Rechercher

11/02 08:21

La retransmission de la cérémonie des Oscars a réalisé dimanche soir la plus mauvaise audience de son histoire, en chute libre par rapport à l'an dernier

La retransmission de la 92e cérémonie des Oscars a réalisé dimanche soir la plus mauvaise audience de son histoire, en chute libre par rapport à l'an dernier avec seulement 23,6 millions de téléspectateurs revendiqués aux Etats-Unis par la chaîne ABC. En 2019, la soirée des Oscars, les plus prestigieux prix cinématographiques à Hollywood, avait attiré 29,6 millions de téléspectateurs, après un plus bas historique de 26,5 millions l'année précédente.

L'édition 2020 restera certes dans les mémoires pour avoir sacré meilleur film "Parasite", premier long-métrage dans une langue autre que l'anglais à remporter cette récompense phare. Mais les critiques s'accordent à dire que la cérémonie, longue de plus de trois heures et demie, a été poussive et ne restera pas dans les mémoires.

Pour la deuxième année consécutive, la soirée avait décidé de se passer d'un maître de cérémonie unique, espérant rééditer le succès de 2019, mais les performances des vedettes qui se sont relayées sur scène pour débiter des plaisanteries et ouvrir les enveloppes ont été globalement décevantes.

Le réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho a "évité à la cérémonie de compter parmi les pires de l'histoire" des Oscars, écrit ainsi le site spécialisé IndieWire. "Beaucoup de ce qui a été proposé durant les Oscars 2020 n'a tout simplement pas fonctionné". Quant aux numéros musicaux, entre Randy Newman et Elton John, "ils ressemblaient à toutes les soirées d'Oscars que vous avez pu voir au cours des deux ou trois dernières décennies", déplore le Washington Post.

L'audience des Oscars, qui dépassait encore 43 millions en 2014, n'a cessé de chuter ces dernières années aux Etats-Unis, à l'instar des autres soirées de remise des prix (Golden Globes, Grammy Awards, etc). Les Oscars ont encore été vivement critiqués cette année, beaucoup leur reprochant leur manque de diversité ethnique et culturelle dans les nominations, ainsi que l'absence des femmes dans la catégorie des réalisateurs. Certains avaient même appelé sur les réseaux sociaux à boycotter la cérémonie.

Sur les 39 statuettes dorées du millésime 2020, un tiers ont malgré tout été distribuées à des femmes.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de jeanmich
11/février/2020 - 14h06
Climato a écrit :
Les Oscars qui ont été trop longtemps politisés, avec des sketchs ouvertement anti-Trump, ont passé l'envie à beaucoup d'Américains de garder ce type de Cérémonie. La politisation des divertissements est un repoussoir absolu.

Lorsque certains comédiens ou acteurs se font étriller par le président Trump par Sms... selon vous, ces artistes doivent donc se taire ?? Malheureusement,  les polémiques initiées par la présidence américaine doivent leur permettre de se défendre "avec leurs bons mots"... cela peut prêter à sourire cependant...

Ce qui me gêne c'est votre dernière phrase.... c'est le gignol à la maison blanche qui politise sa situation... lui la voit d'une manière "divertissante" (je reprends vos mots) et une grande partie de la population la voit d'une façon.... moins enthousiasmante...(et je pèse mes mots).... et le reste du monde constate ébahi ce repoussoir infini....  tout s'entrechoque et il peut y avoir des dommages collatéraux..... comme les Oscars qui sont de moins en moins suivis.... mais l'ayant regardé toute la nuit de dimanche à lundi... c'était effectivement très chiant.... même Laurent Weil était pas très heureux du "spectacle" proposé... on se serait cru aux Grammys et non aux Oscars... embêtant !!

Portrait de Climato
11/février/2020 - 13h20 - depuis l'application mobile

Les Oscars qui ont été trop longtemps politisés, avec des sketchs ouvertement anti-Trump, ont passé l'envie à beaucoup d'Américains de garder ce type de Cérémonie. La politisation des divertissements est un repoussoir absolu.