25/07/2019 18:18

Spéciale Canicule: Thalys cesse les ventes de billets sur toutes ses lignes à cause de la canicule - Le mercure continue de monter en France

18h16: Thalys cesse sa vente de billets à cause de graves perturbations liées à la chaleur. "En raison de graves perturbations dues à des conditions climatiques exceptionnelles, nous sommes obligés de fermer les ventes sur toutes nos lignes. Nous conseillons à nos voyageurs de reporter leur voyage", précise la société sur Twitter.

17h58: Le point en cette fin de journée sur la canicule qui touche la France depuis plusieurs jours

Nuit probablement la plus chaude jamais mesurée, chaleur historique à Paris ou Lille: au paroxysme de la canicule, la France étouffait jeudi sous des températures dépassant les 40°C; avant une «dégringolade» du mercure à partir de vendredi par l’Ouest.

Vingt départements allant du Nord à l’Ile-de-France sont en alerte rouge canicule, et 60 autres en vigilance orange. Soit environ 85% de la population française concernée, selon la Direction générale de la Santé.

Alors que le seuil des 40°C n’était dépassé en France que de façon très exceptionnelle il y a un demi-siècle, des maximales de 40 à 43°C étaient prévues jeudi sur une grande partie du pays.

Après une nuit étouffante qui a probablement été la plus chaude de l’histoire (température minimale moyenne de 21,4°C qui ne pourra être confirmée qu’à la fin de la journée), la journée de jeudi pourrait être en moyenne plus chaude que les pires jours d’août 2003, même si on restera loin du record absolu qui date du précédent épisode de canicule de juin (46°C dans l’Hérault).

Paris a battu son record absolu datant de plus de 70 ans (40,4°C en 1947), avec 42,6°C mesurés à 16H32, mais le mercure pourrait encore grimper d’ici la fin de la journée.

D’autres villes ont également largement dépassé leur record historique, comme Lille (40,5°C) ou Rouen (40,7°C).

L’alerte rouge canicule a été utilisée pour la première fois en juin dans quatre départements du sud.

Mais «c’est la première fois que cela touche des départements du Nord de notre pays» avec des «populations qui ne sont pas habituées à des chaleurs de ce niveau-là», a souligné la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Si depuis la canicule de 2003, qui avait fait quelque 15.000 morts, les autorités insistaient surtout sur les risques pour les personnes vulnérables, notamment personnes âgées et enfants en bas âge, les mises en garde visent désormais toute la population.

Ces températures très élevées présentent «des risques importants pour les plus fragiles, mais aussi pour les personnes qui sont en bonne santé», a insisté jeudi le Premier ministre Edouard Philippe.

16h46: Nouveau record absolu enregistré à Paris : 42,6° à 16h32

15h48: Météo France a enregistré un nouveau record absolu à Paris: 42,4° à 15h20

15h46: Météo France vient de dévoiler quelques records enregistrés cet après-midi dans plusieurs villes de France

15h44: Alors que la circulation différenciée sera levée cette nuit à Paris, elle sera à nouveau mise en place à Lyon, demain. 

"En raison de la persistance du pic de pollution, le préfet a décidé de maintenir les mesures pour lutter contre la pollution atmosphérique, notamment les limitations de vitesse et la circulation différenciée, pour la journée du vendredi 26 juillet 2019", a indiqué le préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes et du Rhône. 

15h33: "Nous voyons une augmentation du nombre d'appels dans les centres de secours, ainsi qu'aux urgences", a annoncé le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner

15h08: La circulation différenciée va être levée à minuit à Paris en raison de la fin de l'épisode de pollution, annonce la préfecture de police sur Twitter.

14h39: Le point en ce début d'après-midi sur la journée la plus chaude qui touche la France

La canicule accablante qui fait suffoquer des millions d’habitants en Europe occidentale devrait abattre de nouveaux records jeudi, comme en France et en Allemagne, avant un rafraîchissement prévu en fin de semaine.

