25/11 16:05

EN DIRECT - Météo: Quatre morts et au moins un disparu - La Gironde, seul département en vigilance orange cet après-midi - Un appel à témoins lancé pour retrouver la personne disparue - Vidéo

16h03: Météo France vient à l'instant de mettre à jour son bulletin de vigilance. Cet après-midi, il n'y a plus qu'un département en vigilance orange "inondation" : il s'agit de la Gironde.

14h55: Aujourd'hui, la gendarmerie du Var a lancé un appel à témoins afin de retrouver le septuagénaire disparu depuis samedi dernier.

Prénommé Daniel Harang-Cahoren, il a quitté son domicile de Saint-Antonin-du-Var, vers 4h, "malgré les très fortes précipitations". "Il pourrait être habillé d'un pyjama et de chaussures de style Croccs", précise la gendarmerie sur son appel à témoins diffusé sur Twitter.

13h00: Le point à la mi-journée

L’alerte orange aux inondations a été levée lundi matin dans le Var, où la décrue lente se poursuivait, après un week-end de pluies diluviennes qui ont coûté la vie à au moins quatre personnes et provoqué de gros dégâts sur toute la Côte d’Azur.

Lundi en milieu de journée, les recherches se poursuivaient toujours pour retrouver deux personnes: un homme qui avait pris sa voiture entre Saint-Maximin-la-Sainte-Baume (Var) et Seillons-Source-d’Argens samedi, n’a plus donné signe de vie depuis, a-t-on appris de source proche du dossier, confirmant une information de France Bleu Var.

Un septuagénaire porté disparu samedi matin près de cours d’eau à Saint-Antonin-du-Var était lui aussi toujours recherché lundi. D’importants moyens, plongeurs, hélicoptère, drônes, etc, ont été déployés dimanche toute la journée autour de sa maison, a indiqué le maire de Saint-Antonin-du-Var, Serge Baldecchi.

Quatre personnes ont par ailleurs trouvé la mort au cours du week-end. Trois d’entre eux sont restés coincés dans leurs véhicules submergés, et un quatrième s’est noyé lorsque l’embarcation des pompiers qui l’avaient secouru a chaviré.

En milieu de matinée lundi, Météo France a levé l’alerte orange inondations pour le Var, repassé en vigilance jaune, comme les Alpes-Maritimes.

Les deux départements, où 500 foyers étaient toujours privés d’électricité lundi en milieu de journée selon Enedis, ont été touchés entre vendredi et dimanche par des pluies diluviennes assorties de vagues impressionnantes sur le littoral et de nombreux cours d’eau ont débordé. A certains endroits du Var, il est tombé l’équivalent de deux à trois mois de pluie en 24 à 48 heures.

La plus grosse crue a été celle de l’Argens qui a débordé, montant à plus de sept mètres dans la nuit de samedi à dimanche à Roquebrune-sur-Argens, un niveau de crue «qu’on ne retrouve que tous les 50 ans», selon le patron du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) du Var.

10h11: Dans son dernier bulletin, publié à 10h, Météo France a placé la Gironde en vigilance orange inondation. Le Var repasse en vigilance jaune. 

De son côté, le Puy-de-Dôme reste en vigilance orange "inondation".

 

09h24: Le point sur la situation ce matin

Le Var est toujours placé en vigilance orange «inondation» lundi matin en raison du risque de crues importantes, après un week-end de pluies diluviennes qui ont coûté la vie à au moins quatre personnes et provoqué de gros dégâts sur toute la Côte d’Azur.

Le Puy-de-Dôme est aussi en «vigilance orange inondation» en raison d’une «crue importante de l’Allier», a précisé Météo France.

Dans le Var, c’est l’Argens qui a débordé, montant à plus de sept mètres dans la nuit de samedi à dimanche à Roquebrune-sur-Argens, un niveau de crue «qu’on ne retrouve que tous les 50 ans», selon le patron du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) du Var.

Les départements des Alpes-Maritimes et du Var ont été touchés entre vendredi et dimanche par des pluies diluviennes assorties de vagues impressionnantes sur le littoral et de nombreux cours d’eau ont débordé. A certains endroits du Var il est tombé l’équivalent de deux à trois mois de pluie en 24 à 48 heures.

