24/01 20:53

Drôme - Emmanuel Macron : "Enlever l'ISF c'était un de mes engagements de campagne. J'ai été élu sur ce projet" - "Je n'ai jamais dit qu'il y aurait zéro SDF en France"

21h15: Emmanuel Macron a passé au final 3h15 face aux citoyens

20h47: Emmanuel Macron est interpellé par des gilets jaunes .

Il répond : "Il n'y  pas de personnes corrompues au gouvernement. Les mots ont un sens. Sinon allez les dénoncer aux juges !"

.

.

19h30: Emmanuel Mrcron: "On ne sortira de ce débat qu'avec des décisions fortes et puissantes. Vous pensez peut-être que c'est impossible. Et bien chiche !"

19h15: Emmanuel Macron hausse le ton après avoir été interpellé sur son passé de banquier: "Je ne suis pas un héritier. Je ne suis pas né avec une cuillère dans la bouche. J'ai travaillé et je n'ai jamais lâche le morceau. Je suis né à Amiens. Et sans banquier, de tout de façon vous n'aurez pas de crédit !"

18h49: Interrogé sur le glyphosate, Emmanuel Macron affirme: 'Il faut en sortir, mais il faut des alternatives intelligentes"

18h38 : Emmanuel Macron : "Je n'ai pas pris l'engagement de campagne qu'il y ait zéro SDF. J'entends beaucoup ça mais je n'ai jamais dit ça. J'ai eu un mot sur les demandeurs d'asile qui dorment dehors. Moi aussi, je suis comme vous, ça me fait mal de voir cette liste de noms anonymes des SDF morts dans la rue. Je vous promets qu'on ne lâchera rien."

.

.

18h37: Emmanuel Macron : "On est dans une démocratie, il y a toujours des gens en désaccord et c'est bien. Mais cela se traite lors des élections et cette mesure elle était dans mon programme et j'ai été élu"

18h28: Un agriculteur, Gilet Jaune, interpelle Emmanuel Macron: "Je n'ai plus du tout confiance en vous. Vous avez supprimé l'ISF par exemple en faisant un cadeau aux riches. Le grand débat c'est au minimum de tenir vos promesses, sur les SDF par exemple. Vous nous aviez promis plus de SDF dans les rues."

Emmanuel Macron répond:  

"On écrase tous nos débats en France sur la fiscalité. On pense qu'on règle tout par la fiscalité. On ne règle pas par la fiscalité les vrais inégalités de départ. J'ai supprimé l'ISF pour réindustrialiser le pays, créer de l'emploi. La vraie inégalité c'est le chômage. Est-ce qu'il y a 2 ans quand il y avait l'ISF on vivait mieux et il y avait moins de SDF ? Je n'ai pas fait ça pour faire des cadeaux à des gens, j'ai fait ça pour relancer l'économie"

18h20: Emmanuel Macron est interrogé sur les questions de l'emploi et notamment de l'intérim subi par de nombreux jeunes.

18h03: Emmanuel Macron arrive au débat citoyen à Bourg-de-Péage dans la Drôme:

En marge de son déplacement à Valence, ⁦Emmanuel Macron⁩ s’invite à un débat citoyen organisé par la maire de Bourg-de-Péage. Plusieurs « gilets jaunes » sont dans la salle, première fois que le chef de l’Etat va débattre avec eux.

.

.

17h54: "Le dialogue a été bon. Il y a eu des échanges, de l'écoute (...) Le temps de réponse était peut-être un petit peu court mais on a pu aborder beaucoup de problématiques", a expliqué Aurélien Ferlay, président des maires ruraux de la Drôme après le débat avec le chef de l'Etat. 

Et d'ajouter: "Le président n'a pas répondu sur tous les sujets. Pas de réponse sur la partie pouvoir d'achat, injustice sociale et fiscale". Avant de préciser que ce sont les "thématiques majeures qui remontent dans les cahiers de doléances". "Je suis parfois resté un peu sur ma faim."