Comme attendu, Paris a battu son record historique de chaleur qui datait de plus de 70 ans, avec 41°C déjà mesurés en début d’après-midi (11H42 GMT) et Météo-France prévoit que le mercure grimpera encore dans l’après-midi, probablement jusqu’à 42°C.

En Autriche, un enfant de trois ans est mort de déshydratation dans le sud du pays mercredi. Il avait été découvert inconscient lundi dans une voiture garée dans la ferme familiale en plein soleil, où il était monté et s’était endormi à l’insu de ses grands-parents. Il est décédé à l’hôpital.

Les températures avoisinaient une trentaine de degrés lundi en Autriche. Un pic à 38°C était attendu dans l’ouest. L’archidiocèse de Vienne a eu l’idée d’inviter les urbains à une pause «fraîcheur et silence» dans ses lieux de culte et a publié un relevé des températures dans les différentes églises de la capitale et de sa région.

Mercredi, des records de chaleur absolus ont été franchis en Belgique et en Allemagne. Ainsi, un record de température de 40,2°C a été mesurée mercredi à Liège (est de la Belgique) sur une des stations du réseau de l’Institut royal météorologique (IRM), a indiqué jeudi un chef prévisionniste de l’IRM.

Aux Pays-Bas, un nouveau record a été établi jeudi, avec 41,7 degrés Celsius, soit la température la plus chaude jamais enregistrée dans le pays, où le mercure n’avait jamais atteint la barre des 40 degrés auparavant.

Ces vagues de chaleur sont appelées à se multiplier et à s’intensifier sous l’effet du réchauffement climatique provoqué par les activités humaines.

Au cours des 2.000 dernières années, les températures mondiales n’avaient jamais augmenté aussi rapidement que maintenant, selon des données publiées mercredi dans deux études distinctes dans les revues Nature et Nature Geoscience.

Avant le record de la mi-journée à Paris, la nuit de mercredi de jeudi avait déjà été «très probablement» la plus chaude jamais mesurée en France avec une température minimale moyenne de 21,4°C, devant les 21,3°C du 14 août 2003, selon Météo-France.

Le prévisionniste Olivier Proust a cependant précisé à l’AFP que le record ne pourrait être validé qu’après 18h00 GMT jeudi.

Les températures devaient atteindre leur maximum dans le nord du pays et la région parisienne, mais le rafraîchissement est promis à partir de vendredi.

Jeudi, des Parisiens aux traits tirés par des nuits courtes dans des logements surchauffés avançaient au ralenti dans le métro à l’atmosphère souvent étouffante.

«Il fait très chaud dans le métro, c’est insupportable !», témoigne à l’AFP Petra Ulm, 34 ans, chercheuse autrichienne vivant en France depuis dix ans. «Il y a beaucoup de monde, on est les uns sur les autres et il n’y a pas d’air conditionné...».

Dans un centre de loisirs parisien au pied de la butte Montmartre, pas de sortie prévue pour les petits de 3 à 6 ans. «On a demandé aux enfants de venir avec leur maillot de bain, on va faire des jeux d’eau dans la cour», a expliqué un animateur.

Le mercure devrait dépasser les 40°C sur un grand quart nord-est du pays en particulier, avec des pointes à 43°C localement et une journée qui pourrait être en moyenne plus chaude que les pires jours d’août 2003.

En Allemagne voisine, l’ensemble du pays est en alerte canicule. Le record de températures a déjà été dépassé mercredi avec 40,5 degrés enregistrés dans l’ouest, et ce maximum pourrait à nouveau être dépassé jeudi avec des températures avoisinant les 41 degrés le long du Rhin.

Au moins quatre personnes sont décédées dans ce pays dans des lacs ou rivières, mais il n’a pas encore été démontré qu’elles étaient mortes en raison de la forte chaleur.

Les Pays-Bas se préparent eux à affronter une nouvelle vague de chaleur ce jeudi, avec des prévisions allant jusqu’à 40°C dans l’est du pays.

Le Royaume-Uni va, lui aussi, «probablement battre le record de chaleur de juillet, qui est de 36,7°C, et il existe même une possibilité de battre le record absolu de 38,5°C», indique la météo britannique (Met Office).

