28/10 13:16

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity ce matin en conseil des ministres

L'ssociation BarakaCity a été dissoute mercredi en Conseil des ministres, accusée par le gouvernement de « relations au sein de la mouvance islamiste radicale » et de « se complaire à justifier des actes terroristes », a annoncé Gérald Darmanin dans un tweet.

Cette ONG, présidée par Driss Yemmou, dit Idriss Sihamedi, « incitait à la haine, entretenait des relations au sein de la mouvance islamiste radicale, se complaisait à justifier des actes terroristes », a fait valoir le ministre de l’Intérieur, qui avait réclamé sa dissolution après la décapitation de Samuel Paty en pleine rue à Conflans Saint-Honorine (Yvelines). M. Sihamedi est par ailleurs soupçonné de cyberharcèlement envers une ex-journaliste de Charlie Hebdo et doit être juger en janvier pour ces faits.

« Nous demandons l’asile politique de notre ONG à un pays garant de l’intégrité des musulmans », a réagi sur Twitter l’association. « Nous mettons tout en oeuvre pour sauver les intérêts de nos bénéficiaires présents dans 26 pays ».

La semaine dernière, le Conseil des ministres avait dissout le collectif propalestinien « Cheikh Yassine », créé par Abdelhakim Sefrioui, un militant islamiste mis en examen pour « complicité d’assassinat terroriste » après l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine.

Le ministre de l’Intérieur étudie en outre la possibilité d’engager une procédure de dissolution du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), qu’il qualifie « d’officine islamiste » oeuvrant « contre la République ».

Le décret prononçant la dissolution de BarakaCity, lui reproche de propager « des idées prônant l’islamisme radical ».

« Par l’intermédiaire du compte personnel Twitter de son président ainsi que des comptes Facebook et Twitter de l’association, elle diffuse et invite à la diffusion d’idées haineuses, discriminatoires et violentes », poursuit le décret.

A ces mesures de dissolution d’associations s’est ajoutée cette semaine la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin, au motif qu’elle a notamment relayé une vidéo dénonçant le cours de Samuel Paty.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de moije
28/octobre/2020 - 18h54

Pas grave ! elle va renaître sous un autre nom et continuer à toucher les subventions !

Portrait de seb176
28/octobre/2020 - 14h29

C est un bon premier pas mais que faisons nous de tout les musulmans chez nous qui pensent que les caricatures sont une erreurs et une provocation . Que faisons nous de toutes les mosquées qui prêchent contre nos valeurs républicaines ? De tout les fichés S binationales qui nous pourrissent la vie , qu'ils soient en prison ou dehors ? Nous sommes assis sur une bombe a retardement et personne au pouvoir ne semble y prêter attention ...