08/12 07:01

Coronavirus : Le Royaume-Uni va devenir ce mardi le premier pays occidental à entamer sa campagne de vaccination avec le vaccin développé par les laboratoires Pfizer et BioNTech

Le Royaume-Uni va devenir ce mardi le premier pays occidental à entamer sa campagne de vaccination contre le coronavirus. Un «moment historique», s'est enthousiasmé le ministre de la Santé britannique, Matt Hancock. Après avoir démontré une efficacité de 95 % selon les résultats complets de leur phase finale d'essais cliniques, le vaccin développé par les laboratoires Pfizer et BioNTech a été autorisé la semaine dernière au Royaume-Uni, ce dernier devenant le premier pays du monde à l'approuver. C'est ce vaccin américano-allemand, dit «à ARN messager», qui va être injecté aux Britanniques lors de la première phase de la campagne de vaccination.

En Russie, où la vaccination a débuté samedi, c'est le vaccin russe Spoutnik V qui est utilisé. Le gouvernement britannique a défini des publics prioritaires pour la vaccination, classés en neuf groupes, qui seront directement contactés par les services de santé. Les résidents des maisons de retraite et le personnel y travaillant arrivent en premiers.

Suivent les soignants et les plus de 80 ans. Ces neuf catégories prioritaires - dans lesquels on trouve également les personnes vulnérables et avec des pathologies chroniques - correspondent à 99 % des morts du coronavirus, qui a fait plus de 61.000 victimes au Royaume-Uni, soit le pays le plus endeuillé d'Europe. Les autorités espèrent parvenir à vacciner - de façon volontaire et non obligatoire - ces neuf publics prioritaires d'ici au printemps prochain.

Environ 800.000 doses seront disponibles dès cette semaine, permettant de vacciner 400.000 individus, puisque le remède de Pfizer et BioNTech nécessite deux injections, à 21 jours d'intervalle.

Au total, le gouvernement britannique a commandé 40 millions de doses de ce vaccin pour 2020 et 2021, ce qui permettra de vacciner 20 millions de personnes, soit un peu moins du tiers de la population du royaume. Sur ce total, 4 millions de doses sont attendues d'ici à la fin de l'année selon une responsable du NHS, le système public de santé britannique, citée par le Guardian.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
8/décembre/2020 - 14h07

Très bien, que les britanniques servent de cobayes avant nous.