16/09 14:31

Moselle: Un homme suspecté d’avoir tué sa compagne dont le corps a été découvert en Allemagne a été placé en garde à vue

Un homme suspecté d’avoir tué, dans un contexte de séparation, sa compagne dont le corps a été découvert en Allemagne, près de la frontière, a été placé en garde à vue, a indiqué mardi le parquet de Sarreguemines (Moselle). L’homme, âgé de 55 ans, a été interpellé lundi à 19H45 dans un camping à Hyères (Var), puis conduit au service de police judiciaire de Toulon, a indiqué à l’AFP Olivier Glady, procureur de la République à Sarreguemines.

« Le suspect conteste les faits », a relaté M. Glady, annonçant que sa garde à vue pour « meurtre aggravé par la circonstance de conjoint-concubin » avait été prolongée mardi soir. L’homme est soupçonné d’avoir tué sa compagne, âgée de 43 ans, dont le corps avait été découvert samedi dans une zone boisée par des promeneurs à Überherrn, dans le Land frontalier de la Sarre.

La victime, qui résidait à Freyming-Merlebach (Moselle), présentait des traces de violences, ce qui avait incité le parquet de Sarreguemines à ouvrir une enquête pour homicide. Selon le procureur, le couple était « en voie de séparation » et selon une source proche de l’enquête, la séparation du couple était « récente », mais « effective ».

« Il est connu pour des faits de violence, mais pas sur la victime. Il n’y avait pas de plainte en cours de la part de cette femme », a précisé M. Glady. Le quinquagénaire a été condamné en 1997 à dix ans de réclusion criminelle pour le meurtre d’un homme, « peine qu’il a entièrement purgée », a-t-il détaillé. Les policiers allemands ont réalisé les relevés d’indices et le corps a été autopsié en Allemagne. Les circonstances du décès n’étaient pas encore connues mardi.

Les investigations, confiées à l’antenne de la police judiciaire de Metz et au commissariat de Freyming-Merlebach, doivent encore déterminer « si elle a été tuée en France et ramenée dans le bois en Allemagne ou si les faits se sont déroulés en Sarre », selon la source proche de l’enquête.

Ailleurs sur le web

Vos réactions