02/08/2019 19:30

EN DIRECT - Steve - Fait rarissime, les deux juges d'instruction de Nantes demandent à être dessaisis de l'enquête sur la mort du jeune homme pour garantir l’impartialité de la juridiction

19h27: Le point sur ce que l'on sait à la veille d'un rassemblement qui aura lieu à Nantes

A la veille d’un rassemblement à Nantes «pour Steve et contre les violences policières» qui n’a pas reçu le soutien de la famille, les autorités ont mis en garde vendredi contre les risques de débordements, alors que l’émotion et la polémique sur l’intervention des policiers perdurent.

Devant la presse, le préfet de Loire-Atlantique a dit posséder des «informations concordantes sur la volonté d’un certain nombre de groupes d’activistes d’en découdre avec les forces de police». Aussi, l’interdiction concerne une grande partie du centre-ville de 10h à 20H samedi alors que deux projets de rassemblement à 11h00 et à 13h00 ont été lancés sur les réseaux sociaux.

Au-delà de l’aspect sécuritaire, le préfet Claude d’Harcourt refuse que «des individus volent à la collectivité le moment d’émotion qui est souhaité par tous les amis de Steve».

Aussi, Me Cécile de Oliveira, l’avocate de la famille de Steve Maia Caniço, animateur périscolaire de 24 ans disparu lors de la fête de la musique le 21 juin et dont le corps a été retrouvé lundi dans la Loire, a indiqué que la famille «ne soutenait pas du tout» le rassemblement samedi, comme plusieurs proches.

Freeform, structure nationale qui accompagne l’organisation de rassemblements festifs, a lancé un appel au calme. «Nous tenons à rappeler que la famille et les amis de Steve ne s’y associent pas mais surtout que, de notre point de vue, tout débordement desservira la cause de la justice».

Alexis Corbière, député LFI, s’est dit lui «gêné» par cette décision des autorités, estimant sur BFM que «beaucoup de gens ont envie de se rassembler pour faire entendre une volonté de justice».

Mais selon le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, «il n’y a pas d’interdiction des manifestations (…), évidemment demain il y a la possibilité d’organiser un rassemblement (…) mais cela est encadré pour éviter des débordements et des violences».

Le ministre est également revenu sur l’utilisation de gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre, admettant qu’il y avait un «questionnement» sur leur usage. Lors de la nuit du 21 au 22 juin, à 04H00 du matin, une vingtaine de policiers s’étaient rendus sur le quai Wilson à Nantes pour faire respecter l’heure limite de diffusion de la musique. Des échauffourées avaient éclaté, des participants au sound-system ont raconté avoir été aveuglés par du gaz lacrymogène et certains avaient chuté dans la Loire.

Autre signe que le dossier Steve continuait à faire des remous, les deux juges d’instruction de Nantes ont demandé à être dessaisis.

Car quatre jours après la découverte du corps sur les bords de la Loire, l’émoi reste vif. La polémique sur l’intervention des forces de l’ordre ou sur le rapport de l’IGPN, la police des polices, accusée par certains de dédouaner les forces de l’ordre, se poursuit.

Ainsi, un participant à la soirée du 21 juin a affirmé avoir été écarté de l’enquête de l’IGPN. Selon lui, il n’aurait reçu aucun mail de la part de l’IGPN alors qu’il souhaitait apporter son témoignage, une version démentie par la police des polices.

L’avocat du père de Rémi Fraisse, un jeune militant écologiste tué en 2014 par une grenade lors d’affrontements à Sivens (Tarn), a lui tiré à boulets rouges sur l’IGPN, l’accusant d’agir «comme agence de communication politique». «L’IGPN conclut à chaque fois à l’absence de lien», pointe Me Arié Alimi. Il a déposé une demande pour autoriser la manifestation de Nantes, qui devait être étudiée vendredi après-midi par le tribunal administratif de Nantes.

Dans un communiqué, la Ligue des droits de l’Homme dit «constater que l’IGPN est saisie de centaines de plaintes depuis de nombreux mois sans qu’il y ait de suite, ce qui démontre que cette institution rattachée au ministère de l’Intérieur n’est plus crédible».

Et Me Marianne Rostan, avocate de 89 plaignants présents lors de la soirée, a indiqué qu’elle déposerait une nouvelle plainte, cette fois-ci pour «non assistance à personne en danger», pour deux participants tombés dans la Loire.

En dehors de Nantes, les appels à manifester en mémoire de Steve se sont multipliés ces derniers jours dans tout le pays pour ce week-end: Toulouse, Caen, Le Havre, Montpellier, Paris samedi ou encore Tours et Rouen dimanche.