17h50/ Emmanuel Macron va se rendre au débat citoyen qui se tiendra à Bourg-de-Péage dans la Drôme. Des gilets jaunes seront présents

16h47: Emmanuel Macron est désormais à Bourg-de-Péage pour rendre visite aux personnes âgées et aux jeunes en service civique de l’accueil de jour "le Clos de l'Hermitage"

16h18: Ce qu'il faut retenir en ce milieu d'après-midi

«Soyez libres»: après un échange inédit et discret à Valence avec Laurent Wauquiez, le patron des Républicains, Emmanuel Macron a écouté entre deux bouchées les doléances des maires, la plupart de communes rurales, sur les déserts médicaux ou les problèmes de mobilité, au cours d’un déjeuner-débat au format resserré.

«Ce type d’échanges est une bonne façon de décanter beaucoup de sujets», a lancé debout, micro en main, le président de la République à la préfecture de la Drôme.

«Je suis là pour vous écouter, entendre, absorber» et «s’il vous plait, soyez libres», a-t-il lancé, précisant tout de même que ce n’était pas pour lui «à proprement parler ce qu’on peut appeler le grand débat».

Prenant des notes entre deux coups de fourchette, Emmanuel Macron devait écouter 35 maires, Laurent Wauquiez et enfin la présidente LR du Conseil départemental de la Drôme, Marie-Pierre Mouton, avant lui-même de conclure. A chacun, trois minutes chrono sont accordées.

Le débat a commencé vers 13H00, après une rencontre d’une cinquantaine de minutes --contre trente prévues à l’agenda-- entre Emmanuel Macron et Laurent Wauquiez qui ne s’étaient jamais entretenus officiellement depuis que le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a pris la tête des Républicains en décembre 2017.

Aucune déclaration à leur sortie. Ils ont parlé des entreprises locales, des problèmes de desserte ferroviaire dans la région, indique-t-on au cabinet de Laurent Wauquiez.

Nicolas Daragon, le maire LR de Valence, a ensuite lancé la longue liste de doléances: «Nos concitoyens parlent du Ric, de démocratie plus consultative, ils souhaitent la reconnaissance du vote blanc, plus de services publics, la réduction du train de vie de l’Etat. Certains proposent des solutions plus radicales».

Gérard Collomb, le maire de Lyon, était assis tout sourire à deux places du président, des retrouvailles officielles pour les deux hommes depuis le départ avec fracas du gouvernement de l’ex-ministre de l’Intérieur, cet automne.

«Qu’est-ce qu’on veut ? Des monstropoles d’un côté et des communes abandonnées de l’autre ?», a lancé le socialiste Aurélien Ferlay, président des maires ruraux de la Drôme et maire de Moras-en-Valloire, 657 habitants. «Quand une démocratie est malade, le fascisme vient à son chevet mais ce n’est pas pour prendre de ses nouvelles», a-t-il conclu, convoquant Albert Camus dans la salle Barjavel de la préfecture.

«En 50 ans, on a reculé, nos concitoyens ont du mal à comprendre qu’on recule. Il y a un signal fort à donner aux territoires les plus enclavés. C’est devenu intolérable», a critiqué Jacques Mézard, sénateur du Cantal et ancien ministre de la Cohésion des territoires d’Emmanuel Macron.

Sujet moins attendu, Dominique Bidet, maire PCF de Bellenaves (Allier), a lancé : «Arrêtons d’envoyer notre argent en Arabie saoudite».

Dehors, un périmètre de sécurité d’environ 300 mètres créait une zone tampon dans l’hyper-centre de la ville, tenant à bonne distance quelques dizaines de «gilets jaunes» mobilisés malgré le vent glacé.

Macron «veut faire un débat citoyen mais il faut qu’il passe par les citoyens. On ne peut pas s’approcher, on est contrôlés. On ne passe pas si on a un +gilet jaune+», déplorait notamment derrière un des cordons de CRS Dominique Roux, artisan de 47 ans résidant à Etoile-sur-Rhône.

«Dans un futur déplacement, je ne sais pas quand, il sera amené à parler avec des Français», lui a indirectement répondu le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, à son arrivée à la préfecture.

La Drôme est le département le plus pauvre de la région où les «gilets jaunes» restent très mobilisés. Valence a vu défiler le 5 janvier 3.000 manifestants, presqu’autant qu’à Paris (3.500) selon les chiffres officiels.

