03/08/2019 19:53

Steve - A Nantes: Barricades en feu, lacrymos, destruction de mobilier urbain, magasins saccagés... Au moins un policier et plusieurs manifestants blessés - 40 personnes interpellées - Regardez

19h48: Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, vient lui aussi de s'exprimer sur Twitter.

19h45: Laurent Nunez, Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur, vient à l'instant de s'exprimer sur son compte Twitter. "Contrôles en amont, réactivité des effectifs, dispersion systématique des nombreux groupes violents. Bravo à nos forces de sécurité qui, à nouveau, ont fait respecter l’ordre et la loi à Nantes. Fier de leur engagement", a-t-il déclaré sur le réseau social.

18h52: La maire de Nantes, Johanna Rolland, s'est exprimé dans un communiqué de presse après les événements survenus aujourd'hui dans la ville.

Elle "condamne avec la plus grande fermeté" les dégradations "violentes commises par certains" qui ont eu lieu cet après-midi à Nantes. "La violence qui s'est abattue sur Nantes lors de ce rassemblement est inadmissible", a continué Johanna Rolland. "Aucune violence n'avait sa place ici aujourd'hui, alors que toute la ville souhaitait se recueillir", a indiqué la maire de la ville.

 

18h47: Le préfet indique que plus de 900 véhicules et près de 1.500 personnes ont été contrôlés sur les axes menant à la ville de Nantes

18h43: Le préfet des Pays de la Loire et de Loire-Atlantique annonce qu'un "un commissaire de police a été attaqué par un manifestant et blessé. L'auteur de l'agression a été interpellé". 

18h37: Les gendarmes et les CRS quittent progressivement le centre-ville de Nantes

18h18: Le point sur ce que l'on sait après une journée sous tension à Nantes

Une journée d’hommages à Steve Maia Caniço et de manifestations contre les violences policières: après un rassemblement tout en émotion samedi matin en souvenir du jeune homme près de la Loire, des tensions ont éclaté dans l’après-midi dans le centre de Nantes.

Dans la matinée, des centaines de personnes se sont retrouvées près de la grue jaune, dans une émotion palpable, près du lieu où le corps du jeune homme de 24 ans a été retrouvé lundi dans la Loire.

Steve Maia Caniço avait disparu dans la nuit du 21 au 22 juin lors de la Fête de la musique, alors qu’il assistait à un concert au bord de la Loire, où les forces de police étaient intervenues. Durant cette nuit, plusieurs personnes étaient tombées dans le fleuve. Des participants avaient raconté avoir été aveuglés par le gaz lacrymogène.

Près d’un portrait de Steve, des fleurs blanches ou roses ont été jetées dans le fleuve, des manifestants portaient des brassards noirs. «Où est la justice pour Steve?», pouvait-on lire.

Dans l’après-midi, dans le centre-ville, dont l’accès était limité par crainte de débordements, 1.700 manifestants de tous âges ont défilé vers la préfecture puis vers la cathédrale et le château, dans un face à face tendu avec les forces de l’ordre. Gaz lacrymogène et canon à eau ont répliqué à des jets de projectiles et départs de feu. Plusieurs barricades ont été dressées et des vitrines brisées. Selon un photographe de l’AFP, deux manifestants ont été blessés.

Trente-quatre personnes ont été interpellées pour «faits de violences ou transport d’armes par destination», a indiqué la préfecture de Loire-Atlantique.

Cibles de tous les slogans, la police et le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner : «Selon l’IGPN, le meurtre était conforme», «la police noie», pouvait-on lire sur les pancartes et les murs.

La famille s’était désolidarisée de toute violence, plaidant pour «un soutien amical, artistique et pacifique», selon son avocate, Me Cécile de Oliveira.

Dans la capitale, place de la République, une centaine de personnes, parfois vêtues de gilets jaunes, ont rendu hommage à Steve en observant une minute de silence et en déposant des roses blanches sous la surveillance d’un impressionnant dispositif policier.

Pour Jean-Christian, «gilet jaune», Steve, «c’est la mort de trop». «Il y a trois coupables, le premier donneur d’ordre c’est Castaner. Le 2e donneur d’ordre c’est le préfet de Nantes et le 3e c’est le commissaire de Nantes».

A Montpellier, ils étaient plusieurs centaines à rendre hommage à Steve Maia Caniço et dénoncer «des méthodes policières inacceptables», comme l’a dit Bruno. «Liberté, égalité, répression», ont scandé les manifestants.

