13/12 06:54

Le Premier ministre britannique Boris Johnson sort des législatives, avec une majorité écrasante pour le Brexit après plus de trois ans de divisions

Le Premier ministre britannique Boris Johnson sort des législatives, avec une majorité écrasante lui donnant les coudées franches pour sortir son pays de l'Union européenne le 31 janvier. Avec un sondage sortie des urnes leur donnant une majorité plus vue depuis Margaret Thatcher, et des premiers résultats leur attribuant des circonscriptions ouvrières détenues depuis des décennies par les travaillistes, le succès est sans appel pour les conservateurs.

Leur dirigeant peut ainsi mettre fin à trois ans d'une saga qui a déchiré le pays depuis le référendum de 2016, remporté à 52% par le camp "Leave", et à 47 ans d'un mariage tumultueux avec l'Union européenne. Les "tories" remportent 368 sièges sur 650, contre 317 lors du précédent scrutin en 2017, selon le sondage réalisé à la sortie des bureaux de vote par l'institut Ipsos/MORI pour des médias britanniques.

Boris Johnson a remercié sur Twitter "tous ceux à travers le pays qui ont voté, qui se sont portés volontaires, qui se sont présentés". Les travaillistes de Jeremy Corbyn s'effondrent à 191 sièges (contre 262), selon ces projections généralement proches des résultats. La défaite a été jugée "extrêmement décevante" par son bras droit John McDonnell, qui l'a attribuée sur Sky News à "la fatigue du Brexit". Les appels à la démission du très à gauche patron du Labour ont commencé à fuser. Chef de l'opposition le plus impopulaire jamais enregistré dans les sondages, Jeremy Corbyn a payé sa position ambiguë sur la sortie de l'UE, sur lequel il a personnellement refusé de se prononcer.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Climato
13/décembre/2019 - 14h38 - depuis l'application mobile

Et dire que pendant 3 ans, les médias nous ont expliqué que les Britanniques ne voulaient plus du Brexit, qu'on nous a montré des manifs anti-Brexit minoritaires destinées à manipuler l'opinion, qu'on nous a expliqué que Boris Johnson (comme Trump) était "Un clown" détesté de son peuple. Quel cinglant désaveu ! En fait les plus grands propagateurs de FAKE NEWS sont les médias, il ne faut pas s'étonner que les gens ne leur fassent plus confiance.

Portrait de Climato
13/décembre/2019 - 14h37 - depuis l'application mobile

Et dire que pendant 3 ans, les médias nous ont expliqué que les Britanniques ne voulaient plus du Brexit, qu'on nous a montré des manifs anti-Brexit minoritaires destinées à manipuler l'opinion, qu'on nous a expliqué que Boris Johnson (comme Trump) était "Un clown" détesté de son peuple. Quel cinglant désaveu ! En fait les plus grands propagateurs de FAKE NEWS sont les médias, il ne faut pas s'étonner que les gens ne leur fassent plus confiance.

Portrait de pommedadam
13/décembre/2019 - 10h29

Ouf, tant mieux... Enfin débarrassé des hooligans.

Portrait de PhilRAI
13/décembre/2019 - 10h21

Bravo Boris, bravo les Anglais qui montrent que contrairement aux Français ils savent se servir de leur bulletin de vote !

Portrait de lahainesurinternet
13/décembre/2019 - 10h18

Une pensée pour les journalistes, éditocrates ( 28 mn, France Inter, C dans l'air, Quotidien...)  qui depuis 2 ans ont fait de l'anti Brexit et ont cassé Nigel Farrage et Boris Johnson, comme ils se sont acharnés sur Trump.*

Portrait de hamilton
13/décembre/2019 - 10h09
djbaxter a écrit :

Les parlementaires sortants qui ont fait obstruction au choix démocratique pour le brexit en 2016 par référendum devraient être poursuivis pour trahison à la nation. Les quelques difficultés et pertes provoquées sont de leur fait et des incertitudes directement provoquées, et non à cause du brexit lui-même. Dans quelques années, nous constaterons comment la Grande Bretagne sera redevenue une vraie locomotive économique. Pour s'en assurer, il faudra tenir les promesses de fermeture des frontières aux clandestins et en expulser le plus possible pour ceux qui sont rentrés. 

 

+1000 ! smiley

Portrait de Nono75
13/décembre/2019 - 09h26
Marq a écrit :

Voilà! Cela prouve bien que les Britanniques veulent bien le BreXit.
Pourquoi tout ce Chichi.

J'ai du mal saisir, c'était un referendum ?

Ca prouve surtout qu'ils ne voulaient pas d'un dirigeant à la Mélenchon / Marchais et tout ce qui va avec, sans compter l’antisémitisme !

Portrait de djbaxter
13/décembre/2019 - 07h39

Les parlementaires sortants qui ont fait obstruction au choix démocratique pour le brexit en 2016 par référendum devraient être poursuivis pour trahison à la nation. Les quelques difficultés et pertes provoquées sont de leur fait et des incertitudes directement provoquées, et non à cause du brexit lui-même. Dans quelques années, nous constaterons comment la Grande Bretagne sera redevenue une vraie locomotive économique. Pour s'en assurer, il faudra tenir les promesses de fermeture des frontières aux clandestins et en expulser le plus possible pour ceux qui sont rentrés. 

Portrait de Marq
13/décembre/2019 - 07h04

Voilà! Cela prouve bien que les Britanniques veulent bien le BreXit.Pourquoi tout ce Chichi.