Cette fois, l’Elysée n’a pas autorisé sa retransmission en direct par les chaînes d’info, mais le débat était retransmis en salle de presse.

16h12: Nicolas Rubin, maire LR de Châtel, en Haute Savoie, s'est adressé aujourd'hui à Emmanuel Macron d'une manière insolite, en fredonnant une chanson lors des échanges entre le président et des élus de la région à Valence.
Au moment de prendre la parole au cours de ce déjeuner-débat à la préfecture de la Drôme, l'édile a pris de court l'assistance en chantant d'une belle voix deux strophes de la chanson "Marionnettiste" de Pierre Bachelet.
"Mais dis-moi tout Marionnettiste. J'ai des ficelles à mon destin. Tu me fais faire un tour de piste. Mais où je vais je n'en sais rien", a-t-il chanté devant un Emmanuel Macron tout sourire et une assistance médusée qui l'a abondamment applaudi après cette performance saluée par un "bravo" présidentiel.
Le président "est comme un marionnettiste qui tient les ficelles du destin des maires. Il nous impose tout, sans concertation, par exemple la suppression de la taxe d'habitation. Qu'aurons nous après? C'est pas clair du tout", a ensuite expliqué l'élu à une journaliste de l'AFP.
16h11: Face aux journalistes, Laurent Wauquiez s'exprime

"Je suis venu car je voulais dire les choses au Président de la République en face-à-face (...) J'ai dit à Emmanuel Macron qu'il fallait des actes".

"J'ai assisté à ce débat, mais cet après-midi je mets en garde le Président. Un débat, c'est aller échanger directement avec les Français. Dans la journée d'aujourd'hui, quels sont les Français qui ont pu échanger avec le Président de la République ? Il doit changer. Le débat ça ne peut pas être ça. Il doit aller sur le terrain et échanger avec les Français, sans filtre. Un vrai débat, c'est avec les Français sur le terrain"

16h08: "Laurent Wauquiez a exprimé des problèmes qui sont réels", a indiqué le maire de Lyon et ex-ministre de l'Intérieur Gérard Collomb

16h05: Didier Guillaume, le ministre de l'Agriculture, s'est exprimé à la fin de la réunion. "Laurent Wauquiez a dit ce qu'il pensait, le président lui a répondu", a-t-il déclaré. Et d'ajouter : "Comment faire avancer le vivre-ensemble, c'est ça l'intérêt de ce débat".

15h58: La rencontre entre Emmanuel Macron et la soixantaine d'élus de la Drôme vient de se terminer

15h31: Emmanuel Macron s'exprime actuellement devant les maires. "Je n'ai pas attendu cette crise pour considérer les élus", a déclaré le chef de l'Etat face aux élus

15h14: La secrétaire d'Etat Emmanuelle Wargon rencontre une délégation de gilets jaunes à la mairie de Chabeuil

14h50: Plus d'une heure trente après le début du déjeuner, Emmanuel Macron n'a pas encore pris la parole, à part lors de son propos introductif. Le chef de l'Etat prend des notes, selon les journalistes présents sur place. Plusieurs thèmes sont abordés, comme celui de la justice fiscale ou encore les 80km/h.

14h32: Jacques Genest, sénateur de l'Ardèche, a dévoilé des clichés de la rencontre entre Emmanuel Macron et des élus

14h00: Le point sur la situation en ce début d'après-midi

Emmanuel Macron est arrivé jeudi dans la Drôme pour une rencontre inédite avec le patron des Républicains Laurent Wauquiez avant d’échanger avec des élus pour une nouvelle réunion du grand débat national né de la crise des «gilets jaunes».

Le convoi présidentiel s’est arrêté à la mi-journée devant le bâtiment de la préfecture de Valence, autour de laquelle un périmètre de 300 mètres a été mis en place par un imposant service d’ordre pour tenir à bonne distance quelques dizaines de «gilets jaunes» venus à la rencontre de M. Macron malgré le vent glacial balayant le centre-ville.

Macron «veut faire un débat citoyen mais il faut qu’il passe par les citoyens. On ne peut pas s’approcher, on est contrôlés. On ne passe pas si on a un +gilet jaune+», déplorait notamment derrière un des cordons de CRS Dominique Roux, artisan de 47 ans résidant à Etoile-sur-Rhône.

