25/06 08:01

Nantes - L’évacuation musclée de la police pour mettre fin à un concert provoque la chute de 14 personnes dans la Loire et un disparu- L’IGPN et la justice ont été saisies - Vidéo

L’évacuation musclée de la police pour mettre fin à un concert sur un quai a entraîné la chute d’au moins 14 personnes dans la Loire. L’IGPN et la justice ont été saisies. On reste sans nouvelle d’un jeune homme présent à la soirée vendredi.

Les affrontements ont commencé vers 4 h 30 du matin lorsque l'un des DJs a remonté une dernière fois le son de ses platines, alors qu'il était entendu que la musique devait s'arrêter à 4 heures.

Plusieurs personnes, dix selon la préfecture et quatorze selon Ouest-France ont été repêchées dans la Loire après, selon les points de vue, avoir sauté délibérément ou être tombés à la suite de l'intervention des forces de l'ordre.

Johann Mougenot, directeur de cabinet du préfet de Loire-Atlantique confirme à BFMTV.com que les forces de l'ordre sont intervenues à l'heure indiquée pour couper la musique, mais elles ont été accueillies par des jets de projectiles, dont des "jets de bouteilles en verre". Au total, cinq policiers ont été blessés et une personne a été placée en garde à vue.

Une seconde source évoque auprès de BFMTV.com "un mouvement de panique" à l'arrivée des policiers "qui ont utilisé des gaz lacrymogènes."

De son côté, le préfet de Loire-Atlantique Claude d'Harcourt s'est justifié au micro de France Bleu en indiquant que "les forces de l'ordre interviennent toujours de manière proportionnée. Mais face à des individus avinés, qui ont probablement pris de la drogue, il est difficile d'intervenir de façon rationnelle. Et les individus eux-mêmes n'étaient pas maîtrisables", estime-t-il.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de seb2746
25/juin/2019 - 10h17
makila a écrit :

Les propos du Préfet sont d'une crétinerie affligeante. Si une réponse proportionnée c'est de matraquer tout le monde, de gazer à l'aveuglette, de frapper les gens au sol, c'est vrai que depuis les gilets jaunes, le concept de proportionnalité a bien évolué, pour les forces de l'ordre.  

L'inverse :"D'abord" gazage de tout le monde sans distinction (même ceux qui étaient oqp de ranger le matériel donc totalement dans la légalité) PUIS matraquage pour se défouler et puis si on en perd 1 ou 2 dans la flotte, on dira que c'était un drogué/ivrogne, pas de bavure, la prime sera à la fin du mois et le ministre nous protège avec ses amis juges.