07/12 10:31

Affaire Elodie Kulik: Le procureur indique que "Willy Bardon a avalé au tribunal un produit pesticide" et que "son état de santé est toujours jugé grave"

10h29: Willy Bardon se trouve toujours en hospitalisation ce samedi matin, "sous escorte policière constante" selon le parquet d'Amiens, au lendemain de sa condamnation pour l'enlèvement, la séquestration suivis de mort et le viol d'Elodie Kulik par la cour d'assises de la Somme. Une enquête a été ouverte après son évacuation en urgence du palais de justice. "D'après les proches contactés cette nuit et d'après les analyses réalisées, Monsieur Bardon a absorbé un produit pesticide", précise le procureur de la République, Alexandre de Bosschère.

Toujours d'après le parquet, son état de santé, jugé "grave" vendredi soir, "a été stabilisé par les médecins au cours de la nuit" mais "son pronostic vital reste engagé".]

07h18: Willy Bardon, condamné vendredi à 30 ans de réclusion, est "en réanimation à l'hôpital, dans un état grave et préoccupant", après avoir avalé "un produit" juste après l'énoncé du verdict. "On ne sait pas quel est le produit qu'il a ingéré", ni "comment il a pu cacher ça" alors qu'il avait "été fouillé", a déclaré à la presse le procureur de la République d'Amiens Alexandre de Bosschère. Selon son avocat Me Stéphane Daquo, il a ingurgité ce qui ressemble à un cachet, puis le contenu d'une bouteille d'eau.

Un proche de Willy Bardon avait "dit qu'il attenterait à ses jours s'il était condamné". Willy Bardon a été condamné à 30 ans de réclusion criminelle par la Cour d'assises de la Somme pour enlèvement et séquestration suivis de mort et le viol d'Elodie Kulik en 2002. La jeune femme, employée de banque de 24 ans, avait été enlevée, violée, étranglée, puis brûlée.

.

Vendredi 6 décembre

.

21h53: "On ne sait pas quel est le produit qu'il a ingéré", ni "comment il a pu cacher ça" alors qu'il avait "été fouillé", poursuit le procureur, Alexandre de Bosschère. Ce dernier ajoute qu'un proche de Willy Bardon avait "dit qu'il attenterait à ses jours s'il était condamné".

21h03: Willy Bardon a été condamné, ce vendredi soir par la cour d’assises de la Somme, à trente ans de réclusion criminelle pour l'enlèvement et la séquestration ayant précédé la mort d'Elodie Kulik, en 2002. Dans un verdict difficilement compréhensible, cet homme de 45 ans a également été reconnu coupable du viol de la jeune femme mais acquitté du meurtre qui l'a accompagné. A l’annonce de la décision, il a tenté de mettre fin à ses jours dans le box des accusés en avalant très rapidement le contenu d’une bouteille, sous les yeux d’un public, venu nombreux assister à l’audience.

Ses avocats n’ont souhaité faire « aucun commentaire » sur cet incident mais il a été pris en charge immédiatement. « Tout ce que l’on peut dire, c’est que cette décision n’a pas de sens, a commenté Gabriel Duménil, l’un de ses trois défenseurs. On ne peut pas condamner quelqu’un pour viol sans preuve et l’acquitter du meurtre qui l’a accompagné sans plus de preuve. »

À l'issue de 13 jours d'audience qui ont vu défiler 47 témoins et experts à la barre, relater les quelque 180 auditions menées par les enquêteurs, les jurés ont suivi les réquisitions de l'avocate générale, allant même au-delà en condamnant l'accusé pour le chef de viol.

Il s'agissait de juger des «atrocités» commises sur Elodie Kulik, employée de banque de 24 ans enlevée, violée, étranglée, puis brûlée en janvier 2002 à Tertry, à une vingtaine de kilomètres de Saint-Quentin (Aisne), a ainsi rappelé Ségolène Attolou. Avant de mourir, la jeune femme avait appelé les secours, un enregistrement glaçant de 26 secondes considéré comme la pièce maîtresse du dossier, qui a ébranlé la salle d'audience à de nombreuses reprises pendant deux semaines.

Le corps de la jeune femme de 24 ans avait été retrouvé dénudé et partiellement calciné à Tertry, à une vingtaine de kilomètres de Saint-Quentin, et sa voiture découverte six kilomètres plus loin, accidentée. Directrice d'une agence bancaire, elle rentrait à son domicile, mais elle est morte, violée, étranglée puis brûlée. L'enquête piétine pendant dix ans, mais un enquêteur de la gendarmerie permettra de sortir de l'impasse. En 2012, le capitaine Emmanuel Pham-Hoai envisage l'emploi de la technique de recherche d'un suspect par le biais de l'ADN apparenté, déjà utilisée aux Etats-Unis. Car sur les lieux du crime, du sperme a été retrouvé et un profil ADN dressé, sans que les enquêteurs puissent le rattacher à un suspect, jusque-là.

L'ADN apparenté leur permet de remonter jusqu'à un homme condamné pour agression sexuelle et figurant à ce titre au Fichier national des empreintes génétiques, puis d'attribuer à son fils l'ADN retrouvé. Il se nomme Grégory Wiart : sans pouvoir interroger le jeune homme, décédé en 2003 d'un accident de la route, les enquêteurs concluent à sa participation au viol et au meurtre d'Elodie Kulik et décident de s'intéresser à son entourage.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de vévert1416
7/décembre/2019 - 17h03

Oh oui alors ! Qu'il meure mais après un paquet de jours de souffrance

Portrait de Panurge
7/décembre/2019 - 13h51

le suicide dans cette affaire avait déjà était évoqué lors de la mort étrange de son prétendu complice ; que l´on a retrouvé “accidenté " contre un arbre sur une route droite avec aucun obstacle ! la gendarmerie avait à l‘époque envisagé un suicide car la victime était paraît-il très affectée depuis le viol de la jeune banquière.  

