant la majorité au congrès, si ils appliquent leur programme, malgré ces basses manœuvres, les empires de ces milliardaires sont en danger !

Portrait de ChrisEure
11/janvier/2021 - 17h29

A ce compte-là, on aurait laissé twitter Adlof, au nom de la liberté d'expression.

Portrait de ChrisEure
11/janvier/2021 - 16h47

Les mêmes qui se plaignaient de ses twitts ?