17h50: La Ligue des droits de l'Homme (LDH) a saisi, en urgence, le juge administratif, afin d'obtenir la suspension d'un arrêté interdisant une manifestation samedi dans le centre ville de Nantes en hommage à Steve Maia Caniço, a annoncé ce vendredi son avocat Arié Alimi. Ce recours devait être examiné ce jour, à 17h00, a indiqué le tribunal administratif de Nantes.

14h31: Les deux juges d'instruction de Nantes ont demandé à être dessaisis de l'enquête sur la mort de Steve Maia Caniço.

Mardi matin, au lendemain de la découverte du corps de Steve Caniço dans la Loire, le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, a estimé qu’une information judiciaire pour «homicide involontaire» devait être instruite par deux juges du tribunal de grande instance de Nantes. Toutefois, ces derniers ont demandé à être dessaisis, et ce dès le réquisitoire introductif de l’enquête qui leur a été confié explique cet après-midi Libération.

Une décision rarissime, alors que leur travail ne faisait que commencer. Les juges pensent qu’il vaut mieux que l’enquête se déroule ailleurs qu’à Nantes. La Cour de cassation est désormais tenue par un délai d’un mois afin que les différentes parties formulent leurs observations. Une audience se tiendra ensuite, avant que la chambre criminelle ne statue, probablement à la mi-septembre explique le quotidien.

13h03: Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, s'exprime face à la presse lors d'un déplacement

"Je comprends la volonté d'un hommage (...) J'en appelle au respect", a déclaré le ministre de l'Intérieur en précisant que "cela doit se faire dans le respect, pas dans la provocation".

Concernant le rapport de l'IGPN, Christophe Castaner a indiqué : "Nous devons être exemplaires dans la transparence (...) Nous devons faire toute la vérité, nous le devons aux parents".

11h11: Le préfet de Loire-Atlantique, Claude D'Harcourt, s'exprime face à la presse

"Nous avons des informations concernant des groupes voulant perturber" l'événement, a-t-il déclaré en précisant "nous avons pris des dispositions spéciales"
"J'ai pris trois arrêtés d'acquisition et de détention d'artifices, d'essence dans des jerricanes et de détention d'armes par destination"

"Il y a bien une manifestation légitime pour que tous ceux qui sont dans un état d'esprit d'émotion (...) puisse manifester sereinement", a continué le préfet. Et d'ajouter : "Nous ne voulons pas que se greffe sur cette démarche, une catégorie d'individus que nous connaissons et qui ont fait savoir qu'ils viendraient perturber cet état d'esprit"

"Nous ne voulons pas que ce moment d'émotion soit volé"

07h30: Sur internet, de nombreuses personnes ont appelé à se rassembler à Nantes pour rendre hommage au jeune homme samedi. Mais la préfecture de la Loire évoquant des "risques élevés à l'ordre public en marge" a décidé d'interdire toute manifestation dans le centre-ville entre 10h et 20 h. L'État veut prévenir tout risque de débordements lors de la marche blanche organisée en hommage à Steve Maia Caniço samedi à Nantes.

"Afin de garantir l'ordre public, le préfet a pris la décision d'interdire tout rassemblement dans une grande partie du centre-ville", indique la préfecture de Loire-Atlantique dans un communiqué. 

Un premier rassemblement avait réuni une centaine de personnes à Nantes ce mardi, jour de la confirmation de la mort de Steve, dont le corps avait été retrouvé la veille dans la Loire, plus d'un mois après sa disparition pendant la nuit de la fête de la musique. Un deuxième appel au rassemblement est prévu pour ce samedi, dans le centre-ville à partir de 13h.

Le premier s'est déroulé dans le calme. Mais certains craignent des violences lors de ce deuxième rendez-vous. Notamment parce qu'une partie de ceux qui ont lancé l'appel veulent aussi en faire un rassemblement contre les violences policières.

Ce mercredi soir, il y a aussi eu des altercations à Toulouse, entre la police et des manifestants, lors d'une marche pour Steve. Des participants ont lancé des messages haineux envers les forces de l'ordre qui ont répliqué par des tirs de grenades lacrymogènes, relatent nos confrères de France Bleu Occitanie. 

Voici le communiqué de la Préfecture:

La préfecture a connaissance d’un appel à rassemblement d’envergure nationale, en centre-ville de Nantes, ce samedi. Afin de garantir l’ordre public, le préfet a pris la décision d’interdire tout rassemblement dans une grande partie du centre-ville de Nantes le samedi 3 août de 10h à 20h.

Un dispositif de sécurité adapté, réactif et mobile, sera déployé pour prévenir les violences, protéger le centre-ville et procéder, le cas échéant, aux interpellations des fauteurs de troubles.