Répondant au mot d’ordre «après Steve, à qui le tour?», quelques centaines de «gilets jaunes» ont défilé dans le centre-ville de Toulouse, au cri de «police partout, justice nulle part».

La polémique sur l’attitude de la police le soir de la Fête de la musique reste vive.

Le rapport de l’IGPN, dévoilé mardi, a été accusé par certains d’être trop favorable aux policiers. Selon la «police des polices», «il ne peut être établi de lien entre l’intervention des forces de police (...) entre 04H20 et 04H52 quai Wilson à Nantes et la disparition de M. Steve Maia Caniço après 04H00 dans le même secteur».

Samedi, la directrice de l’IGPN Brigitte Jullien a réfuté avoir «dédouané la police». «Les gens attendaient absolument une condamnation de la police, aucune autre réponse n’était entendable à ce moment-là», a-t-elle ajouté.

«Une enquête judiciaire a été ouverte (...). Les témoins seront interrogés. L’enquête administrative n’a pas cette fonction», a justifié David Chantreux, chef de l’unité de coordination des enquêtes IGPN.

17h59: 40 personnes ont été interpellées à Nantes depuis ce matin

17h26: Selon les journalistes de Line Press,  un policier a été touché et a le visage sang. De nombreux manifestants seraient blessés également. Line Press annonce également qu'un de ses journalistes a reçu  un tir de LBD pleine poitrine.

.

16h18: Au moins deux manifestants blessés par l'explosion d'une grenade de désencerclement selon les informations de BFM TV.

15h48: De nombreux magasins ont été dégradés cet après-midi et les barricades en feu se multiplient dans la ville alors que les manifestants se sont éparpillés dans la ville.

.

.

15h03: Plusieurs incendie sont en cours dans différents endroits de la ville.

.

.

14h51: Plusieurs barricades sont en feu près de la Préfecture et la police intervient pour contenir les incendies. Les manifestants continuent de dégrader le mobilier urbain sur leur passage.

.

.

14h43: Des barricades sont en train d'être dressées dans la rue par des hommes habillées en noir qui pourraient être des black-blocks

.

.

14h36: Les manifestants ne peuvent plus avancer après les incidents qui viennent de se produire et l'utilisation de lacrymogènes par les forces de l'ordre qui ont été attaquées

.

.

14h19: Premières tensions dans la ville avec des manifestants qui lancent des projectiles contre les forces de l'ordre présentent en nombre.  C'est la Préfecture qui était visée dans un premier temps, mais grâce à un canon à eau et des lacrymogènes, les protestataires ont été repoussés. Dans le cortège, les cibles principales sont les forces de l'ordre mais aussi le Ministre Christophe Castaner.

.

.

13h43: Le deuxième rassemblement commence à Nantes, une "manifestation contre les violences policières" - La foule commence à se rassembler à la croisée des trams

.

.

13h00: Une manifestation «contre les violences policières» est prévue à Nantes, dans les prochaines minutes, à la station Commerce, dans le centre-ville, à proximité immédiate du périmètre interdit par les autorités.

.

12h36: Le point sur la situation ce midi

Plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées samedi à Nantes près de la grue jaune, derrière une grande banderole avec le portrait de Steve Maia Caniço et l’inscription «Interdits de vivre», au début de la marche prévue à proximité du lieu où le corps du jeune homme a été retrouvé lundi dans la Loire.

Jeunes parents avec des poussettes, enfants à vélo, personnes de tous âges ont exprimé leur volonté de rendre hommage à l’animateur périscolaire de 24 ans, disparu dans la nuit du 21 au 22 juin lors de la Fête de la musique, marquée sur les bords de Loire par une intervention controversée des forces de l’ordre dont le rôle suscite également beaucoup d’interrogations chez les participants.

Une manifestation «contre les violences policières» est également prévue à Nantes, à partir de 13h00, à la station Commerce, dans le centre-ville, à proximité immédiate du périmètre interdit par les autorités.

11h45: Une minute de silence a eu lieu au pied de la "grue jaune" sur l'île de Nantes en hommage au jeune homme


11h22: Une centaine de personne est réunie sur l'île de Nantes, à proximité du Quai Wilson.

