09/01 10:02

Des "centaines de milliers" de canards vont encore être tués, après l'extension des abattages a prédit le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie

Des "centaines de milliers" de canards vont encore être tués, après l'extension des abattages annoncés par le gouvernement, a prédit vendredi le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie, invoquant le besoin "d'accélérer dans la course contre la montre" pour venir à bout du virus "hautement pathogène" de la grippe aviaire.

Depuis décembre, "ce sont quasiment 400.000 canards qui ont été abattus dans le département des Landes (...) ça va être encore des centaines de milliers, c'est une certitude", a déclaré le ministre sur France Bleu Gascogne, quelques heures avant une visite auprès d'éleveurs touchés dans ce département qui est le premier producteur de palmipèdes gras. Le ministre a reconnu "ne pas pouvoir dire" combien il restera de canards dans le département, territoire à forte densité d'élevage.

"Mon objectif c'est qu'il en reste le plus possible (...) L'objectif, c'est de faire un dépeuplement massif pour contenir l'épidémie", non transmissible à l'homme.

Depuis les premiers cas d'influenza aviaire détectés en décembre dans des élevages français, quelque 124 foyers d'infection à la grippe aviaire ont été recensés, dont 119 dans les Landes, soit plus du double du nombre relevé il y a une semaine. Plusieurs centaines de milliers canards déjà abattus, c'est "colossal, mais malheureusement ce n'est pas encore assez", a estimé M. Denormandie.

"Force est de constater qu'on n'est pas allé assez vite", a-t-il reconnu. Il a justifié les mesures annoncées jeudi, comme l'extension de l'abattage préventif, créant "un vide sanitaire autour des foyers qui va passer de 3 km à 5 km", ainsi que les "zones tampons" dans lesquelles est interdite toute entrée ou sortie de volailles.

"Pour aller plus vite, il faut accroitre les capacités d'abattage et c'est ce que nous avons mis en place aujourd'hui avec notamment des réquisitions d'abattoirs, la constitution de plateformes techniques ad hoc que nous créons pour l'occasion, avec de grosses capacités d'abattage", a-t-il poursuivi.

Mais, a mis en garde le ministre, "abattre un élevage de canards, ça ne se fait pas en un claquement de doigts, c'est un protocole sanitaire, c'est s'assurer que dans le transfert de canards il n'y ait pas le transfert possible du virus, c'est un protocole au moment où on euthanasie les volailles".

Sur le plan des indemnisations des éleveurs, M. Denormandie a assuré que "dès la semaine prochaine les premiers acomptes vont d'ores et déjà être versés". Il s'agira de sommes "portant sur la valeur marchande des canards, pas des indemnisations hors sol avec des coefficients. C'est très important".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de RICO03000
9/janvier/2021 - 10h28

Ce ne sont pas des canards, mais des oies en photo sur l'illustration...