30/10 16:16

Depuis l'attaque à la préfecture, sept policiers ont également été "désarmés" à la suite de signalements pour radicalisation.

Sept policiers ont été "désarmés" à la suite de signalements pour radicalisation "depuis le 3 octobre", date de l'attaque à la préfecture de police de Paris, a annoncé mercredi le préfet Didier Lallement. Auditionné par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur cette attaque meurtrière, Didier Lallement a ajouté qu'il avait demandé à la direction général de la police nationale (DGPN) "trois suspensions" dont "une" a été mise en oeuvre.

Au total, depuis le 3 octobre, il y a eu "33 signalements" pour soupçons de radicalisation. Le préfet de police a rappelé qu'il avait adressé le 7 octobre une note à l'ensemble de ses services afin qu'ils signalent systématiquement tous les signes de radicalisation. L'auteur de la tuerie, Mickaël Harpon, était chargé de la maintenance informatique au sein de la direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP). Selon un rapport interne de son service après l'attaque, il avait justifié auprès de certains de ses collègues l'attentat de Charlie Hebdo en 2015, sans faire l'objet d'un signalement formel. Le président de la commission d'enquête, Éric Ciotti (LR), a interrogé M. Lallement sur un signalement de Mickaël Harpon dans le Val d'Oise à Gonnesse où il fréquentait une mosquée, par un autre service de renseignement - renseignement territorial ou DGSI (direction générale de la sécurité intérieure).

"Le profil" de M. Harpon "a-t-il été signalé à la DRPP ?", a demandé M. Ciotti. Le préfet de police a renvoyé à l'enquête judiciaire, ce que les membres de la commission, dont Marine Le Pen (RN), ont peu apprécié, considérant que la représentation nationale méritait "des réponses.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Rols75
31/octobre/2019 - 09h30

Ennemis intérieurs. Comme a déclaré Arletty aux juges qui lui reprochaient d'avoir fricoté avec les allemands : Fallait pas les laisser entrer!

Portrait de arquen
31/octobre/2019 - 07h26

Pour des suspicions de radicalisation des salariés des entreprises sous-traitantes des Aéroports se sont retrouvés au chômage : leur Employeur Privé n'a eu d'autre choix leur radicalisation étant incompatible avec l'exercice de leurs fonctions. Alors qu'attend la Police pour radier définitivement ces ennemis de la Nation de ses effectifs ?! Il faut désormais choisir : La République ou la charia !

Portrait de popeye55
30/octobre/2019 - 21h24
Raoul 2019 a écrit :

PAS D'AMALGAME S'IL VOUS PLAÎT ! 

L'Islam est une religion de paix, d'amour et d'eau fraîche ! Les terroristes ne sont pas des musulmans mais des malades mentaux.

Bon, vous n'êtes pas obligés de me croire, bien sûr ;)

Si, malheureusement on vous croît !

Portrait de Mimosas06
30/octobre/2019 - 18h20

Pourquoi seulement désarmés, il faut s'en séparer, pas besoin de ce genre d'individus dans la police,une fois de plus les politiques manquent de courage

Portrait de saturnechris
30/octobre/2019 - 17h01

Quand on sait que le harpon n'était pas fiché comme tel...ca promet sur le nombre non identifié.

Portrait de lilirose45
30/octobre/2019 - 16h54

Franchement en France, ça craint,

il fallait 4 policiers morts pour s'apercevoir qu'il y avait une foule de terroristes en puissance  parmi la police

Portrait de jarod.26
30/octobre/2019 - 16h48
ce n'est que le début
Portrait de Philou-02.
30/octobre/2019 - 16h45

C’est hélas pas le « jeu » des 7 erreurs..

Portrait de Rustik
30/octobre/2019 - 16h41

il faudrait peut être qu'ils se bougent un peu la quand même, il y en a beaucoup plus que 7 c'est sur