En lien avec cette interdiction, des dispositions sont également prises pour interdire la vente et le transport d’artifices et de carburant, ainsi que le port et le transport d’objets pouvant constituer une arme dans les communes de Nantes Métropole. Un appel à rassemblement à Nantes samedi circule actuellement sur les réseaux sociaux.

Celui-ci n’a fait l’objet d’aucune déclaration à ce jour et aucun organisateur n’a donc pu être identifié afin de s’assurer de la mise en œuvre de conditions de sécurité suffisantes.

D’autre part, cette mobilisation devrait être renforcée par la présence des manifestants ultras et d’individus extrêmement radicaux de type «black bloc», dont les agissements illégaux excèdent le cadre de la liberté de manifestation et les caractéristiques d’un mouvement revendicatif.

Il existe donc un risque important que soient commises des actions violentes dans le centre-ville, lieu de concentration de bâtiments publics déjà pris pour cibles et de commerces, pour certains symboliques. En conséquence, afin, d’une part, de protéger les personnes et les biens et, d’autre part, d’assurer le respect de l’esprit du rassemblement pour Steve Maia Caniço, le préfet a décidé d’interdire toute manifestation ou rassemblement dans plusieurs périmètres du centre-ville de Nantes de 10h à 20h ce samedi :

D’autre part, au cours de précédents rassemblements, auxquels ont participé des membres de la mouvance anarchiste et des individus constituant des blacks bloc, certains manifestants interpellés étaient munis d’artifices, ayant servi d’armes par destination pour dégrader des biens ou commettre des violences à l’égard des forces de l’ordre. 3 arrêtés préfectoraux ont donc été pris afin d’interdire :

• la cession, la vente, le transport ainsi que toute utilisation sur la voie publique d’artifices dans les communes de Nantes Métropole ce samedi 3 août de 10h à 20h ;

• le port et le transport, sans motif légitime, d’objets pouvant constituer une arme ;

• l’achat et la vente au détail, l’enlèvement ou le transport de tout carburant dans tous les points de distribution situés dans les communes de Nantes Métropole. Les arrêtés préfectoraux seront consultables sur le site de la préfecture de la Loire-Atlantique.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de La Léonarda
3/août/2019 - 08h40
Reine-Claude qui ne compte pas pour des prunes a écrit :

 

Qu'est-ce qu'il devient d'ailleurs Théo ? N'aurait-il pas épousé Leonarda à Tulle sous l'oeil attendri de François Hollande ? smiley

Je vais bien,merci,François et julie m'invite de temps en temps à prendre le thé !

Portrait de satine1
2/août/2019 - 19h18
Harriet a écrit :

Il n'est pas nécessaire de savoir nager pour l'obtention du BAFA ... Lors de sorties "baignades" , il faut de toute façon  un SB ... 

De plus, sauf erreur, Steve était "Auxiliaire scolaire" , et n'avait pas forcément vocation à gérer des loisirs aquatiques ...

Merci Harriet. Autant pour moi ! Je pensais que lorsque l’on s’occupe de jeunes enfants il fallait savoir nager pour les accompagner si besoin smiley

Portrait de lily6228
2/août/2019 - 17h43

Fait rare car situation rare, mais c'est une décision assez classique en pareil cas afin que le juge d'instruction n'ait pas à potentiellement instruire contre des policiers avec lesquels il travaille habituellement, et où il vaut donc mieux un juge extérieur.

Portrait de COLIN33
2/août/2019 - 17h12 - depuis l'application mobile

Sauf erreur, personne ne souhaite s'occuper de cette affaire qui est de plus en plus trouble.........

Portrait de legaulois2009
2/août/2019 - 15h57

CELA  veut dire que visiblement le gouvernement fait pression sur eux pour qu'il aille dans le sens de casse toi de la

Portrait de dominique.
2/août/2019 - 14h57
skytronic a écrit :

le blabla tu l'as meme pas lu,c'est pas avec des pancartes et des marches blanches que tu vas le changer ce pays et encore moins sur Netflix hein Dominique vous avez pas un prénom à vous  révoltez vous,mais plus à rester à la maison,continuez ainsi on vous a pas attendu,sur ce à plus tard j'ai d'autres choses à faire

quoi bavez sur la police inciter les gens a tout casser,laissez les gens libres de faire ce qu ils veulent et pas ce que vous voulez,j ai oublié......vous êtes payé par Netflix.....pour en parler autant????

Portrait de Harriet
2/août/2019 - 14h32
satine1 a écrit :

Si cette marche est celle de l’amitié et du recueillement, il ne doit pas y avoir de casse. S’il y a de la casse c’est offenser la mémoire de ce jeune. 

D’ailleurs je ne comprend pas, s’il s’occupait des jeunes, il devait avoir un BAFA. Il y a la natation dans ce diplôme.....