A Londres, la police recherche trois personnes portées disparues après s’être baignées dans la Tamise et qui se seraient retrouvées en difficulté en nageant.

L’Italie est également touchée et les autorités ont élevé mercredi l’alerte au niveau 3 («bulletin rouge») dans cinq villes (Bolzano, Brescia, Florence, Pérouse et Turin).

Le Luxembourg et une partie de la Suisse sont aussi touchés par cet épisode de canicule.

Fait notable, en Espagne, les températures ont commencé à descendre à des valeurs normales pour la saison estivale dans ce pays, avec seulement 6 des 50 provinces du pays toujours en alerte orange, selon le service météorologique national.

Les températures les plus élevées sont attendues dans le nord-est où elles pourraient atteindre les 41°C à Saragosse. Cette zone est également placée en alerte aux orages violents.

13h50: Le record absolu de température à Paris a été battu: 40,6° au parc Montsouris, vient d'annoncer Météo France sur Twitter. Le précédent pour la capitale date de 1947 (40,4°). 
Depuis le début des mesures en 1873, la capitale n'avait dépassé la barre des 40°C qu'une seule fois, le 28 juillet 1947, avec 40,4°C. Mais Météo-France prévoit jusqu'à 42°C pour jeudi, journée marquant le paroxysme de la vague de chaleur qui touche la France depuis lundi.

12h53: "Les services de l'Etat sont totalement mobilisés pour cet épisode exceptionnel", a déclaré Christophe Castaner lors d'un déplacement. Le ministre de l'Intérieur a indiqué que "près de 100 noyades et 58 morts" ont été dénombrés depuis juillet.

12h48: Le point à la mi-journée sur la journée la plus chaude qui touche la France aujourd'hui

Encore 24 heures à tenir... Après la nuit probablement la plus chaude jamais mesurée, les températures vont atteindre des sommets jeudi en France, avant une «dégringolade» des températures à partir de vendredi par l’Ouest.

Vingt départements allant du Nord à l’Ile-de-France sont en alerte rouge canicule, et 60 autres en vigilance orange, la chaleur n’épargnant que la pointe de la Bretagne et la Méditerranée.

Alors que le seuil des 40°C n’était dépassé en France que de façon très exceptionnelle il n’y a que 50 ans, «on attend généralement plus de 40°C, avec des températures qui pourront ponctuellement atteindre les 43°C entre le nord de la Bourgogne et le sud de l’Ile-de-France», a précisé à l’AFP le prévisionniste de Météo France Olivier Proust.

Après une nuit étouffante qui a probablement été la plus chaude de l’histoire (température minimale moyenne de 21,4°C qui ne pourra être confirmée qu’à la fin de la journée), la journée de jeudi pourrait être en moyenne plus chaude que les pires jours d’août 2003, même si on restera loin du record absolu qui date du précédent épisode de canicule de juin (46°C dans l’Hérault).

De nombreuses villes pourraient en revanche battre leur record absolu de chaleur, notamment Paris (40,4°C), Lille, Rouen, Dijon ou Strasbourg.

L’alerte rouge canicule, le plus haut niveau, qui implique une «alerte sanitaire» pour tous les citoyens, a été utilisée pour la première fois en juin dans quatre départements du sud.

Mais «c’est la première fois que cela touche des départements du Nord de notre pays» avec des «populations qui ne sont pas habituées à des chaleurs de ce niveau-là», a souligné la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Si depuis la canicule de 2003, qui avait fait quelque 15.000 morts, les autorités insistaient surtout sur les risques pour les personnes vulnérables, notamment personnes âgées et enfants en bas âge, les mises en garde visent désormais toute la population.

Ces températures très élevées présentent «des risques importants pour les plus fragiles, mais aussi pour les personnes qui sont en bonne santé», a ainsi insisté jeudi le Premier ministre Edouard Philippe en déplacement dans un centre de vacances.

«Ces messages sont encore insuffisamment pris en compte par la population générale, or en vigilance rouge tout le monde est concerné», a ajouté Mme Buzyn, déconseillant notamment les activités sportives.