11h00: Une "marche blanche et silencieuse" doit débuter dans les prochaines minutes sur l'île de Nantes, non loin du lieu où le corps du jeune homme a été retrouvé. Il s'agit d'un rassemblement "Pour Steve - contre les violences policières", selon l'intitulé des organisateurs.

09h51: Quelque 250 personnes selon une source policière et 500 selon les organisateurs ont manifesté vendredi soir à Lille en «hommage» à Steve Maia Caniço dont le corps a été découvert à Nantes lundi, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Après des prises de parole et un moment de recueillement dans le centre de Lille, les participants ont commencé une marche en «hommage» à Steve dans les rues de la ville. «On sait qui a tué Steve, Zineb, Henri, Selom, Matisse, Lahoucine, Hakim, Adama», pouvait-on lire sur une banderole en tête de cortège.

09h40: La requête de la Ligue des droits de l'Homme (LDH), qui visait à obtenir la suspension d'un arrêté interdisant une manifestation dans le centre ville de Nantes samedi en hommage à Steve Maia Caniço, a été rejetée par le tribunal administratif, a appris l'AFP vendredi auprès de source préfectorale.

«Le tribunal administratif a rejeté la requête contre l'arrêté du préfet estimant qu'il ne portait pas une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de manifestation», a indiqué à l'AFP la préfecture de Loire-Atlantique. Ce recours en référé avait été examiné vendredi après-midi, avait indiqué à l'AFP le tribunal administratif de Nantes.

08h46: Mais cet appel aux rassemblements n’a pas eu l’assentiment de la famille de la victime. Les proches de Steve «n’acceptent qu’un soutien amical, artistique et pacifique», a déclaré leur avocate Me Cécile de Oliveira.

Selon le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, «évidemment (...) il y a la possibilité d’organiser un rassemblement (…) mais cela est encadré pour éviter des débordements et des violences».

Freeform, structure nationale qui accompagne l’organisation de rassemblements festifs, a lancé un appel au calme. «Nous tenons à rappeler que la famille et les amis de Steve ne s’y associent pas mais surtout que, de notre point de vue, tout débordement desservira la cause de la justice».

Outre Nantes, des appels à manifester ont été lancés dans tout le pays pour ce week-end, émanant notamment de groupes de «gilets jaunes» : Toulouse, Caen, Le Havre, Montpellier, Paris samedi ou encore Tours et Rouen dimanche.

Des «gilets jaunes», qui ont appelé comme chaque semaine à une manifestation samedi à Paris, invitent à un hommage à Steve en jaune avec un brassard noir.

«Après Steve, à qui le tour?» A Toulouse, les «gilets jaunes» ont donné le ton sur Facebook du thème de leur manifestation.

La polémique sur l’attitude de la police le soir de la Fête de la musique reste vive.

Le rapport de l’IGPN, dévoilé mardi, a été jugé par certains trop favorable aux policiers. Selon la «police des polices», «il ne peut être établi de lien entre l’intervention des forces de police (...) entre 04H20 et 04H52 quai Wilson à Nantes et la disparition de M. Steve Maia Caniço après 04H00 dans le même secteur».

Mais des zones d’ombre demeurent. Pour «aller plus loin», le Premier ministre Edouard Philippe a demandé une enquête de l’inspection générale de l’administration (IGA).

Vendredi, Christophe Castaner est revenu sur l’utilisation de gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre, admettant qu’il y avait un «questionnement» sur leur usage.

08h32: Nantes s’apprête à vivre un samedi sous tension avec des appels à manifester en hommage à Steve Maia Caniço et contre les violences policières, lancés sans le soutien de la famille, et un centre-ville interdit aux rassemblements.

«Pour Steve - contre les violences policières»: une marche doit débuter vers 11H00 sur l’île de Nantes, non loin de la grue jaune, où le corps de cet animateur périscolaire de 24 ans a été retrouvé lundi dans la Loire.

Steve Maia Caniço avait disparu dans la nuit du 21 au 22 juin lors de la Fête de la musique, alors qu’il assistait à un concert en bord de Loire, où les forces de police étaient intervenues. Durant cette nuit, plusieurs personnes étaient tombées dans le fleuve. Des participants avaient raconté avoir été aveuglés par le gaz lacrymogène.

Une «manifestation contre les violences policières» doit, elle, commencer vers 13H00 à la station Commerce, dans le centre-ville, à proximité immédiate du périmètre interdit par les autorités.

