28/12/2019 10:01

Boulogne-sur-Mer: Il affirmait avoir tué son père qui était en train d'étrangler sa mère le jour de Noël... Mais tout était faux !

Après la mort d'un homme de 56 ans à Blendecques, près de Saint-Omer, dans la nuit du 25 au 26 décembre, son fils est placé en détention provisoire et mis en examen pour "homicide volontaire sur ascendant" , des faits pour lesquels il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Présenté vendredi à un juge d'instruction du pôle criminel de Boulogne-sur-Mer, il est revenu sur la version qu'il avait d'abord donnée aux enquêteurs: un acte désespéré pour porter secours à sa mère, que son père tentait d'étrangler. Il parle désormais d'un geste non prémédité, excédé par une énième dispute conjugale.

La première version avait pourtant au départ corroborée par les membres de la famille présents au moment des faits: la soeur et le frère du suspect, ainsi que leur mère.

Toutefois, d’après les constatations d’un médecin légiste, la femme en question ne présenterait pas de marques de strangulation. Cette dernière a été entendue, avec les deux autres membres de la famille (les deux plus jeunes enfants) qui se trouvaient dans la maison ce soir-là. Elle aurait avoué qu’ils se seraient concertés pour livrer cette version des faits.

Les trois témoins sont revenus sur leurs déclarations et ont indiqué qu’une dispute entre le père et la mère a bel et bien eu lieu, mais que la victime ne tentait pas d’étrangler son épouse lorsque les coups de feu ont été tirés. Les enfants se trouvaient à l’étage lorsqu’ils auraient entendu des cris au salon et seraient descendus. D’après les témoins, la victime aurait consommé de l’alcool en quantité. 

Le jeune homme explique qu'il était persuadé que dans ce climat de tensions, il y aurait une issue tragique. Il aurait caché le fusil de son père sous son lit il y a plusieurs mois, par "précaution", et l'aurait sorti au cours de la nuit, alors qu'une dispute avait éclaté. Il a alors tiré à deux reprises, touchant son père au dos et à la carotide. Les membres de la famille se seraient ensuite mis d'accord sur la même version: une tentative d'étranglement sur la mère. 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de muzo28
28/décembre/2019 - 15h47
seb2746 a écrit :

Par ce qu'il défend sa vie et celle de sa famille ? drôle de façon de voir les choses.

La police ne fait RIEN pour ces cas, les plaintes sont prises aléatoirement et ne donnent rien au final SAUF si il y a une mort, même les envois aux urgences il n'y a plus d’enquête.Les services sociaux "au mieux" peuvent placer les enfants mais il n'y a AUCUNE place depuis des années (et une liste d'attente "urgente" de plusieurs centaines d'enfants sur le département).

La mort de ce monsieur permettra juste à tout le monde de dormir "mieux" mais le mal était déjà fait bien avant par cette personne.

On ne sait pas ce qui s'est passé avant, c 'est facile de dire après que le père était violent, on était pas là. La justice fera son boulot, ce n'est pas à nous de juger. 

Portrait de Jejedu69
28/décembre/2019 - 10h10 - depuis l'application mobile

Au trou pour 30 ans !!!