Personne n’est ainsi l’abri d’une hyperthermie potentiellement mortelle lors d’un effort physique, ou d’une noyade par hydrocution.

Un adolescent de 15 ans qui se baignait mercredi soir dans un canal à Douai étaient dans un état grave après avoir été réanimé, selon des sources concordantes.

L’alerte rouge laisse notamment la possibilité aux préfets de prendre des mesures exceptionnelles liées notamment à l’organisation de rassemblements publics, notamment sportifs.

Face aux risques, la SNCF a de son côté invité ses clients à reporter ou annuler leurs déplacements vers ou depuis les 20 départements placés en vigilance rouge. Les autorités recommandent d’éviter les grands trajets en train ou en voiture.

Après ce jeudi exceptionnellement chaud, appelé à se répéter avec le changement climatique, la baisse des températures sera spectaculaire à partir de vendredi sur l’ouest du pays.

«S’il y a bien un jour où parler de dégringolade des températures, c’est là, avec des températures parfois de plus de 15°C en baisse dans une zone où il y aura une forte activité pluvieuse demain, comme la Normandie et les Pays de la Loire», a indiqué Olivier Proust.

La canicule persistera en revanche encore un peu, jusqu’à vendredi soir ou samedi matin dans l’Est. La fin de cet épisode, le deuxième en moins d’un mois, sera accompagné «d’orages localement forts et porteurs de grêle, vendredi sur l’ouest, et dans l’est samedi», a-t-il ajouté.

Cet épisode est accompagné d’habituels pics de pollution à l’ozone à Paris, en Rhône-Alpes ou en Alsace. La circulation différenciée a été activée dans plusieurs villes dont Paris, Lyon et Lille.

Cette chaleur va également aggraver l’assèchement des sols superficiels, alors que 77 départements sont désormais concernés par des restrictions d’eau en raison de la sécheresse liée à un «déficit de pluviométrie marqué» depuis un an dans de nombreuses régions.

Les autorités avaient été vivement critiquées lors de la canicule de 2003 qui avait fait quelque 15.000 morts mais de nombreux ministres étaient sur le pont jeudi pour afficher la mobilisation du gouvernement. Comme la secrétaire d’Etat à la Transition écologique Brune Poirson qui a distribué des gourdes sur un marché du Tarn.

12h12: La nuit de mercredi de jeudi a «très probablement» été la plus chaude jamais mesurée en France, avec une température minimale moyenne de 21,4°C, devant les 21,3°C du 14 août 2003, selon Météo-France.

«La nuit passée est très probablement la plus chaude mesurée à l’échelle nationale», a indiqué à l’AFP le prévisionniste Olivier Proust, précisant que le record ne pourrait être validé qu’après 20H jeudi.

Le terme de «nuit la plus chaude» fait en réalité référence à la moyenne des températures minimales qui est calculée sur 24h, de 20h à 20h le lendemain.

«Il faudra donc attendre ce soir pour valider le record», a ajouté le prévisionniste.

De nombreuses villes ont battu leur record de température minimale la nuit dernière, avec par exemple 23,2°C à Lille (précédent record 22,5°C en 2015), 24,8°C à Toulouse (24,6°C le 23 juillet dernier), 25,4°C à Bordeaux-Mérignac (24,8°C le 23 juillet), 26,8°C à Bordeaux-Paulin (25°C en 2006), 24,4°C à Orly (23,5°C en 2003) et 24,8°C à Roissy CDG (égalité avec la veille).

Sans battre des records, d’autres villes ont vécu des nuits exceptionnellement chaudes, comme Paris (25°C à Paris-Montsouris, 3e nuit la plus chaude sur cette station, et 28,3 °C dans Paris intra-muros à la station de l’hôpital Lariboisière).

Le mercure n’est pas descendu sous les 25,2°C à Lyon-St-Exupéry, un peu en dessous du record établi la nuit précédente (25,3°C).

10h59: "A ce niveau de températures, il faut être très vigilants, faire attention aux autres et à soi-même", a déclaré le Premier ministre, Edouard Philippe. "Nos organismes sont très peu habitués à ce niveau de température. Il faut donc être extrêmement vigilant."