Sont également interdits «le port et le transport, sans motif légitime, d’objets pouvant constituer une arme», dans une ville qui n’a pas été épargnée par des dégradations et des violences lors des manifestations des «gilets jaunes».

Dans un appel à manifester vindicatif, «Nantes révoltée» demande de manifester parce que les policiers «tirent des grenades pour arrêter des chansons» et «parce que l’attaque policière de la Fête de la musique n’est que l’aboutissement d’années de violences et d’impunité pour les forces de l’ordre».

08h23: Une journée sous haute tension s'annonce à Nantes

Devant la presse, le préfet de Loire-Atlantique a dit posséder des «informations concordantes sur la volonté d’un certain nombre de groupes d’activistes d’en découdre avec les forces de police». Aussi, l’interdiction concerne une grande partie du centre-ville de 10h à 20H samedi alors que deux projets de rassemblement à 11h00 et à 13h00 ont été lancés sur les réseaux sociaux. Au-delà de l’aspect sécuritaire, le préfet Claude d’Harcourt refuse que «des individus volent à la collectivité le moment d’émotion qui est souhaité par tous les amis de Steve».

Aussi, Me Cécile de Oliveira, l’avocate de la famille de Steve Maia Caniço, animateur périscolaire de 24 ans disparu lors de la fête de la musique le 21 juin et dont le corps a été retrouvé lundi dans la Loire, a indiqué que la famille «ne soutenait pas du tout» le rassemblement samedi, comme plusieurs proches. Freeform, structure nationale qui accompagne l’organisation de rassemblements festifs, a lancé un appel au calme. «Nous tenons à rappeler que la famille et les amis de Steve ne s’y associent pas mais surtout que, de notre point de vue, tout débordement desservira la cause de la justice».

Alexis Corbière, député LFI, s’est dit lui «gêné» par cette décision des autorités, estimant sur BFM que «beaucoup de gens ont envie de se rassembler pour faire entendre une volonté de justice». Mais selon le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, «il n’y a pas d’interdiction des manifestations (…), évidemment demain il y a la possibilité d’organiser un rassemblement (…) mais cela est encadré pour éviter des débordements et des violences».

Le ministre est également revenu sur l’utilisation de gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre, admettant qu’il y avait un «questionnement» sur leur usage.

Lors de la nuit du 21 au 22 juin, à 04H00 du matin, une vingtaine de policiers s’étaient rendus sur le quai Wilson à Nantes pour faire respecter l’heure limite de diffusion de la musique. Des échauffourées avaient éclaté, des participants au sound-system ont raconté avoir été aveuglés par du gaz lacrymogène et certains avaient chuté dans la Loire.

Autre signe que le dossier Steve continuait à faire des remous, les deux juges d’instruction de Nantes ont demandé à être dessaisis. Car quatre jours après la découverte du corps sur les bords de la Loire, l’émoi reste vif.

La polémique sur l’intervention des forces de l’ordre ou sur le rapport de l’IGPN, la police des polices, accusée par certains de dédouaner les forces de l’ordre, se poursuit. Ainsi, un participant à la soirée du 21 juin a affirmé avoir été écarté de l’enquête de l’IGPN.

Selon lui, il n’aurait reçu aucun mail de la part de l’IGPN alors qu’il souhaitait apporter son témoignage, une version démentie par la police des polices. L’avocat du père de Rémi Fraisse, un jeune militant écologiste tué en 2014 par une grenade lors d’affrontements à Sivens (Tarn), a lui tiré à boulets rouges sur l’IGPN, l’accusant d’agir «comme agence de communication politique». «L’IGPN conclut à chaque fois à l’absence de lien», pointe Me Arié Alimi.

Il a déposé une demande pour autoriser la manifestation de Nantes, qui devait être étudiée vendredi après-midi par le tribunal administratif de Nantes. Dans un communiqué, la Ligue des droits de l’Homme dit «constater que l’IGPN est saisie de centaines de plaintes depuis de nombreux mois sans qu’il y ait de suite, ce qui démontre que cette institution rattachée au ministère de l’Intérieur n’est plus crédible».

Et Me Marianne Rostan, avocate de 89 plaignants présents lors de la soirée, a indiqué qu’elle déposerait une nouvelle plainte, cette fois-ci pour «non assistance à personne en danger», pour deux participants tombés dans la Loire.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de djibou35
3/août/2019 - 22h30
EyeOftheTiger a écrit :

djibou35 un adorateur du tyran russe, ça ne vaut pas mieux que la bêtise des black-blocks.

