29/10 07:01

Confinement (Acte II) : Revoir l'intégralité des 22 minutes de l'intervention d'Emmanuel Macron qui annonce le reconfinement à partir de ce soir à 23h59 - Vidéo

Emmanuel Macron débute son allocution : "Le virus circule à une vitesse en France que même les prévisions les plus pessimistes n'avaient pas imaginées. Avons nous tout bien fait non ? Mais désormais nous sommes un pays qui testons le plus . Si les efforts consentis ont été utiles, la lucidité commande d'admettre que cela ne suffit pas. Le virus circule en France à une vitesse que même les prévisions les plus pessimistes n'avaient pas anticipée. Hier, 527 de nos compatriotes sont décédés.

Hier, nous avons dénombré près de 3 000 personnes en réanimation, soit plus de la moitié des capacités d'accueil. Nous sommes débordés par une deuxième vague qui sera plus dure et plus meurtrière que la première. Nous devons donner un coup de frein brutal aux contaminations. Quoi que nous fassions, près de 9.000 patients seront en réanimation à la mi-novembre. Nous voulons protéger les plus fragiles mais aussi les jeunes et les soignants qui ont beaucoup donnés.

Il faut aussi protéger les plus modestes qui sont les plus touchés. Il nous faut aussi protéger notre économie. Il ne faut pas opposer santé et économie et trouver un juste équilibre mais pour nous rien n'est plus important que la vie humaine. Nous pourrions confiner uniquement les personnes à risque, mais cette voix n'est pas utilisable car nous ne pouvons pas créer une bulle autour d'une génération. Et les plus jeunes sont aussi touchées.

Nous sommes en train d'augmenter les stocks de capacités en réanimation et nous avons les stocks de matériel et de médicaments. Nous sommes passés de 5.000 lits à 6.000 et nous allons les porter à 10.000 lits. Mais cet effort n'est pas suffisant. Il n'y a pas de solution magique et nous ne pourrons pas faire appel à une main d'oeuvre étrangère car eux aussi sont touchés. Quelle est donc la bonne stratégie à retenir. Il faut aller plus loin.

J'ai décidé qu'il fallait confiner à partir de vendredi partout en France mais les écoles resteront ouvertes et le travail va continuer. Il sera interdit de se déplacer d'une région à l'autre sauf pour le retour de vacances. C'est également le retour des attestations pour tous ceux qui souhaitent sortir de chez eux. Les usines, les exploitations agricoles, les bâtiments et travaux publics continueront de fonctionner. L'économie ne doit ni s'arrêter, s'effondrer.

Comme au printemps, vous pourrez sortir de chez vous pour aller travailler, vous rendre à un rendez-vous médical, pour porter assistance à un proche, pour faire vos courses ou prendre l'air à proximité de votre domicile. Nos enfants ne sauraient durablement restés priver d'instruction, d'éducation, de contact avec le système scolaire. Les crèches, les écoles, les collèges et les lycées demeureront donc ouverts avec des protocoles sanitaires renforcés. Les facultés et établissements d'enseignement supérieur assureront à l'inverse des cours en ligne.

Partout où c'est possible, le télétravail sera à nouveau généralisé. Mais, c'est une seconde différence par rapport au printemps, les guichets des services publics resteront ouverts. Nos frontières intérieures à l'espace européen demeureront ouvertes et sauf exception les frontières extérieures resteront fermées. Bien évidemment, les Français de l'étranger resteront libres de regagner le territoire. Quant aux cimetières, en cette période marquée par la Toussaint, ils demeureront ouverts et je veux que nous puissions continuer à enterrer dignement nos proches Les visites dans les EHPAD resteront autorisées et les frontières européennes restent ouvertes.

Tous les 15 jours nous ferons le point et décideront de nouvelles mesures. Nous devons revenir à 5.000 contaminations par jour contre 40.000 aujourd'hui.

Ce nouveau confinement ne réussira que par la mobilisation de tous et chacun à son rôle à jouer. Nous avons aussi besoin du sens des responsabilités de chacun et de l'esprit citoyen de tous. Rester au maximum chez vous. Respectez les règles. Une fois encore, je vous le dis. La réussite dépend du civisme de chacune et chacun d'entre nous Si je sais la lassitude et cette impression d'un jour sans fin qui tous nous gagne, nous devons, quoiqu'il arrive, rester unis et solidaires et ne pas céder au poison de la division. Mais j'ai confiance en nous, en vous. Nous devons tenir. Nous sommes une nation unie et solidaire et à cette condition que nous y arriverons."

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de LesRipoublicains
1/novembre/2020 - 18h38

Notons au passage le gros mensonge pour faire mieux avaler la pilule.

Il nous a glissé "plus de 500 morts en un jour" ... de quoi être alarmiste quand au plus fort de la première période, on est monté à un pic de 700 !

Ceci étant, si effectivement 523 morts ont été comptabilisés le jour de son allocution, ne pas oublier qu'il y avait 288 morts comme quasiment quotidiennement les autres jours, auxquels il a ajouté 235 morts en Ehpad qui eux étaient comptabilisés ... sur 4 jours.

S'il avait fait son allocution le lendemain, il aurait dû se contenter de 244 décès quotidien, soit un effet d'annonce beaucoup moins percutant.

Ce qui ne veut pas dire que la situation ne soit pas très préoccupante, néanmoins, il eut été préférable qu'il développe son argumentation avec des chiffres ne souffrant d'aucune malhonnêteté intellectuelle, en se contentant des seuls décès en hôpitaux.

D'autant que les décès en Ehpad, il ne s'en préoccupait guère dans la première période de confinement, il a fallu que bon nombre de médecins interpellent le gouvernement Philippe pour qu'ils apparaissent dans un "décompte à part".

Or là, il nous les a cumulé, le fourbe !