10h58: "Les plans de canicule se sont améliorés d'années en années", a indiqué la ministre de la Santé, Agnès Buzyn

10h53: Le point ce matin sur la journée la plus chaude qui touche la France aujourd'hui

Les températures vont atteindre leur maximum ce jeudi dans le Nord et la région parisienne, avec de probables records à plus de 40°C, mais le rafraîchissement est promis à partir de vendredi.

L’ensemble des départements des Hauts-de-France et de l’Ile de France, la Seine-Maritime, l’Eure, l’Eure-et-Loir, le Loiret, l’Yonne, la Marne et l’Aube passent en rouge canicule.

Le mercure devrait dépasser les 40°C sur un grand quart nord-est du pays en particulier, avec des pointes à 43°C localement et une journée qui pourrait être en moyenne plus chaude que les pires jours d’août 2003.

Face aux risques, la SNCF a invité mercredi ses clients à reporter ou annuler leurs déplacements prévus jeudi, vers ou depuis les 20 départements placés en vigilance rouge. Les autorités recommandent d’éviter les grands trajets en train ou en voiture.

Cette alerte rouge, le plus haut niveau, qui implique une «alerte sanitaire» pour tous les citoyens, a été utilisée pour la première fois en juin dans quatre départements du sud.

Mais «c’est la première fois que cela touche des départements du Nord de notre pays» avec des «populations qui ne sont pas habituées à des chaleurs de ce niveau-là», a commenté la ministre de la Santé Agnès Buzyn. «C’est la raison pour laquelle je demande qu’on redouble d’attention (...) Personne n’est sans risque face à de telles températures».

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a appelé à «faire très attention aux personnes isolées», à l’occasion d’un déplacement dans un hébergement pour personnes âgées dépendantes.

L’alerte rouge laisse notamment la possibilité aux préfets de prendre des mesures exceptionnelles liées notamment à l’organisation de rassemblements publics, sportifs ou autre

Soixante départements, s’étendant de la Nouvelle-Aquitaine aux Pays-de-Loire au Grand-Est jusqu’à la région Auvergne-Rhône-Alpes et une partie de l’Occitanie, sont maintenus en orange canicule.

Les températures minimales resteront très élevées: 17 à 20 degrés sur les rivages de la Manche ainsi qu’en Bretagne, 20 à 23 partout ailleurs avec des pointes jusqu’à 24 à 26 degrés en Ile-de-France notamment.

Les maximales seront comprises entre 25 et 27 degrés sur le littoral breton, 28 et 30 sur la façade atlantique, et partout supérieures à 35 degrés avec même des pointes à 40 et à 43 sur un bon quart nord-est du pays, le Centre, l’Ile-de France et les Hauts-de-France.

Si depuis la canicule de 2003, qui avait fait quelque 15.000 morts, les autorités insistaient surtout sur les risques pour les personnes vulnérables, notamment personnes âgées et enfants en bas âge, les mises en garde visent désormais toute la population.

Noyades par hydrocution, hyperthermie potentiellement mortelle lors d’un effort sportif ou dans une voiture surchauffée... «Au-dessus de 37°C, notre corps fait un effort considérable pour se refroidir» et avec un effort sportif, «on aggrave considérablement le risque de voir la température du corps augmenter», a expliqué Mme Buzyn sur France Inter.

Paris pourrait battre son record (40,4°C), tout comme Lille, Rouen, Dijon ou Strasbourg. Mais le record absolu pour la France (46°C), qui date de juin dernier, ne sera pas atteint.

La baisse des températures sera ensuite «spectaculaire» vendredi sur l’ouest du pays, mais il faudra attendre samedi pour voir la fin de cet épisode sur l’ensemble de l’Hexagone. «On peut espérer des pluies un peu plus généralisées, mieux que des orages», a indiqué le prévisionniste de Météo-France, François Jobard.

