03/08 07:31

Des survivants de l'Holocauste demandent à Mark Zuckerberg, fondateur et PDG de Facebook, de retirer du réseau social les contenus négationnistes

Des survivants de l'Holocauste demandent à Mark Zuckerberg, fondateur et PDG de Facebook, de retirer du réseau social les contenus négationnistes, dans un message vidéo.

Neuf rescapés témoignent dans la vidéo mise en ligne sur le plus grand réseau social du monde, dont Eva Schloss, demi-soeur d'Anne Frank, aujourd'hui âgée de 91 ans. Elle a été réalisée en partenariat avec la Claims Conference, organisation créée en 1951 notamment pour oeuvrer à la récupération de biens spoliés.

"Quand des gens disent en ligne que l'Holocauste n'a jamais eu lieu, ils disent que mon père, ma soeur et soixante membres de ma famille n'ont pas été assassinés par les nazis", explique Lea Evron, aujourd'hui âgée de 85 ans.

D'origine polonaise, elle a échappé aux camps d'extermination de même que sa mère lorsque son père et sa soeur ont été déportés, en 1943.

"Ceux qui disent que l'Holocauste n'a pas existé me traitent de menteur", résume Sidney Zoltak, également d'origine polonaise, qui a échappé aux camps en se cachant dans des villages en Pologne.

Dans un document publié début juillet, l'organisation de lutte contre l'antisémitisme Anti Defamation League (ADL) a donné plusieurs exemples de groupes Facebook au sein desquels des usagers mettaient ouvertement en doute l'existence de l'Holocauste ou son étendue.

Parmi eux le groupe CODOH ou "comité pour un débat ouvert sur l'Holocauste", où étaient encore visibles mercredi des messages niant que le génocide des juifs d'Europe a bien eu lieu durant la Seconde Guerre mondiale.

Aux Etats-Unis, révisionnisme et négationnisme ne sont pas interdits par la loi et la jurisprudence tend à les placer sous la protection du premier amendement de la Constitution, qui garantit la liberté d'expression.

Dans de nombreux Etats européens, en revanche, des propos révisionnistes ou négationnistes sont passibles de poursuites pénales.

En juillet 2018, Mark Zuckerberg, qui est lui-même juif, avait expliqué qu'il ne voulait pas supprimer les messages négationnistes de Facebook.

Sollicité par l'AFP, Facebook a indiqué qu'il supprimait tout contenu qui "défendait" l'Holocauste, "essayait de le justifier", "accusait les victimes de mentir" ou incitait à la haine ou la violence contre les juifs.

Mais la plateforme ne retire pas du contenu "uniquement parce qu'il est faux", a précisé un porte-parole, et ne supprime donc pas les contenus négationistes, même si elle cherche à en limiter la propagation sur la plateforme.

- "Discours de haine" -

La Claims Conference prévoit de mettre en ligne une vidéo d'un rescapé chaque jour "jusqu'à ce que Facebook agisse", a indiqué une pore-parole, expliquant que plus de 70 messages étaient déjà prêts.

L'organisation indique avoir demandé à Mark Zuckerberg de rencontrer des rescapés pour écouter leur histoire "et comprendre pourquoi le négationisme est un discours de haine", a expliqué la porte-parole.

En juin, le réseau social s'est retrouvé sous le feu des critiques quand plusieurs associations de défense des droits des minorités ont appelé au boycott de la plateforme pour obtenir qu'elle contrôle mieux les contenus incitant à la haine, au racisme ou à la violence.

Après le retrait de plusieurs grands annonceurs, le PDG s'est engagé à ce que le site retire les publicités présentant certaines minorités comme une menace pour la sécurité ou la santé du plus grand nombre.

Il a aussi promis que le réseau social avertirait les utilisateurs lorsque certains messages ou contenus postés sur Facebook enfreindront ses règles.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de L'oeil de Caïn
3/août/2020 - 10h42

Des vieillards centenaire qui demandent à...laissez moi rire...poussé par des Haineux oui

Portrait de Monsieur Zerotrois
3/août/2020 - 08h56

On a le droit d'être contre la loi gayssot qui effectivement impose une version unique de l'histoire, mais ça reste la loi française et il est normal qu'elle soit faite respectée en France.