06/09/2019 07:06

La deuxième compagnie aérienne française, Aigle Azur, annule tous ses vols à partir de ce soir sans aucun dédommagement pour les passagers

La compagnie aérienne française Aigle Azur a annoncé jeudi l'annulation de tous ses vols à compter de vendredi soir, sans dédommagement dans l'immédiat pour ses clients, et doit trouver un repreneur d'ici à lundi pour ne pas sombrer.

"La situation financière de la société et les difficultés opérationnelles en résultant ne permettent pas d'assurer les vols au-delà du 6 septembre au soir", a précisé dans un communiqué la spécialiste des liaisons vers l'Algérie, qui représentent 50 % à 60 % de son activité.

L'entreprise a en outre prévenu ses clients devant effectuer un vol retour au-delà de vendredi qu'ils seraient "contraints d'acquérir un autre billet retour. La situation financière de la société ne permet pas de garantir un dédommagement". Ceux-ci sont donc invités à soit contacter leur assurance fournie par leur carte bancaire, soit leur agence de voyage, et à défaut de ces solutions, se rapprocher des mandataires judiciaires pour déclarer leur créance.

Après avoir interrompu plus tôt jeudi les liaisons en provenance ou à destination du Mali, du Brésil et du Portugal, Aigle Azur a annoncé en fin de journée d'abord à ses salariés, puis aux clients, n'avoir d'autre choix que de clouer au sol l'ensemble de ses appareils. Pour la dernière journée aujourd'hui, 44 vols ont été maintenus, tous à l'exception d'un seul reliant la France et l'Algérie. Dans une lettre adressée aux salariés, la compagnie assure que "la recherche de repreneurs se poursuit activement. Elle continue durant l'arrêt des vols".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de JF_Lacour
6/septembre/2019 - 08h52
Philou-02. a écrit :

Ils n’ont donc aucun recours ? C’est inadmissible !

Il n'existe pas de caisse de garantie au niveau des compagnies aériennes en cas de défaillance.

Les grosses compagnies généralement plus solides ne veulent pas payer une assurance pour des petites compagnies plus aventureuses, pas toujours bien gérées et qui souvent leur bouffent des parts de marché avec des tarifs plus agressifs. ( mais des gros qui tombent en faillite c'est arrivé aussi : Pan Am , TWA, Swissair ,..)

 

Portrait de Nono75
6/septembre/2019 - 08h16
Philou-02. a écrit :

Ils n’ont donc aucun recours ? C’est inadmissible !

1) Le Peuple veut payer ses billets de moins en moins cher.

2) Le Peuple veut que l'aérien en France soit taxé, taxé et taxé encore plus car l'aérien est un méchant pollueur.

3) L'aérien français paye des charges salariales et autres taxes et redevances bien plus élevées que les autres compagnies avec qui il est en concurrence directe.

Résultat on n'a que ce que l'on mérite : faillite.

 

Recours ? Ok. Mais qui paye ?