Cet épisode caniculaire s’accompagne d’habituels pics de pollution à l’ozone à Paris, en Rhône-Alpes ou en Alsace. La circulation différenciée, activée dans plusieurs villes de France dont Lyon et Lille, est reconduite jeudi à Paris.

La canicule arrive au moment où 73 départements sont déjà concernés par des restrictions d’eau. Elle «va accentuer l' assèchement des sols superficiels dans les jours à venir», avertit Météo-France, alors que de nombreuses régions connaissent déjà un «déficit de pluviométrie marqué» depuis un an.

«Pour l’instant, c’est tendu mais maîtrisé, mais nous devons être très vigilants», a déclaré la secrétaire d’État à la Transition écologique Emmanuelle Wargon mardi après la réunion de la commission de suivi hydrologique du Comité national de l’eau.

10h19: Selon Météo France, la France a connu sa nuit la plus chaude jamais observée

09h46: Avec une température de 40,5°C mesurée dans l'ouest de l'Allemagne, le record de chaleur absolu enregistré dans le pays a été battu mercredi, a annoncé le service météorologique allemand (DWD).

«Nouveau record de température en Allemagne! A 40,5°C, le record précédent de 40,3°C (Kitzingen, 5 juillet 2015) pour toute l'Allemagne a été battu aujourd'hui à Geilenkirchen!», a indiqué le DWD.

07h58: Plusieurs records ont été battus ce matin en France

- Paris a battu son record absolu de température minimale : 26,4 ºC.

- A 5h du matin, il faisait 27,1 degrés à Bordeaux

- A Lyon, 26,7 ºC ont été enregistrés ce matin

07h40: Paris pourrait battre son record (40,4°C), tout comme Lille, Rouen, Dijon ou Strasbourg. Mais le record absolu pour la France (46°C), qui date de juin dernier, ne sera pas atteint.

La baisse des températures sera ensuite «spectaculaire» vendredi sur l’ouest du pays, mais il faudra attendre samedi pour voir la fin de cet épisode sur l’ensemble de l’Hexagone. «On peut espérer des pluies un peu plus généralisées, mieux que des orages», a indiqué le prévisionniste de Météo-France, François Jobard.

Cet épisode caniculaire s’accompagne d’habituels pics de pollution à l’ozone à Paris, en Rhône-Alpes ou en Alsace. La circulation différenciée, activée dans plusieurs villes de France dont Lyon et Lille, est reconduite jeudi à Paris.

07h38: Le Premier ministre, Edouard Philippe, a appelé à «faire très attention aux personnes isolées», à l’occasion d’un déplacement dans un hébergement pour personnes âgées dépendantes.

L’alerte rouge laisse notamment la possibilité aux préfets de prendre des mesures exceptionnelles liées notamment à l’organisation de rassemblements publics, sportifs ou autre

06h18: Plus de 24 heures à suffoquer encore: les températures vont atteindre leur maximum ce jeudi dans le Nord et la région parisienne, avec de probables records à plus de 40°C, mais le rafraîchissement est promis à partir de vendredi. L'ensemble des départements des Hauts-de-France et de l'Ile de France, la Seine-Maritime, l'Eure, l'Eure-et-Loir, le Loiret, l'Yonne, la Marne et l'Aube passent en rouge canicule. Le mercure devrait dépasser les 40°C sur un grand quart nord-est du pays en particulier, avec des pointes à 43°C localement et une journée qui pourrait être en moyenne plus chaude que les pires jours d'août 2003.

Face aux risques, la SNCF a invité mercredi ses clients à reporter ou annuler leurs déplacements prévus jeudi, vers ou depuis les 20 départements placés en vigilance rouge. Les autorités recommandent d'éviter les grands trajets en train ou en voiture.