Après un tête-à-tête d’une demi-heure, MM. Macron et Wauquiez doivent se joindre à un déjeuner-débat avec une soixantaine d’élus de la région Auvergne-Rhône-Alpes: les présidents des associations des maires des 12 départements, les parlementaires de la Drôme et la présidente du Conseil départemental, Marie-Pierre Mouton (LR).

Emmanuel Macron et Laurent Wauquiez, deux quadragénaires de la même génération politique, ne se sont jamais entretenus officiellement depuis que le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a pris la tête des Républicains en décembre 2017.

Ils se rencontrent au moment où tous deux apparaissent fragilisés à quatre mois des élections européennes, premier test électoral du quinquennat. Le chef de l’Etat a été secoué par deux mois de crise dont il espère sortir avec le grand débat, alors qu’une liste «gilets jaunes» a annoncé mercredi son intention de présenter sa candidature aux élections européennes de mai.

Laurent Wauquiez peine, lui, à s’affirmer comme le principal opposant à Emmanuel Macron, face à la concurrence de Marine Le Pen (RN) et Jean-Luc Mélenchon (LFI).

S’il a affirmé le 16 janvier vouloir que les Républicains participent au grand débat, Laurent Wauquiez a précisé mardi qu’il entendait, en se rendant à Valence, éviter que soient «mis sous le tapis les sujets qui ont abouti aux grandes tensions dans lesquelles est tombé le pays».

Le débat de jeudi marque également les retrouvailles entre le président et son ancien ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, qui avait démissionné du gouvernement avec fracas en octobre dernier pour retrouver la mairie de Lyon. A son arrivée, ce dernier a estimé devant la presse que les consultations menées par le président auraient «pu se faire avant».

Le débat avec les élus s’annonce plus court -3h30 prévues - et moins médiatisé que les deux précédents de plus de 6H30 à Grand Bourgtheroulde (Eure) et Souillac (Lot), où des dizaines de maires avaient interpellé, parfois avec virulence, Emmanuel Macron sur les multiples sujets soulevés par les «gilets jaunes» ou le malaise de la ruralité. Cette fois, l’Elysée n’a pas autorisé sa retransmission en direct par les chaînes d’info.

13h47: Sur son compte Twitter, le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a dévoilé un cliché d'Emmanuel Macron lors de sa rencontre et de son déjeuner avec les élus.

13h44: BFMTV vient de dévoiler un cliché de la rencontre entre le Président Emmanuel Macron et les élus lors d'un déjeuner qui a lieu actuellement à Valence

13h25: La rencontre entre Emmanuel Macron et Laurent Wauquiez a duré cinquante minutes. Désormais, le président de la République déjeune avec des élus.

12h47: La secrétaire d'Etat Emmanuelle Wargon ira échanger avec une délégation de gilets jaunes à la mairie de Chabeuil à 15h30

12h27: Emmanuel Macron vient d'arriver à Valence pour la troisième étape de son grand débat national. Le Président est présent dans la préfecture de la Drôme.

Le Président de la République va avoir un entretien avec Laurent Wauquiez, le patron des Républicains. Une rencontre sans caméra. Emmanuel Macron rencontrera ensuite des maires de la Drôme lors d'un déjeuner à la préfecture de Valence.

12h16: L'ancien ministre Gérard Collomb, maire de Lyon, est arrivé sur place pour rencontre Emmanuel Macron

"Ce qu'il fait depuis deux semaines avec les maires, c'est extraordinaire d'avoir tous ces maires qui peuvent répondre (...) C'est bien qu'il les voit (...) S'il les avait vus plus tôt, ça aurait été pas mal aussi".

