18/12 10:01

La chanteuse Hoshi accuse violemment Paris Match d'avoir révélé son homosexualité: "Je vomis en voyant certains journalistes qui ne respectent rien, sont juste là pour faire scandale, pour faire du fric "

C'est un énorme coup de gueule de la part d'une chanteuse qui est en train de faire son trou jour après jour dans le coeur des Français. Hoshi, 22 ans, a déjà vendu plus de 100 000 exemplaires de son premier album. Un tel succès que le magazine Paris Match a décidé de s'intéresser à elle et de lui consacrer un long article.

Alors qu'elle était en tournée à Lyon, elle accepte de donner une interview au quotidien. Elle parle de sa famille, donne son avis sur des questions de société, sur son parcours mais elle affirme ne jamais évoquer sa sexualité... Et pourtant elle découvre dans Paris Match un article dans lequel elle affirme: "Je suis lesbienne, je l’affiche sans problème même".

La jeune chanteuse exprime sa colère et son dégoût sur Facebook affirmant:

"Je vomis en lisant cet article aujourd’hui, je vomis en voyant à quel point certains journalistes ne respectent rien, sont juste là pour faire scandale, pour faire du fric ".

La journaliste mise en cause, Clémence Duraton de Paris Match lui a répondu en affirmant sur Twitter:

"Chère @HoshiOfficial, Quelle surprise j’ai eu vendredi en découvrant ce long post larmoyant, me décrivant comme une journaliste monstrueuse imposant à une jeune fille de faire son coming out. Lors de ce long moment que nous avons passé ensemble à Lyon les 4 et 5 DECEMBRE."

On se dit tout de même, que toutes les interviews étant enregistrés au minimum en audio pour pour réecrire les propos exacts des personnes interrogées, il doit être assez simple de prouver si Hoshi a tenu ou pas ces propos...

De son côté, Guillaume Mélanie, le Président de Urgence Homophobie affirme: "Honte à cette journaliste et Honte à Paris Match".

*****

Voici l'intégralité du texte posté par Hoshi:

"Ce matin je me suis réveillée en larmes. En larmes oui, parce que derrière cette armure il y a cette jeune fille de 22 ans qui aime profondément sa famille et son public.

En effet, le 4 décembre, Paris Match a décidé de venir me voir en concert à Lyon afin de faire un article et une interview que j’ai accepté le lendemain matin histoire de prendre pleinement le temps de discuter de mon projet, de mon album, de ce que je suis.

L’interview s’est bien passée, on a parlé de mon album, de ma jeunesse, de la découverte de ce vinyle de Brel chez grands parents qui m’a donné envie de faire de la musique, de mes années à jouer dans la rue par plaisir, de mon rapport au public, de ce si beau moment passé avec vous à Lyon. Mais non. Ce n’était pas suffisant. Peut-être pas assez privé ? Il a fallu que dans cet article l’on parle d’une orientation sexuelle, car c’est important aujourd’hui de mettre des étiquettes, de ma mère qui m’a apparemment empêché de faire de la musique (c’est d’ailleurs pour ça que j’ai fait cette chanson Ma Merveille pour toi Maman, pour te remercier de ne pas avoir cru en moi?).

J’avais évité la question en répondant qu’aujourd’hui c’était inadmissible de se faire frapper pour ce que l’on est, que ça me révolte. Je n’avais pas répondu «je suis lesbienne» tout simplement parce que ce n’était pas le sujet.

Parce qu’un coming-out forcé est inutile et que je n’ai pas à me justifier, je n’ai aucun compte à rendre sans pour autant m'empêcher d'assumer pleinement ma personne. Je vomis en lisant cet article aujourd’hui, je vomis en voyant à quel point certains journalistes ne respectent rien, sont juste là pour faire scandale, pour faire du fric. Ils prennent des raccourcis.

Et vous qui me lisez je vous embrasse, parce que vous êtes là pour ma musique et que vous en avez rien à foutre de savoir si je suis hétéro, bi, lesbienne parce que aujourd’hui la seule différence est la personne que l’on aime, et que les mentalités évoluent.

Vous qui avez compris le sens de cette chanson ma Merveille qui parle de cette relation profondément belle qui me lie à ma mère, qui veille sur moi (encore) et qui ne m’a jamais empêché de faire ce que j’aimais mais qui a eu peur pour moi comme toutes les mamans, et je comprends aujourd’hui quand je vois à quel point tout m’échappe.

Je vous embrasse.

On se retrouve sur scène, là-bas on ne ment pas"

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de atlantique07
18/décembre/2018 - 12h32

Chacun son job ,elle pousse la chansonnette pour gagner sa vie , les journalistes écrivent ce qu'ils savent pour gagner la leur...

Portrait de Autre Regard
18/décembre/2018 - 12h03
Jejedu69 a écrit :
@Julisse la tâche vous emmerde !! Je ne connais pas c’est quand même mon droit !! Cela ne vous empêche pas d’être poli !!!

Si vous ne connaissez pas... ne commentez pas.

Quel est l'intérêt ? hors mi une forme de dénigrement 

Le but des commentaires est de discuter et d'echanger sur la thématique de l'article, sur le fond. Donc si vous ne connaissez pas allez faire des commentaires sur les thématiques que vous connaissez sinon cela n'apporte strictement rien. C'est vide.

Portrait de Spooky
18/décembre/2018 - 11h30

Homosexuelle ou pas, c'est plutôt une bonne chanteuse avec des textes travailler. C'est une artiste qui sort du lot, sa voix est reconnaissable dès le début d'une chanson. 

Portrait de Julisse
18/décembre/2018 - 10h50
Jejedu69 a écrit :
Connais pas !!! Next

 

 

"Connais pas" : la réponse méprisante de l'idiot qui se croit supérieur. Mais parce que tu "connais pas" comme tu dis, tu penses que c'est donc de la merde. Parce que ça n'a pas eu les honneurs de tes esgourdes alors c'est forcément mauvais ? Sombre tâche.

Portrait de Julisse
18/décembre/2018 - 10h47

Tout le savait déjà, mais là n'est pas le problème.

Il existe un enregistrement donc c'est très facile de savoir si la journaliste est une vendue ou si Hoshi ment.

Ensuite, Hoshi connaît bien peu le milieu dans lequel elle évolue car en parler sur son Facebook fait qu'aujourd'hui ça se retrouve partout sur le Net (et sur Morandini, tiens comme par hasard). Ce qui aurait pu rester confidentiel, cantonné à du papier et aux lecteurs de "Match", devient visible de tous, et surtout reste. Quelle idée d'en parler ! Si elle n'avait rien dit par exemple, je n'en aurais pas eu connaissance parce que je ne lis pas "Match".

Portrait de Lemat
18/décembre/2018 - 10h25

Bienvenue dans le monde… C'est difficile le réveil, mais ne t'en fais pas, ce n'est que le début, le reste sera 10 fois pire.