24/08 10:01

Une guerre d'usure a commencé dans le dossier Lagardère alors que l'héritier espère repartir pour un bail de quatre ans avec le soutien de Bernard Arnault

Une guerre d'usure a commencé dans le dossier Lagardère, entre l'héritier Arnaud Lagardère, reparti pour un bail de quatre ans avec le soutien de Bernard Arnault, et Vivendi qui sesta ssocié avec un fonds activiste. Premier épisode de la saga qui voit s'affronter les plus grands noms du capitalisme français: l'offensive printanière du fonds Amber Capital, tenu en échec lors de l'assemblée générale du groupe par Arnaud Lagardère. Après un certain suspense, celui-ci avait su s'entourer de Marc Ladreit de Lacharrière (Fimalac), de Vincent Bolloré (via le géant des médias Vivendi) et de Bernard Arnault, ce dernier s'étant vu proposer une entrée privilégiée dans la holding du groupe. Deuxième acte au coeur de l'été: le retournement d'alliance de M. Bolloré qui a fraternisé avec Amber, l'ennemi juré d'Arnaud Lagardère, pour demander quatre sièges sur neuf au conseil de surveillance (trois pour le fonds, un pour Vivendi).

A l'approche de l'automne, les deux blocs cherchent à renforcer leur positions. Dès lundi, Arnaud Lagardère, qui contrôle un groupe au statut atypique de commandite par action avec seulement 7% du capital, a joué la prudence en faisant renouveler, sept mois avant l'échéance, son mandat de gérant par un conseil de surveillance organisé discrètement. Cette décision est "choquante, scandaleuse", ne décolère pas Olivier Fortesa, associé du fonds Amber, dans un entretien vendredi avec l'AFP. "C'est la première fois dans l'histoire de l'entreprise qu'un gérant est renouvelé aussi tôt", affirme-t-il.

"La fonction du conseil de surveillance n'est pas de protéger les intérêts d'un homme, mais ceux du groupe et de ses actionnaires. Il a failli dans sa mission", dénonce M. Fortesa, qui fait partie des trois candidats proposés par Amber, avec le patron du fonds Joseph Oughourlian. Malgré ce revers, Amber et Vivendi, qui cumulent près de 44% du capital de Lagardère et un peu plus de 30% des droits de vote, persistent à demander l'organisation d'une assemblée générale. Ils ont tous deux formalisé leur requête en fin de semaine en précisant qu'elle devrait avoir lieu d'ici à la fin octobre. Sans garantie aucune qu'Arnaud Lagardère accepte, ils menacent de saisir le tribunal de commerce qui pourrait désigner un mandataire s'il estime que les résolutions proposées par les deux partenaires sont conformes à l'intérêt général de la société.

"Pour demander une nouvelle AG, il faut un motif légitime", remarque le clan Lagardère qui se rassure: "quoiqu'il advienne, Arnaud Lagardère est là pour quatre ans, inamovible". "Ce qu'a fait un conseil de surveillance, un autre peut le défaire", rétorque un proche du dossier. Selon lui, "ce n'est pas parce qu'il a été renommé qu'il est inexpugnable". Sa situation est liée à la santé économique de son groupe, touché de plein fouet par la crise sanitaire et qui a perdu près de 500 millions d'euros au premier semestre, et à sa capacité à rembourser ses dettes personnelles.

Selon les comptes de sa holding, publiés début août, l'endettement total de celle-ci s'élevait à 214 millions d'euros en 2019, et 164 millions d'euros arrivent à échéance dès la fin de l'année. L'arrivée de Bernard Arnault, prévue pour début septembre et qui doit prendre 27% de la holding par augmentation de capital et achat d'actions, n'apporterait que 80 millions d'euros d'argent frais. Les intentions du PDG du groupe de luxe LVMH, qui agit désormais "de concert" avec Arnaud Lagardère, restent de plus encore mal connues.

"Alors qu'il est celui qui a investi le moins", Bernard Arnault "pourrait rapidement s'imposer comme l'actionnaire contrôlant de la +boucle+ Lagardère et donc de Lagardère SCA", écrivait en juin dans une note Jérôme Bodin, analyste chez Oddo-BHF. Pour l'instant non consulté à ce sujet, le conseil de surveillance devrait donner son accord si M. Arnault s'aventurait à acquérir le contrôle de la commandite, expliquait l'analyste.

Mercredi, Bernard Arnault a tenu à rappeler dans un communiqué son attachement à "l'intégrité du groupe Lagardère autour de ses deux piliers", l'édition (Hachette) et la distribution dans les gares et aéroports (Relay). Il serait aussi susceptible, selon certains observateurs, d'être intéressé par les médias encore influents du groupe comme Paris Match, le JDD ou Europe 1.

Ailleurs sur le web

Vos réactions