"La société française est marquée par des fractures", a déclaré le maire de Lyon, Gérard Collomb

Gérard Collomb au sujet de la crise des gilets jaunes : Emmanuel Macron "a repris les choses en main de manière forte depuis la rentrée (de janvier)"

12h00: Le point sur la situation ce midi

Les forces de l'ordre empêchaient aujourd'hui les "gilets jaunes" d'approcher la préfecture de Valence, qui doit abriter à la mi-journée une réunion entre Emmanuel Macron et des élus, dont Laurent Wauquiez, dans le cadre du grand débat national.
Dans la matinée, un périmètre de 300 mètres a été mis en place dans le calme par les forces de l'ordre autour de la préfecture de la Drôme, a constaté une journaliste de l'AFP. Près du conseil départemental, quelque 200 personnes, dont une cinquantaine arborant des "gilets jaunes", attendaient l'arrivée du président derrière un cordon de CRS.
"On est ici pour montrer qu'on est là. (Macron) veut faire un débat citoyen mais il faut qu'il passe par les citoyens. On ne peut pas s'approcher, on est contrôlé. On ne passe pas si on a un gilet jaune", déplorait notamment Dominique Roux, un artisan de 47 ans résidant à Etoile-sur-Rhône. "On est arrivé à un stade où il faut qu'il s'en aille, on ne peut plus le supporter", insistait-il auprès de l'AFP.
Attendu à Valence vers 12h00, le président doit s'entretenir pendant une demi-heure avec le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et dirigeant des Républicains (LR) avant de participer à un déjeuner-débat avec une soixantaine d'élus de la région.
Après ce débat, dont l'Elysée n'a pas autorisé la retransmission en direct par les chaînes d'info, Emmanuel Macron doit visiter vers 16h00 une structure d'accueil de jour autonome, "Le Clos de l'Hermitage", qui accueille des personnes âgées de plus de 62 ans à Bourg-de-Péage (Drôme).
11h31: Les gilets jaunes qui avaient prévu un comité d'accueil pour Emmanuel Macron sont tenus à distance par les forces de l'ordre. Une dizaine de gilets jaunes sont contenus derrière des barrières, face à la préfecture.

10h08: Emmanuel Macron a rendez-vous à la mi-journée avec le patron des Républicains, Laurent Wauquiez, à la préfecture de Valence. C'est la première fois que les deux hommes se rencontrent depuis le début du quinquennat. Le chef de l'Etat animera ensuite sa troisième réunion du "grand débat" avec des élus locaux.

09h26: Afin d'éviter un caractère un peu répétitif", a concédé le porte-parole du gouvernement mercredi, le président de la République "s'adapte aussi aux demandes qui lui sont formulées". "Après avoir fait l'exercice deux fois, il est inutile de le faire plus longtemps", a souligné Benjamin Griveaux. Pas de parterre de maires cette fois-ci, mais un déjeuner avec une soixantaine d'élus locaux de la Drôme: les présidents des associations des maires des 12 départements, les parlementaires de la Drôme et la présidente du Conseil départemental, Marie-Pierre Mouton (LR).

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de soly
25/janvier/2019 - 10h57

Il n'a pas promis qu'il n'y aurait plus de SDF... Par contre il y a des logements pour les migrants sans problème. Dans mon département, des anciennes écoles, anciennes entreprises, anciens hôtels et même des petites maisons etc. sont dédiés à l'accueil de migrants...En même temps en France les SDF sont de plus en plus nombreux et les mal logés souvent en danger de mort (à l'instar de marseillais) sont sans espoir. Désormais, en France les migrants sont prioritaires et sont aussi devenus la priorité du gouvernement. 

Portrait de monette66
25/janvier/2019 - 09h07

Beaucoup de Gj sont des jaloux en fait

 

Portrait de Tonton85
25/janvier/2019 - 08h25
Nassim a écrit :

il le sera forcément puisque le principe de l'élection est de faire gagner celui qui est le plus soutenu financièrement et médiatiquement. Comme tout les médias sont aux mains des riches. Faut pas être Nostradamus pour prévoir sa réélection. 

Sauf qu'il y a une chance avec les gilets jaunes ou un autre mouvement spontané de la population assiégée par l'oligarchie, que le système de l'élection soit révélé comme un instrument de domination à détruire... et que la population enfin réveillée grâce à internet, prenne le pouvoir et le garde, pour enfin faire naître une véritable et réelle démocratie gérée par la population elle même et directement dans toute sa diversité, en ostracisant les riches et leurs pouvoirs de corruptions.

Vous vous rendez compte qu'à dire ça vous insinuer que le "Français Lambda" est incapable de penser par lui même ?!?!