Il n'est pas nécessaire de savoir nager pour l'obtention du BAFA ... Lors de sorties "baignades" , il faut de toute façon  un SB ... 

De plus, sauf erreur, Steve était "Auxiliaire scolaire" , et n'avait pas forcément vocation à gérer des loisirs aquatiques ...

Portrait de satine1
2/août/2019 - 14h15

Si cette marche est celle de l’amitié et du recueillement, il ne doit pas y avoir de casse. S’il y a de la casse c’est offenser la mémoire de ce jeune. 

D’ailleurs je ne comprend pas, s’il s’occupait des jeunes, il devait avoir un BAFA. Il y a la natation dans ce diplôme.....

Portrait de chrismontigny

Pourquoi sauter à l’eau quand tu n’as rien fait ?

Portrait de dominique.
2/août/2019 - 12h21
skytronic a écrit :

le blabla tu l'as meme pas lu,c'est pas avec des pancartes et des marches blanches que tu vas le changer ce pays et encore moins sur Netflix hein Dominique vous avez pas un prénom à vous  révoltez vous,mais plus à rester à la maison,continuez ainsi on vous a pas attendu,sur ce à plus tard j'ai d'autres choses à faire

oui ras le bol de payer ce que certains bousillent.....

Portrait de dominique.
2/août/2019 - 12h20
skytronic a écrit :

Vous manquez pas de souffle vous,avec cette politique de taxeurs professionnelles et ces flics corrompus qui maitrise que dalle il y a de quoi foutre le bordel point barre,donc soit vous restez endormis comme la plupart,soit tu te révoltes pour que ta liberté reste intacte,c'est quoi que vous comprenez pas les endormis de Netflix?les gens chialent plus pour un décès d 'un acteur dans une série télé que dans la vraie vie,et votre marche blanche elle va servir à quoi au juste explique moi? c'est un hommage c'est ça? mais sinon ça va régler le problème de la mort de ce jeune homme? ou est ce que vous vous en foutez royal du pourquoi et du comment?  wow vous êtes des durs à cuire vous, ça m'étonne pas que rien ne bouge dans ce pays

bla bla on as compris que vous votez extrême,pour vous faut tout casser,pour quoi pour le plaisir.une marche blanche c est respecté ce pauvre jeune homme,pas pour faire votre politique.voila la fin j ai autre chose a faire qu as vous répondre,mais je continuerai a lire vos propos   entre 2 films sur netflix

Portrait de dominique.
2/août/2019 - 12h04

on fait moins de cirque quand il y as des morts dans les attentats

Portrait de dominique.
2/août/2019 - 12h02
skytronic a écrit :

Encore heureux qu'il y aura des risques de troubles d'ordre public,il manquerait plus qu'on la ferme bien gentiment,ils manquent pas de souffle les mecs

bravo s inscrire pour soutenir les casseurs !!!!!vous deviez le connaitre personnellement???

Portrait de nantes55
2/août/2019 - 11h35
canopee02 a écrit :

Non, la violence n'est pas la solution a tout. Dénaturer une marche blanche ça n'est pas rendre hommage a la victime.

Dicton chinois : C'est en voyant un moustique se poser sur ses testicules qu'on réalise qu'on ne peut pas régler tous les problèmes par la violence.

Portrait de Micheldu17.02
2/août/2019 - 10h49

Un truc entendu dans un tribunal à propos d' un récidiviste : " Capable du fait ! "....Et bien avec tout ce qui c' est passé depuis quelques mois, c' est la formule qui me vient à l' esprit.

 Deux ans auparavant, sur ce quai, loin des habitations , dans les mêmes circonstances, le commissaire alors en place avait estimé que la proximité de la Loire aggravait les risques et n' avait pas donné l' ordre d' intervenir. Là,  14 personnes  ont été concernées dont certaines ont témoigné qu' il y avait un fort courant, d' où surcroît de risques.......

Portrait de Harriet
2/août/2019 - 08h43
mariannew a écrit :

Quel rapport ? Steve était un homme d'affaire ou un politique peut-être ?

Gardons raison et laissons les enquêteurs travailler au lieu de dire des âneries.

Le problème c'est que le "politique" prend trop souvent la parole avant le judiciaire ... 

E. Macron qui déclarait que les forces de l'ordre n'avaient rien à voir dans les blessures de G. Gay (ce qui aurait conduit le fameux procureur à mentir pour ne pas désavouer le président ?)

E. Philippe qui clame qu'il n'existe aucun lien entre la noyade de Steve et l'intervention de la police, alors que  le rapport de l'IGPN semble hâtif  (un témoin ayant  été écarté de l'enquête) 

Bref,  le côté " Circulez, il n'y a rien voir", devient un peu trop récurrent pour ne pas devenir suspect ...  smiley