Toute la zone avait été placée en vigilance rouge par Météo France samedi et les sirènes avaient même retenti à Nice pour que les habitants restent chez eux.

Lundi matin, la circulation reste difficile, de nombreuses routes du réseau secondaire étant encore coupées à la circulation selon Inforoutevar. Dans la région de Toulon, plusieurs axes sont fermés suite à des éboulements, et dans l’arrière-pays, vers Brignoles, des voies sont encore inondées. Deux échangeurs d’autoroute sont fermés dans les secteurs de Mandelieu et de Villeneuve-Loubet.

Dans les Alpes-Maritimes, «la situation est en voie d’amélioration», assure lundi matin sur France Bleu Azur le préfet Bernard Gonzalez, appelant néanmoins à la prudence sur le réseau routier. «Ici et là sur le réseau secondaire on peut découvrir des difficultés, des éboulements, des risques d’affaissement», a-t-il expliqué.

Dans la nuit de dimanche à lundi, a-t-il indiqué, les secours ont encore dû intervenir à Roquestéron, dans les Préalpes, pour évacuer quatre personnes et à La Gaude pour un éboulement.

08h30: Dimanche, la circulation sur l’autoroute A8 a été rétablie et le trafic ferroviaire a également repris. «Le risque est derrière nous», a estimé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner en soulignant que la décrue se poursuit.

Le centre de Roquebrune-sur-Argens, dans le Var, est resté inaccessible par la route de longues heures dimanche, ont constaté des journalistes de l’AFP. Dans cette ville de quelque 13.000 habitants, la rivière Argens est montée à plus de sept mètres dans la nuit, un niveau de crue «qu’on ne retrouve que tous les 50 ans», selon le patron du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) du Var.

La «faute» au vent d’Est «qui soufflait hier, ça a fait bouchon et l’Argens pouvait pas rentrer dans la mer», a estimé un des habitants, Elio Cristofoli.

Au total, les pompiers du Var et des Alpes-Maritimes ont effectué quelque 2.000 interventions dont 171 hélitreuillages dans la nuit pour sauver des personnes menacées par les flots, a précisé Christophe Castaner venu dimanche féliciter les équipes de secours et rencontrer les sinistrés.

Les sauvetages ont souvent concerné des personnes installées illégalement dans des zones inondables, a déploré Françoise Dumont, patronne du Sdis.

Certains élus locaux ont également dénoncé des «lenteurs administratives» et les «contraintes environnementales» qui ralentissent selon eux les travaux de prévention des inondations.

Or, certains des sinistrés, comme Christine au Muy, ont exprimé leur ras-le-bol face à des crues à répétition. Sa maison avait déjà été inondée en 2010.

Le ministre de l’Intérieur a estimé que «la dimension environnementale» ne peut pas être opposée à l’anticipation des risques.

08h20: Deux départements, le Var et le Puy-de-Dôme, ont été placés en vigilance orange en raison du risque de crues importantes, a indiqué lundi Météo France dans son bulletin de 6h. Les deux départements ont été placés en « vigilance orange inondation » en raison d’une « crue importante de l’Allier » dans le département auvergnat, et d’une « crue notable avec débordements significatifs » en aval de l’Argens dans le Var, a précisé Météo France. Le centre de Roquebrune-sur-Argens (Var) est resté inaccessible par la route de longues heures dimanche, ont constaté des journalistes de l’AFP. Dans cette ville de quelque 13.000 habitants, la rivière est montée à plus de sept mètres dans la nuit, un niveau de crue « qu’on ne retrouve que tous les 50 ans », selon le patron du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) du Var.

.

08h09: L'homme de 77 ans porté disparu depuis samedi matin à Saint-Antonin-du-Var n'a toujours pas été retrouvé, vient de déclarer Pierre Dartout, préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, sur franceinfo.

07h05: Le point à 7h ce matin

Les violentes intempéries sur la Côte d'Azur ce week-end ont fait quatre morts, selon un nouveau bilan établi dimanche, la décrue se poursuivant lentement dans les zones touchées par des pluies diluviennes et des inondations. Après des heures de recherche, "les services de sécurité et secours engagés sur les inondations dans le Var ont découvert, à Tanneron, deux corps sans vie et le véhicule" d'un couple originaire de Grasse (Alpes-Maritimes) qui était porté disparu depuis samedi, a annoncé la préfecture du Var dimanche soir. Les deux septuagénaires venaient déjeuner avec leur fils à Tanneron mais avait dû faire demi-tour samedi après-midi en raison des intempéries.