Bordel, une élection c'est pas une tombola. C'est pas celui qui parle le plus ou qui passe le plus à la TV qui a raison. J'ose croire qu'une majorité d'entre nous sait encore faire la part des choses et réfléchir avant de glisser le bulletin dans l'urne.

Mais lire encore et encore que les Français sont des moutons idiots incapable de réfléchir par eux même, ça m'énerve !!! C'est avoir une bien piètre image que de notre pays et de ses habitants.

 

Portrait de Hexagone
25/janvier/2019 - 08h19
Mikah2307 a écrit :

J'ai adoré la réflexion du médecin qui a remis à sa place le jeune blanc bec!; ce jeunot qui nous sert de président n'arrête pas et ce depuis bien avant les gilets jaunes, d'nsulter , de mépriser les pauvres en les traitant de faineant, et d'autres mots que aucuns président s'il aime vraiment son peuple, ce qui n'est pas le cas de ce jeunot, n'avaient fait avant lui. Il n'arrête pas de faire la leçon, de se croire supérieur aux autres! En plus il a osé dire à ce médecin que sa famille venait du peuple et que ce n'était pas parce qu'il a travaillé chez rotschild comme banquier, qu'il faisait parti d'une famille de banquier! Je ne voudrai pas dire, mais je crois que ce jeunot a tellement été mis sur un piédestal par sa famille, qu'il continue son comportement d'enfant gaté pourri en grandissant! Comme disait une grand mère qui a connu la guerre, hier dans une boulangerie, elle me disait: ce jeunot qui a encore du lait de sa mère dans sa bouche est vraiment culotté de s'en prendre aux français!

Oui j'ai bien aimé l'intervention du médecin qui a bien contextualisé la crise actuelle. Et d'accord votre réflexion  sur  ce jeune roquet au service des banques.

Quel toupet celui-là, donner des leçons aux autres, ne pas laisser ses ministres répondre, désavouer son 1er ministre qui d'ailleurs a disparu des radars, et se poser en Grand Débatteur pour les gueux qui ne comprennent rien. 

Que du vent rien de concret à part le maintien de l'isf et son jmenfoutisme envers les sdf "puisque ce n'est pas une promesse de campagne " !!!!!

Non mais il s est entendu sur ce dernier point ???? Mais qu'elle honte !!!! 

Portrait de Jse
25/janvier/2019 - 07h27

Il est doué , intelligent ça se voit qu'il a fait du théâtre  dans sa jeunesse !!!!! 

Il suit ses idées et veut persuader les citoyens qu'il a raison !!!! 

Et bien non ça ne marchera pas !!!! 

Il a ridiculisé son ministre de l'agriculture !

Il veut tout gérer !!! 

 

 

 

 

Portrait de Voltaire .
24/janvier/2019 - 21h03

Le président : qui nous la joue Stroumph à lunettes ,                                                                                        Balèze à l’oral , mais très moyen en travaux pratiques et super cancre en  SVT ( sciences de la vie ) !!!!

Portrait de monette66
24/janvier/2019 - 20h47

On voit bien dans ces débats que beaucoup de gens ont bien des idées reçues et fausses durdur de leur faire comprendre la réalité des choses

Portrait de Voltaire .
24/janvier/2019 - 20h21
C'ptain What a écrit :

Trois ans. Ne lui donnez pas plus que son droit. 

smiley

Portrait de Mamie ninja
24/janvier/2019 - 20h15
martinLaroche a écrit :

Moi je dis bravo à Macron, je n'imagine pas Sarkozy ou Chirac faire la même chose !

Sarkozy sans problème, c’etait un très bon orateur, Chirac aussi même si je le trouvais trop académique pour mon goût. Hollande par contre, impossible. Aucune présence, aucun charisme, au bout de 5 minutes d’allocution on avait la paupière lourde. J’ai fait 5 ans de sieste pendant son mandat.

Portrait de Voltaire .
24/janvier/2019 - 19h55
vivien33 a écrit :
De toute évidence encore un coup il ne convient pas ! Ce que j aimerais comprendre et savoir ?! Vous voulez mettre qui a la place ? Merci de répondre correctement !

Personne à sa place pendant encore 4 ans . Même si je le regrette je le reconnais comme le président de la république française démocratiquement élu ...Mais permettez moi de critiquer ses méthodes autocrates , son amour de la mise en scène , son narcissisme forcené et ses œillères ! Ai je été correcte ???? 

