14/02 18:01

Le groupe M6 annonce un bénéfice net annuel de 172,7 millions d'euros, soit une baisse de 5% attribuée aux récentes cessions d'actifs,

Le groupe M6 a annoncé un bénéfice net annuel de 172,7 millions d'euros, soit une baisse de 5% attribuée aux récentes cessions d'actifs, mais s'est réjoui d'une marge opérationnelle au plus haut depuis 19 ans. Sur l'année 2019, le chiffre d'affaires du groupe s'élève à 1,46 milliard d'euros, en progression de 2,4%, en ligne avec les attentes des analystes. Le groupe de télévision et de radio l'explique par la croissance de ses recettes publicitaires de 3,8% et notamment celles du pôle jeunesse (Gulli, Canal J et Tiji) récemment acquis auprès du groupe Lagardère et intégré aux comptes depuis septembre. Les chaînes Jeunesse ont contribué à faire progresser le chiffre d'affaires publicitaire du pôle Télévision de 4%.

A périmètre constant, celui-ci reste stable dans "un climat économique et social difficile avec la longue grève dans les transports", note un communiqué. Le taux de marge opérationnelle courante s'élève à 19,5%, en progression de 0,8 point sur un an. Le résultat net est en revanche grevé par d'importantes charges liées au regroupement d'entreprises (9,4 millions d'euros) découlant des récentes cessions. Le groupe a présenté également un résultat net des activités poursuivies de 174 millions d'euros, stable (-0,3%) sur un an.

Le directeur financier du groupe Jérôme Lefébure s'est réjoui auprès de l'AFP d'une "très belle année, historique" illustrant la capacité du groupe à "réallouer ses ressources sur de bons actifs qui offrent un rendement élevé." Sur l'année, les revenus issus de la télévision progressent de 4,9%, ceux de la radio de 2,4% et les recettes diminuent de 1,7% pour la production et droits audiovisuels et de 7,1% pour les diversifications.

Avant l'acquisition des chaînes de Lagardère, M6 avait acheté en 2017 les radios françaises de RTL Group et vendu en 2018 sa filiale MonAlbumPhoto et le club de football des Girondins de Bordeaux. Pour 2020, le groupe entend "poursuivre les enjeux d'intégration de la radio, dont la profitabilité n'est pas encore au niveau de la TV", a indiqué M. Lefébure. Les activités non linéaires (rediffusion sur les plateformes) en TV et radio doivent également tirer la croissance lors des prochaines années.

Le Conseil de surveillance a par ailleurs décidé jeudi de renouveler jusqu'au 13 février 2023 l'ensemble du collège du directoire, y compris son président Nicolas de Tavernost, 70 ans, qui sera touché par "la limite statutaire de son mandat au 22 août 2022". En avril, l'assemblée générale avait approuvé à 99,9% le report de l'âge limite des membres du directoire de 70 à 72 ans.

Ailleurs sur le web

Vos réactions