03/04 13:25

Le témoignage touchant en direct dans "Morandini live" de l'acteur Samuel Le Bihan confiné avec sa petite fille autiste - VIDEO

Ce matin, Jean-Marc Morandini présentait une nouvelle édition spéciale de "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People consacrée au coronavirus. Au cours de l'émission, Samuel Le Bihan, papa d'Angia, sa fille autiste âgée de 8 ans, était en duplex pour évoquer son quotidien avec son enfant en période de confinement.

"C'est plus compliqué, parce que les personnes autistes aiment bien avoir une routine sécurisée par un environnement qui est toujours le même. A partir du moment où il y a des changements, c'est source d'angoisse, de crise et même parfois de violence. Je pense aux gens qui sont confinés dans 30m2 et qui ont un enfant autiste. C'est beaucoup plus complexe à gérer", explique le comédien.

Et d'ajouter en évoquant l’aménagement du confinement pour les autistes annoncé hier par Emmanuel Macron : "Il y avait des bombes à retardement dans certains cas, et c'était indispensable de pouvoir souffler. Soit de retrouver des endroits qui sont des endroits connus par l'enfant autiste et qui puisse lui permettre d’alléger son angoisse, ou alors simplement faire un tour en voiture, ça aide et ça calme".

"On passe des années à apprendre à un autiste à aller vers les autres, à communiquer, à lire les expressions du visage. On entre dans sa bulle pour aller dans notre monde et puis un jour on lui dit 'non, il faut que tu arrêtes d'aller vers les gens, que tu les touches'", indique Samuel Le Bihan.

L'acteur ajoute qu'il a co-créé une plateforme (Autisme Info Service - 0.800.71.40.40) qui a résolu plus de 6.000 cas en un an. Des conseils et du soutien psychologique sont disponibles. "Pendant la période de confinement, les appels ont été multipliés par 4", confie-t-il.

Lors d'une première sortie, l'acteur a eu une mésaventure avec les forces de l'ordre. "C'est toujours un peu compliqué. Même avec la carte d'handicapé, les forces de l'ordre ne comprenaient pas. On a trouvé une solution, ça s'est bien terminé. Il y a de la compréhension mais ils ont des consignes. Ils font leur travail. On leur a demandé d'obliger les gens de ne pas sortir. J'étais face à une nécessité et un besoin de quelqu'un qui ne comprend pas le confinement, de décompresser un peu", déclare-t-il.

Ailleurs sur le web

Vos réactions