Portrait de vivien33
24/janvier/2019 - 19h50 - depuis l'application mobile

De toute évidence encore un coup il ne convient pas ! Ce que j aimerais comprendre et savoir ?! Vous voulez mettre qui a la place ? Merci de répondre correctement !

Portrait de vivien33
24/janvier/2019 - 19h50 - depuis l'application mobile

De toute évidence encore un coup il ne convient pas ! Ce que j aimerais comprendre et savoir ?! Vous voulez mettre qui a la place ? Merci de répondre correctement !

Portrait de Voltaire .
24/janvier/2019 - 19h41

Pour quelqu’un qui avait dit «  je ne serai à la television que très rarement » Ce grand oral de l’ENA permanent est aussi ridicule que prétenciard et stérile , on a  compris que c’est un fort en thème ( super balèze  pour restituer les fiches que lui envoient ses collaborateurs )! Ce dont notre pays aurait besoin ce n’est pas d’un premier de la classe mais d’un homme sensé qui aimerait ET la France ET les français !

Portrait de Voltaire .
24/janvier/2019 - 19h31
Mamie ninja a écrit :

ilfaitbonvivre  en régime  totalitaire, là où on a le droit qu’à un compliment mais pas plus

Notre Près´ est brillant ( façon djeuns )

je l’ai dit qu’une fois :p

J’adore !!!

Portrait de Hexagone
24/janvier/2019 - 19h29
martinLaroche a écrit :

Moi je dis bravo à Macron, je n'imagine pas Sarkozy ou Chirac faire la même chose !

Slurp slurp

Portrait de Mamie ninja
24/janvier/2019 - 19h23

ilfaitbonvivre  en régime  totalitaire, là où on a le droit qu’à un compliment mais pas plus

Notre Près´ est brillant ( façon djeuns )

je l’ai dit qu’une fois smiley

Portrait de Voltaire .
24/janvier/2019 - 19h00

Pour l’ISF Je veux bien entendre et comprendre son raisonnement , mais l’IFI est extrêmement injuste , il pénalise les petits et moyens riches .... et beaucoup de personnes âgées qui sont obligées de vendre leurs biens immobiliers , n’ayant pas assez de revenus pour le payer . Moi je trouve que soit on gardait TOUT l’ISF ( programme de plusieurs candidat ) soit on le supprimait entièrement ( programme Fillon ) !

Portrait de Voltaire .
24/janvier/2019 - 18h56

Pour l’ISF Je veux bien entendre et comprendre son raisonnement , mais l’IFI est extrêmement injuste , il pénalise les petits et moyens riches .... et beaucoup de personnes âgées qui sont obligées de vendre leurs biens immobiliers , n’ayant pas assez de revenus pour le payer . Moi je trouve que soit on gardait TOUT l’ISF ( programme de plusieurs candidat ) soit on le supprimait entièrement ( programme Fillon ) !

Portrait de Voltaire .
24/janvier/2019 - 18h36

Je croyais qu’il ne devait pas y avoir de caméras ??? la désintox médiatique n’a pas fonctionnéé ? smiley

Portrait de bichon33
24/janvier/2019 - 16h28

enfin la présidente LR du Conseil départemental de la Drôme, Marie-Pierre Mouton,

 

mouton ça s'invente pas!

Portrait de MICMAH458
24/janvier/2019 - 13h03

C'est la secrétaire d'état qui va rencontrer les gilets jaunes, pendant que lui s'occupe des maires.  C'est pas très courageux ça, pour un président qui disait "venez me chercher", entouré de ses gardes du corps, évidemment.

Portrait de Voltaire .
24/janvier/2019 - 10h37
Jse a écrit :

Pourquoi pas de caméra !!!! 

Sans doute , Parce que ses 6/7 heures habituelles risquaient bien  d’etre comptabilisées dans le temps de paroles attribué à chaque parti pour les prochaines élections européennes ....

Portrait de jarod.26
24/janvier/2019 - 10h27
bienvenue macron à valence avec un vent très très frais =)
Portrait de Jse
24/janvier/2019 - 10h23

Pourquoi pas de caméra !!!!