 

D'apres vous, il faut laisser faire ses hordes de sauvages tout casser, piller bref. "interdit d'interdire"  vivement l'ouverture de votre magasin dans un centre ville!

vous reviserai votre jugement.

Et en ce qui concerne Poutine j'ai pas de problèmes avec ça 

 

Portrait de djibou35
3/août/2019 - 22h29
EyeOftheTiger a écrit :

djibou35 un adorateur du tyran russe, ça ne vaut pas mieux que la bêtise des black-blocks.

 

D'apres vous, il faut laisser faire ses hordes de sauvages tout casser, piller bref. "interdit d'interdire"  vivement l'ouverture de votre magasin dans un centre ville!

vous reviserai votre jugement.

Et en ce qui concerne Poutine j'ai pas de problèmes avec ça 

 

Portrait de djibou35
3/août/2019 - 22h24
EyeOftheTiger a écrit :

djibou35 un adorateur du tyran russe, ça ne vaut pas mieux que la bêtise des black-blocks.

 

D'apres vous, il faut laisser faire ses hordes de sauvages tout casser, piller bref. "interdit d'interdire"  vivement l'ouverture de votre magasin dans un centre ville!

vous reviserai votre jugement.

Et en ce qui concerne Poutine j'ai pas de problèmes avec ça 

 

Portrait de B612
3/août/2019 - 19h52

C'est dommage pour ceux qui sont allé au rassemblement du centre-ville de Nantes de bonne foi et pacifiquement, dont certains étaient aussi à l'hommage du matin. Sinon je crois qu'il y a eu des rassemblements dans d'autres villes, et ça a heureusement du bien se passer, puisque l’on en parle pas.

Portrait de elisabeth 14
3/août/2019 - 17h53
Reine-Claude qui ne compte pas pour des prunes a écrit :

Vous confondez vouloir vous faire entendre et vouloir qu'on cède à votre forme de chantage.

exact ce monsieur ne pense qu a faire tomber le gouvernement

Portrait de elisabeth 14
3/août/2019 - 17h52
satine1 a écrit :

D'accord avec vous !  

exact

Portrait de elisabeth 14
3/août/2019 - 17h51
nino_moi a écrit :

"ILS" sont partout sur le territoire : C'est la FIN de la France. Lors de concerts de solidarité ou de culture, y'a plus personne. Ca ne les intéresse pas, ben voyons ! Changez de gouvernement UNE FOIS POUR TOUTES ! L'ordre reviendra ensuite. Faites le bon choix lors des prochaines élections.

ben voyons on va voter pour votre copine

Portrait de elisabeth 14
3/août/2019 - 17h50
skytronic a écrit :

Vous voulez pas écoutez? on vous fera entendre autrement

tiens le nanar

Portrait de canardier
3/août/2019 - 17h37
Lou Jacobs a écrit :

bin voyons.... la famille appréciera....

La famille avait appelé à ne pas manifester ducon .

Déjà bien aviné, l'alcolo à 2 neurones  !!!

Portrait de satine1
3/août/2019 - 17h00
Reine-Claude qui ne compte pas pour des prunes a écrit :

Quelle honte ! Comment peut-on vouloir rendre hommage à quelqu'un en se comportant de cette façon.

C’est  incroyable effectivement. Et tout ça sous prétexte d’un hommage ! C’est vraiment honteux ! 

Portrait de satine1
3/août/2019 - 16h52
Reine-Claude qui ne compte pas pour des prunes a écrit :

 

Une enquête est en cours. La Justice ne se fait pas dans les journaux ou sur les réseaux sociaux.

D'accord avec vous !  

Portrait de The dream
3/août/2019 - 16h51
Un bordel monstre à Nantes cet après-midi, merci aux médias et notamment aux chaînes d'infos d'avoir ultra médiatisé ce qui était à la base un tragique certes, mais simple fait divers...
Portrait de clal
3/août/2019 - 16h40 - depuis l'application mobile
VraiSimplet a écrit :

Ce Steve, il commence a me les briser menu a titre posthume a force d'en faire des tonnes comme ça !