Les deux décès viennent s'ajouter à celui d'un homme retrouvé au Muy (Var). Il faisait partie d'un groupe de trois personnes secourues par trois pompiers samedi soir, selon la préfecture, mais leur embarcation avait chaviré dans les flots et un des civils était resté introuvable. Un homme d'une cinquantaine d'années, a également été retrouvé mort "dans une voiture à Cabasse (Var), autre secteur touché par les intempéries.

Un septuagénaire est par ailleurs toujours porté disparu à Saint-Antonin-du-Var. Il était sorti de chez lui dans la nuit de vendredi à samedi, malgré les fortes pluies. Victimes d'un "épisode méditerranéen", les départements des Alpes-Maritimes et du Var ont été touchés par des pluies diluviennes assorties de vagues impressionnantes sur le littoral entre vendredi et dimanche et de nombreux cours d'eau ont débordé. A certains endroits du Var il est tombé l'équivalent de deux à trois mois de pluie en 24 à 48 heures. Toute la zone avait été placée en vigilance rouge par Météo France samedi et les sirènes avaient même retenti à Nice pour que les habitants restent chez eux. Dimanche, la circulation sur l'autoroute A8 a été rétablie et le trafic ferroviaire a également repris.

"Le risque est derrière nous", a estimé le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner en soulignant que la décrue se poursuit. Le centre de Roquebrune-sur-Argens, dans le Var, est resté inaccessible par la route de longues heures dimanche, ont constaté des journalistes de l'AFP. Dans cette ville de quelque 13.000 habitants, la rivière Argens est montée à plus de sept mètres dans la nuit, un niveau de crue "qu'on ne retrouve que tous les 50 ans", selon le patron du Service départemental d'incendie et de secours (Sdis) du Var. La "faute" au vent d'Est "qui soufflait hier, ça a fait bouchon et l'Argens pouvait pas rentrer dans la mer", a estimé un des habitants, Elio Cristofoli.

Au total, les pompiers du Var et des Alpes-Maritimes ont effectué quelque 2.000 interventions dont 171 hélitreuillages dans la nuit pour sauver des personnes menacées par les flots, a précisé Christophe Castaner venu dimanche féliciter les équipes de secours et rencontrer les sinistrés. Les sauvetages ont souvent concerné des personnes installées illégalement dans des zones inondables, a déploré Françoise Dumont, patronne du Sdis. Certains élus locaux ont également dénoncé des "lenteurs administratives" et les "contraintes environnementales" qui ralentissent selon eux les travaux de prévention des inondations. Or, certains des sinistrés, comme Christine au Muy, ont exprimé leur ras-le-bol face à des crues à répétition. Sa maison avait déjà été inondée en 2010.

Le ministre de l'Intérieur a estimé que "la dimension environnementale" ne peut pas être opposée à l'anticipation des risques. "Le Var et les Alpes-maritimes, par exemple, ce sont des départements qui en quelques années ont doublé les surfaces qui sont imperméabilisées, donc forcément ça a ensuite des conséquences", a-t-il souligné. M. Castaner a annoncé la convocation "dans les meilleurs délais de la commission qui devra se prononcer sur l'état de catastrophe naturelle", procédure permettant de faciliter les indemnisations.

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur a de son côté promis une "enveloppe d'aide exceptionnelle" allant jusqu'à 500.000 euros par commune, pour les aider à remettre en état des équipements endommagés, a annoncé son président Renaud Muselier.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de lululalaitue
25/novembre/2019 - 15h45
Conférence P. Servigne / Un avenir sans pétrole?
Portrait de CARAMEL MOU
25/novembre/2019 - 15h33

les municipalités du littoral continuent de déplorer le phénomène au lieu de prendre le problème à sa base à savoir l'entretien des rives et l'urbanisation incontrolée, en attendant les assurances indemnisent et nos cotisations ne cessent d'augmenter. Cela devient du grand n'importe quoi.

Portrait de Philou-02.
25/novembre/2019 - 07h21

Bilan très lourd !