09/04 17:10

Des sénateurs préconisent le maintien sur la TNT de la chaîne dédiée aux Outre-mer France Ô, qui doit disparaître en 2020

La visibilité des Outre-mer dans l'audiovisuel public est "au mieux marginale, au pire inexistante", dénonce mardi un rapport sénatorial, qui recommande le maintien sur la TNT de la chaîne dédiée aux Outre-mer France Ô, qui doit disparaître en 2020. Ce rapport, sur "la représentativité et la visibilité des Outre-mer dans l'audiovisuel public", adopté mardi à l'unanimité par la délégation sénatoriale aux Outre-mer, avait été décidé après l'annonce par le gouvernement et France Télévisions, de la suppression de France Ô de la TNT en 2020. Selon le groupe audiovisuel, cette suppression serait l'occasion de renforcer la présence des Outre-mer sur les autres chaînes, en parallèle d'un portail numérique dédié.

"Force est de constater qu'en dehors de France Ô, la visibilité des Outre-mer sur l'ensemble du paysage audiovisuel est au mieux marginale, au pire inexistante", notent les rapporteurs Maurice Antiste, sénateur socialiste de la Martinique, et Jocelyne Guidez, sénatrice centriste de l'Essonne. Selon eux, les grandes chaînes de la télévision publique se sont "depuis longtemps exonérées de leurs cahiers des charges" sur la représentativité des Outre-mer. Ils rappellent que selon le baromètre 2018 du CSA, avec France Ô, la proportion de personnes ultramarines apparaissant dans les programmes de France Télévisions est de 9%, et sans France Ô, de 0,3%. "On ne semble parler des Outre-mer au journal télévisé qu'en cas de catastrophe ou de crise sociale", ajoutent les élus, pointant un traitement de l'information "défaillant" à l'égard des Outre-mer.

En 2017 par exemple, les Outre-mer ne sont apparues dans les journaux télévisés qu'à quatre occasions, quasiment: les déplacements en Outre-mer de candidats à la présidentielle, la crise sociale en Guyane, l'ouragan Irma aux Antilles, l'enterrement de Johnny Hallyday à Saint-Barth. Ils préconisent plutôt "de faire de France Ô le pivot et le coeur de réseaux des Outre-mer au sein de France Télévisions" et suggèrent pour cela "d'engager un plan de développement d'un portail numérique" de la chaîne, mais de "maintenir la diffusion TNT de France Ô avec un bilan à horizon 2025". Peu favorables à des "quotas", ils suggèrent d'instaurer "une exigence chiffrée de programmation par créneau horaire et type de contenus", mieux contrôlée par le CSA. Les élus plaident également pour un "traitement renforcé de l'information ultramarine", via un programme quotidien sur France 3, et des sujets réguliers sur l'Outre-mer dans les JT de France 2.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de lucieat
10/avril/2019 - 14h09

Ce serait normal, les DomTom ont droit à leur chaîne et les expatriés en Métroploe ont le droit d'avoir des nouvelles du pays.

Par contre chaînes à stupidités des après midi et les rediff à foison, ça, ça reste...mais c'est privé, on ne peut que ne pas les regarder