@toury Espèce de trou du cul lobotomisé, tu craches sur un mort, tu ne vaux pas mieux qu’une mouche à mer**

Portrait de Monsieur Zerotrois
3/août/2019 - 16h19

ça c'est rien encore, si le gouvernement ne se sort pas les doigts du cul tres vite, ça va empirer encore et encore, on peut se mettre la tete dans le sable pendant un moment, mais la réalité vient toujours toquer à la porte. je sortirais le champagne quand cette république bananière tombera.

Portrait de Monsieur Zerotrois
3/août/2019 - 16h19

ça c'est rien encore, si le gouvernement ne se sort pas les doigts du cul tres vite, ça va empirer encore et encore, on peut se mettre la tete dans le sable pendant un moment, mais la réalité vient toujours toquer à la porte. je sortirais le champagne quand cette république bananière tombera.

Portrait de B612
3/août/2019 - 16h17

La famille Caniço a bien fait de se désolidariser de la manifestation du centre-ville de Nantes qui a dégénéré. Parce que si certains provoquent une répression qu'ils sont pourtant venu contester, et qui serait responsable de la disparition de Steve, ou même qu'ils y répondent, c'est totalement improductif. Ca donne du grain à moudre à ceux qui sont aujourd'hui critiqués. Alors qu'on vient d'apprendre que, selon la version des secouristes de la Protection Civile cette fois-ci, l'opération policière du 21 juin serait effectivement disproportionnée..

Portrait de djibou35
3/août/2019 - 15h42

il faut siffler la fin de la recréation dans se pays 

Vladimir viens expliquer au petit manu comment on rétabli l'ordre dans un pays 

Portrait de satine1
3/août/2019 - 14h54
La République C'est Moi a écrit :

14h15.... Ça y est ça commence à vouloir casser du flic.

Honte à ces gens qui ne cherchent que le chaos. Tout ça sur le dos d'un mort.

smiley

D’accord avec vous à 100 % !!!!!  

Portrait de m4
3/août/2019 - 14h00
Lou Jacobs a écrit :

devinez qui a gagné la 1e marche du podium, aux olympiades des abrutis?

Poblesec 1 !!

C'est à dire vous, vu que c'est la même personne ! smiley

Portrait de Le Solitaire Seul
3/août/2019 - 12h50

On ne saura jamais si ce brave Steve apprécie d'être mort smiley

Portrait de satine1
3/août/2019 - 11h31
La République C'est Moi a écrit :

Les gilets jaunes qui se mêlent à cette histoire. Alors que l'enquête n'est pas encore terminée. On ne connaît pas la relation entre les forces de l'ordre et la disparition de Steve puisque sont portable était désactivé plus d'une heure avant leur arrivée.

Du coup, tout ça n'est que récupération politique. Même sa famille et ses amis ne veulent pas de cette manifestation. Ces anarchistes n'ont aucun respect.

 

J’ai lu effectivement que la famille ne serait pas présente et ils ont bien raison. Ils ont déjà assez de leur deuil pour ne pas en plus se fourvoyer avec des casseurs. 

En effet, ça devient politique tout ça dans le but idéologique de démolir la République. 

Portrait de satine1
3/août/2019 - 11h31
La République C'est Moi a écrit :

Les gilets jaunes qui se mêlent à cette histoire. Alors que l'enquête n'est pas encore terminée. On ne connaît pas la relation entre les forces de l'ordre et la disparition de Steve puisque sont portable était désactivé plus d'une heure avant leur arrivée.

Du coup, tout ça n'est que récupération politique. Même sa famille et ses amis ne veulent pas de cette manifestation. Ces anarchistes n'ont aucun respect.

 

J’ai lu effectivement que la famille ne serait pas présente et ils ont bien raison. Ils ont déjà assez de leur deuil pour ne pas en plus se fourvoyer avec des casseurs. 

En effet, ça devient politique tout ça dans le but idéologique de démolir la République. 

Portrait de Adelinette
3/août/2019 - 10h34

Je ne comprends toujours pas le lien entre cette affaire et Castaner... Et pourquoi organiser une marche blanche pour un mec anticapitaliste et anarchiste qui faisait la fête dans un lieu sans autorisation ? Quand bien même les policiers l'auraient poussé dans l'eau, en quoi Castaner est responsable ? Les gens sont vraiment des cinglés. 

Portrait de elRaval3
3/août/2019 - 10h02

Minute par minute comme avec les gilets jaunes, si ça peut mettre de l'huile sur le feu et générer du clic