28/10 11:21

Coronavirus - Retour sur les derniers jours où l’épidémie de Covid-19 s’est accélérée en France entrainant des décisions du gouvernement - VIDEO

Hier soir, "L'info du vrai" s'est intéressée à la gestion de l'épidémie de coronavirus par le gouvernement. Depuis quelques jours, au sommet de l'Etat, c'est le branle-bas de combat.

Au fil des jours, le nombre de contaminations ne cessent d'augmenter. Jeudi dernier, lors d'une conférence de presse, le ministre de la Santé Olivier Véran déclarait "sans mesures nouvelles là où c'est nécessaire, pour freiner l'épidémie, il y aurait dans 15 jours plus de 50 000 malades diagnostiqués chaque jour". Un chiffre qui a été atteint en trois jours.

Le président Emmanuel Macron doit décider et annoncer ce soir aux Français d’impopulaires nouvelles restrictions qui pourraient aller jusqu’au reconfinement du pays, toutefois moins strict qu’au printemps.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de PhilRAI
28/octobre/2020 - 16h12

L'escroquerie continue !

 

Elle s'appuie sur des résultats de tests PCR sans aucune signification vu qu'on ne donne pas le nombre d'amplifications (le CT) et que passé 35 le nombre de faux positifs monte en flèche et peut aller jusqu'à 100 % de faux positifs. De plus il ne détecte que des morceaux d'ADN, impossible de savoir si le virus est vivant, mort ou s'il ne s'agit que de débris ni si le patient est malade. Les laboratoires refusent de donner ce CT indispensable à la compréhension du test. C'est un fort indice qu'il y a une magouille pour ajuster le nombre de positifs en fonction des besoins.

 

Le % de positifs est donné en supprimant les cas qui ont déjà été testés une fois négatifs. Ce qui fait que mécaniquement le % de positifs augmente, c’est redoutablement efficace, plus il y a de négatifs répétés plus le taux de positifs monte. Je l’ai vérifié avec les chiffres officiels. Il y a une distinction entre le nombre de personnes testées (sans les négatifs répétés) et le nombre de tests réalisés.

 

Les patients hospitalisés pour n'importe quoi mais qui ont un test positif passent covid et donc rentrent dans la statistique covid alors même qu'il n'ont aucun symptôme et qu'ils ne sont pas hospitalisés pour cela. Idem pour les réanimations et les décès.

 

Le traitement qui guérit les patients existe, à base d’hydroxychloroquine et d’azithromycine, déjà utilisé depuis des années contre les pneumopathies, il est proposé entre-autres par Raoult à Marseille : Son taux de décès parmi les malades avérés est de 0,5% actuellement, 4% pour la France entière (19% en avril contre 0,6% pour Raoult) !  Voir aussi la vidéo du docteur Erbstein Un médecin généraliste témoigne. "Je ne pouvais pas les laisser mourir !". Mais ce traitement est soigneusement ignoré ou diabolisé, il permettrait de résoudre le problème en quelques semaines. Une pression énorme est faite sur les médecins pour qu’ils ne prescrivent pas ces médicaments et sur les pharmaciens pour qu’ils ne les délivrent pas. C’est de la non assistance à personnes en danger.

 

Les hôpitaux sont régulièrement saturés, depuis plusieurs années, le covid n’y est pour rien. D’ailleurs les hôpitaux s’arrangent toujours pour avoir un maximum de lits occupés pour éviter leur suppression. De plus, faute de soins apportés par les généralistes les gens se précipitent dans les hôpitaux. Il y a de la place dans le privé, mais chut ...