Portrait de ISAMBEAU
7/décembre/2019 - 13h06
Je lui souhaite tous les tourments de l'enfer.
Portrait de Harriet
7/décembre/2019 - 12h40
Wouhpinaise a écrit :

Au chef d'inculpation de meurtre, il a été reconnu non coupable. D'où mon interrogation. S'il n'y a aucune preuve qu'il l'ait violée et tuée, pourquoi le condamné pour l'un et par pour l'autre ?

Disons que l'inculpation de meurtre n'a pas été retenue , faute de preuves ...

C'est pourquoi la plaidoirie a été orientée sur la participation/complicité afin que les jurés n'aient pas à se prononcer sur la question de savoir  qui est l'auteur du meurtre ...

Portrait de Wouhpinaise
7/décembre/2019 - 12h23
Harriet a écrit :

En fait, l'avocat général a requis la condamnation sur les chefs d'accusations d' : " Enlèvement, suivi de séquestration et de meurtre et également de viol en réunion (qui peut aussi s'appliquer aux complices)... il est donc condamné pour sa participation supposée ...

Il existe, a priori, un faisceau de preuves (même si pas d'Adn) qui prouveraient la présence de W. Bardon lors de la nuit du meurtre d' Elodie Kulik ...

Et n'oublions pas  que les jurés peuvent aussi condamner en fonction de "leur intime conviction" ...  :-)

Au chef d'inculpation de meurtre, il a été reconnu non coupable. D'où mon interrogation. S'il n'y a aucune preuve qu'il l'ait violée et tuée, pourquoi le condamné pour l'un et par pour l'autre ?

Portrait de Harriet
7/décembre/2019 - 12h08
jp91 a écrit :

 dans la perspective de passer 30 ans en prison il est clair qu'il faut mieux en finir ! et ce n'est pas un aveu de culpabilité de le faire !  et s'il s'en sort il recommencera !

W. Bardon et ses conseils n'étaient pas sans savoir qu'ils pouvaient faire appel, et même se pourvoir en cassation ...

(Un second procès , délocalisé, aurait pu mettre en évidence le manque de preuves (?) )

Et effectivement , si une tentative de suicide n'est pas une preuve de culpabilité, à ce stade , elle est plutôt "troublante" pour qui se sait innocent et peut espérer être acquitté en appel ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Portrait de Harriet
7/décembre/2019 - 11h56
Wouhpinaise a écrit :

Et sans trace ADN ni preuves formelles, ils arrivent malgré tout à la reconnaitre coupable de viol ! Mais pas de meurtre ! Un peu incompréhensible comme jugement.

En fait, l'avocat général a requis la condamnation sur les chefs d'accusations d' : " Enlèvement, suivi de séquestration et de meurtre et également de viol en réunion (qui peut aussi s'appliquer aux complices)... il est donc condamné pour sa participation supposée ...

Il existe, a priori, un faisceau de preuves (même si pas d'Adn) qui prouveraient la présence de W. Bardon lors de la nuit du meurtre d' Elodie Kulik ...

Et n'oublions pas  que les jurés peuvent aussi condamner en fonction de "leur intime conviction" ...  smiley

Portrait de jp91
7/décembre/2019 - 11h51
minou75 a écrit :
Les conséquences dramatiques d'une énorme erreur judiciaire...Lamentable !!!

 dans la perspective de passer 30 ans en prison il est clair qu'il faut mieux en finir ! et ce n'est pas un aveu de culpabilité de le faire !  et s'il s'en sort il recommencera !

Portrait de Wouhpinaise
7/décembre/2019 - 10h09
Harriet a écrit :

Son ADN n'ayant pas été retrouvé sur les lieux et sans preuves formelles, difficile de l'accuser de meurtre ...

Mais sa voix ayant été reconnue sur la bande de l'appel aux pompiers , sa présence a dû être jugée plus que probable ...

Et sans trace ADN ni preuves formelles, ils arrivent malgré tout à la reconnaitre coupable de viol ! Mais pas de meurtre ! Un peu incompréhensible comme jugement.

Portrait de Harriet
7/décembre/2019 - 09h52
Wouhpinaise a écrit :

Ce verdict est quand même un peu curieux. Il est reconnu coupable d'enlèvement et de séquestration ayant précédé la mort, ainsi que de viol, mais acquitté pour le meurtre.

Son ADN n'ayant pas été retrouvé sur les lieux et sans preuves formelles, difficile de l'accuser de meurtre ...

Mais sa voix ayant été reconnue sur la bande de l'appel aux pompiers , sa présence a dû être jugée plus que probable ...

Portrait de Wouhpinaise
7/décembre/2019 - 08h42

Ce verdict est quand même un peu curieux. Il est reconnu coupable d'enlèvement et de séquestration ayant précédé la mort, ainsi que de viol, mais acquitté pour le meurtre.

Portrait de Vigilence-nationale
7/décembre/2019 - 08h31

Comment est-il possible pour un détenu de rentrer au tribunal avec son poison dans la poche ??? 

Encore une fois la France s'illustre par son efficacité judiciaire ...

Portrait de jarod.26
7/décembre/2019 - 08h00
on ne va pas s'en plaindre
Portrait de Climato
6/décembre/2019 - 23h37

Bon débarras. Et laissons-le, ça fera des économies au contribuable.