22/06 16:00

"Le Monde" dresse la liste des 100 romans "qui ont le plus enthousiasmé" les critiques littéraires du quotidien depuis sa création en 1944

Christine Angot côtoie Boris Pasternak et Marguerite Duras n'est pas loin de Salman Rushdie dans la liste des 100 romans "qui ont le plus enthousiasmé" les critiques littéraires du Monde depuis sa création en 1944. "C'est à un voyage dans la littérature que nous vous convions à travers une sélection joyeuse des 100 romans qui ont le plus enthousiasmé les critiques littéraires du Monde", écrit Luc Bronner, directeur de la rédaction du quotidien, dans le cahier "Les 100 romans du Monde".
Chacun des 100 titres retenus, des années 1940 aux années 2010, est accompagné d'une critique parue dans Le Monde à l'époque. Si l'on retrouve des auteurs devenus incontournables comme Arthur Koestler pour "Le zéro et l'infini" (un livre "remarquable et d'un pathétique éprouvant", écrivait en 1946 le critique Émile Henriot), on s'étonne parfois de trouver parmi ces 100 romans des livres un peu oubliés comme "Famille Boussardel" de Philippe Hériat paru en 1944. "Il a fallu choisir, élaguer, couper, trancher parmi des auteurs et des livres au risque de l'injustice parfois", reconnaît Luc Bronner.
Spécialiste de la littérature du XXe siècle, l'essayiste et écrivaine Tiphaine Samoyault souligne pour sa part dans un entretien publié dans le supplément que cette liste a "la beauté des listes, celles des cohabitations improbables, des bons et des mauvais voisinages, et puis surtout des manques, un manque pour chacune ou chacun qui lit la liste".
L'essayiste regrette ainsi l'absence de Yukio Mishima, Albert Camus, Simone de Beauvoir, Samuel Beckett ou encore Mo Yan parmi les auteurs retenus. On peut aussi déplorer qu'aucune figure du roman policier (à l'exception remarquable de Daniel Pennac et Jasper Fforde) ne compte parmi les auteurs dignes de figurer dans "les 100 romans du Monde". Ainsi, il n'y a dans la liste aucun livre de Georges Simenon ni de John le Carré ou de James Ellroy sans parler de Jean-Patrick Manchette, le père du néo-polar français.

Ailleurs sur le web

Vos réactions