22/06 16:36

Les droits TV du championnat de foot allemand pour les quatre prochaines saisons (2021-2025) en légère baisse, passent de 1,16 milliard d'euros par saison à 1,1 milliard

Les droits TV du championnat de foot allemand pour les quatre prochaines saisons (2021-2025) sont en légère baisse, de 1,16 milliard d'euros par saison à 1,1 milliard, a annoncé lundi le président de la Ligue allemande (DFL) Christian Seifert. Avec 4,4 milliards d'euros sur l'ensemble de la période, c'est la première fois depuis l'attribution des droits en 2002 que ceux-ci n'augmentent pas. Ce résultat pourrait donner le ton des négociations à venir en Europe. Contrairement à ce que certains avaient anticipé, ni Amazon ni aucun autre groupe de l'univers des nouveaux "players" n'a obtenu de droits, et les principaux lots des matches en direct ont été partagés entre Sky et DAZN, les deux diffuseurs actuels.

Dans le détail, DAZN empiète sur le territoire de Sky, qui perd notamment les matches du dimanche. Le coronavirus a-t-il joué un rôle dans cette évolution? "On ne sait pas ce qu'il se serait passé sans le coronavirus", a reconnu Christian Seifert en réponse à la question. Mais le patron de la DFL estime qu'il s'agit pour la Bundesliga d'un résultat "tout à fait honorable lorsqu'on le comparera à celui des autres grandes ligues, qui vont renouveler prochainement leurs droits". Ce résultat, a-t-il insisté, "offre aux clubs de première et deuxième division (...) la meilleure stabilité possible dans ces temps d'incertitude (...) les clubs peuvent planifier en toute sécurité jusqu'en 2025". Ce coup d'arrêt à l'inflation des droits TV va cependant obliger "certains à se serrer un peu la ceinture", a-t-il prédit, "pas seulement les clubs, mais aussi les joueurs, les agents, et tout le système du football. Il va y avoir une correction à la baisse de toute l'économie du football".

La Bundesliga a été la première Ligue majeure de sport professionnelle à redémarrer mi-mai après l'interruption due à l'épidémie de Covid-19, en grande partie parce que ses clubs (18 de D1 et 18 de D2) sont très dépendants des droits TV pour leur survie. La DFL avait justifié son insistance à relancer le championnat justement par la nécessité de toucher ces droits, afin d'éviter la faillite ou l'appauvrissement durable des nombreux clubs.

Ailleurs sur le web

Vos réactions