Cette alerte rouge, le plus haut niveau, qui implique une "alerte sanitaire" pour tous les citoyens, a été utilisée pour la première fois en juin dans quatre départements du sud. Mais "c'est la première fois que cela touche des départements du Nord de notre pays" avec des "populations qui ne sont pas habituées à des chaleurs de ce niveau-là", a commenté la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

"C'est la raison pour laquelle je demande qu'on redouble d'attention (...) Personne n'est sans risque face à de telles températures". Le Premier ministre, Edouard Philippe, a appelé à "faire très attention aux personnes isolées", à l'occasion d'un déplacement dans un hébergement pour personnes âgées dépendantes. L'alerte rouge laisse notamment la possibilité aux préfets de prendre des mesures exceptionnelles liées notamment à l'organisation de rassemblements publics, sportifs ou autre

05h33: Après la SNCF, la RATP recommande à son tour de limiter les déplacements en Ile-de-France

04h18: Un record de consommation estivale d'électricité a été atteint mercredi à la mi-journée en France, en raison de l'épisode caniculaire qui s'est abattu sur l'ensemble du pays, a annoncé RTE, le gestionnaire du réseau à haute tension.

Selon le site internet de l'opérateur, la pointe de consommation a été atteinte vers 12H45, avec 59.715 mégawatts. C'est légèrement plus que le dernier record saisonnier, datant du 22 juin 2017 (59.500 mégawatts).

RTE avait estimé lundi que la consommation d'électricité allait fortement croître cette semaine, tout en assurant que cette pointe resterait inférieure au pic de juin 2017. Le record saisonnier de 2017 avait déjà failli être battu le 27 juin, lors du précédent épisode caniculaire survenu dans l'Hexagone. La consommation d'électricité avait alors atteint 59.460 mégawatts.

03h34: La SNCF appelle les voyageurs à reporter leurs déplacements prévus dans la zone en vigilance rouge.
La SNCF invite les voyageurs à reporter leur voyage dans les zones en alerte en raison des «risques d’incidents sur la circulation ferroviaire», et s’engage à échanger ou rembourser sans frais les billets des TGV et Intercités circulant jusqu’à jeudi soir.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de A.Thomas
25/juillet/2019 - 20h42
Reine-Claude qui ne compte pas pour des prunes a écrit :

Coluche, sors de ce corps ! (sans certitude).

C'est la ministre de la santé. Elle ne cesse de répéter  "mettez vous à l'ombre"

 

Chez moi près de Rouen ça commence à gronder et il est tombé 4 gouttes. Ca va suivre, encore un peu de patience !

C'est plus ancien .C'est Pierre Dac  .  J'achetais régulièrement "l'os à moelle" au temps de ma prime jeunesse .en 64 65 .smiley

Portrait de satine1
25/juillet/2019 - 20h00
A.Thomas a écrit :

Les gens se plaignent !Il fait 42 degrés à l'ombre !!!

Mais ,qui les oblige à rester à l'ombre ?

smiley

 

 

Un peu d’humour ça fait du bien ! smiley

Portrait de A.Thomas
25/juillet/2019 - 19h42
satine1 a écrit :

Ça promet pour cette nuit !!! Pourvu qu’il y ait un orage ou de la pluie qui arrivent pour de la fraicheur et pouvoir récupérer.      

Les gens se plaignent !Il fait 42 degrés à l'ombre !!!

Mais ,qui les oblige à rester à l'ombre ?

smiley

 

 

Portrait de satine1
25/juillet/2019 - 18h50

Ça promet pour cette nuit !!! Pourvu qu’il y ait un orage ou de la pluie qui arrivent pour de la fraicheur et pouvoir récupérer.      

Portrait de satine1
25/juillet/2019 - 18h15
Reine-Claude qui ne compte pas pour des prunes a écrit :

Et bien en Normandie, à l'heure où je vous "parle" le thermomètre indique 46.6 ° de température extérieure. Mais le vent se lève, pour le moment il est chaud mais ça donne espoir.

Je suis en région parisienne et c’est vrai que l´air est brûlant !  C’est comme du feu. 

 

Portrait de satine1
25/juillet/2019 - 18h12

Dans mon jardin j’ai un thermomètre qui ne vas pas plus haut que 40 et ça y est il est bloqué sur 40 (à l’ombre). Il va exploser le pauvre comme c’est 42 de prévu. Il n'était jamais monté aussi haut !

