11:35

EXCLU - Gestion de la crise du coronavirus - L’avocat à l’origine des perquisitions réagit dans "Morandini Live": "Je suis entièrement satisfait car la justice prend ces plaintes au sérieux" - VIDEO

Ce matin, Maître Fabrice Di Vizio, avocat des professions de santé, était l'invité de Jean-Marc Morandini dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People. L'avocat à l'origine des plaintes a réagi en exclusivité aux perquisitions qui se sont déroulées aux domiciles et bureaux d'Olivier Véran, Jérôme Salomon, Agnès Buzyn, Edouard Philippe et Sibeth Ndiaye.

"En déposant les plaintes, ce que j'avais dit c'est que les commissions d'enquêtes parlementaires ne servaient à rien. Si on voulait la vérité, il fallait que l'on passe par des actes coercitifs, comme les perquisitions qu'on avait demandées. Maintenant, les éléments que la justice estime pertinent, dont les ordinateurs, ont été saisis. On va exploiter leurs contenus et voir ce qu'ils contiennent", a-t-il débuté.

Et d'ajouter : "La justice cherche à savoir qui savait quoi. Agnès Buzyn a dit qu'elle avait adressé des mails au Président de la République et au Premier ministre. On cherche à savoir le contenu de ces mails. On cherche à savoir quelles seraient les notes qui seraient remontées de la Direction générale de la Santé vers le ministère de la Santé sur l'état des stocks de masques. On veut des éléments concrets (...) S'il y a eu des échanges de mails, pourquoi rien n'a été fait derrière ?".

Maître Fabrice Di Vizio indique être "entièrement satisfait, parce que la justice prend ces plaintes au sérieux". "Mes clients médecins ont été auditionnés deux fois 6h par la Cour de justice. C'est dire l'importance qu'on accorde à cette affaire. On a déposé plainte en mars, en juin ouverture de l'instruction. On est à peine en novembre et déjà il y a des perquisition. C'est du jamais vu dans l'histoire de la République française". 

L'avocat rappelle que la plainte a été déposée au nom de médecins qui sont réunis en collectif. Au niveau judiciaire, "l'abstention de combattre un sinistre" est passible de plusieurs années d'emprisonnement et de peines d'amende importantes, indique Maître Fabrice Di Vizio.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
15/octobre/2020 - 13h33

Il a un peu une tête de fou.