 

Portrait de satine1
25/juillet/2019 - 16h15
Philou-02. a écrit :

41 chez moi ( ville) ! Mon ventilo est pas loin du «  burn-out « aussi smiley comme tous ..

Ce n’est pas le moment que les ventilateurs lâchent !! 

Portrait de satine1
25/juillet/2019 - 15h19
ettenuob a écrit :

Si c'est a cause de la pollution des voitures , des avions et de celle engendrée par les go d'internet consommés .... puisque aussi il n'y a aucune limitation de consommation pour ces trois éléments  et alors pourquoi quelqu'un se priverait . Dans ces conditions nous allons tout droit vers un réchauffement lui aussi sans limites qui devrait être tout ou tard nous mener à des situations terrifiante , on peut facilement imaginer un scénario bien pire qu'une guerre ... mais malheureusement tant qu'on ne prend pas un coup violent directement et qu'on est pas sûr de la relation entre ces éléments et le réchauffement on ne réagit logiquement pas , on profite au maximum de ce dont dispose  sans aucune limitation . On fait fonctionner l'économie et tout le monde y trouve son compte aujourd'hui en tout cas. finalement , on peut donc penser qu'on fonce droit dans le mur même si tous les scénarios sont possibles l'espoir n'est perdu qu'à la fin . La découverte d'une autre terre habitable des solutions miracles scientifiques pourquoi pas c'est à suivre

D’ici que l’on découvre une autre terre habitable, comme vous dites, et que l’on puisse y aller, nous ne serons plus là tous autant que nous sommes et nos enfants non plus...

Portrait de letarsier
25/juillet/2019 - 14h59

On s'en ... de Paris, centre du monde auto proclamé. smiley

Portrait de yoye
25/juillet/2019 - 11h30
Guyot75 a écrit :

Arrêtez d'affoler les gens. Il y a eu d'autres canicules par le passé, en 1911, en 1947 et même plusieurs années de suite dans les années 40, mais c'est pas pour autant que  les années suivantes ont toutes été caniculaires. L'hiver 54 a été extrêmement froid en France. La différence, c'est qu'aujourd'hui, on veut à tout prix démontrer que ces canicules sont dues à un réchauffement climatique, donc dés qu'il fait un peu chaud, on parle de catastrophe. L'été 2017 a été plutôt froid en France, le mois de mai 2019 et debut juin aussi, mais on n'en a pas parlé dans les media.

Plutôt d'accord avec ce commentaire à une exception prés... ici en Bigorre le mois de Juin 2017 a été aussi caniculaire durant1 semaine !

Portrait de biscoto
25/juillet/2019 - 11h01 - depuis l'application mobile

les fonctionnaires de Météo France ont dû prendre un coup de chaud sur la tête impossible de suivre nos régions sur internet

Portrait de Jean Bonneau
25/juillet/2019 - 10h27

Ce qui me fatigue le plus, ce n’est pas la canicule... mais ce climat anxiogène qu’essaient de mettre en place certains médias comme celui-la. Des étés plus chauds que d’autres, des hivers plus froids que d’autres on en aura. Je ne renie pas le réchauffement, mais pour moi la validation de celui-ci, ce sont les années consécutives de sécheresse surtout. Le signe le plus visible, c’est surtout celui-ci. 

Portrait de Guyot75
25/juillet/2019 - 09h55
La République C'est Moi a écrit :

Dans quelques années on va se marrer en voyant qu'on s'affolait pour une alerte rouge. Ce sera notre quotidien. smiley

Arrêtez d'affoler les gens. Il y a eu d'autres canicules par le passé, en 1911, en 1947 et même plusieurs années de suite dans les années 40, mais c'est pas pour autant que  les années suivantes ont toutes été caniculaires. L'hiver 54 a été extrêmement froid en France. La différence, c'est qu'aujourd'hui, on veut à tout prix démontrer que ces canicules sont dues à un réchauffement climatique, donc dés qu'il fait un peu chaud, on parle de catastrophe. L'été 2017 a été plutôt froid en France, le mois de mai 2019 et debut juin aussi, mais on n'en a pas parlé dans les media.