16/10/2018 10:16

Cinq salariés de France 3 Auvergne ont contesté devant les prud'hommes la légalité de "fiches" secrètes d'évaluation mises en place par l'ex-direction de France Télévisions

"Incompétent", "insuffisant": cinq salariés de France 3 Auvergne ont contesté devant le conseil de prud'hommes de Clermont-Ferrand la légalité de "fiches" secrètes d'évaluation mises en place par l'ex-direction de France Télévisions et truffées d'appréciations. Cette audience se tenait après quatre renvois successifs depuis 2015. Ces cinq salariés ou ex-salariés de France 3 Auvergne, qui attendent depuis trois ans que la "faute" de France Télévisions soit actée, demandent notamment "une indemnisation pour ce fichage abusif et que le préjudice moral que chacun a subi soit reconnu", a précisé à l'AFP leur avocat Me Jean-Louis Borie.

"Ce système de fichage illicite, en violation du code du travail, a eu des conséquences graves sur le moral et la santé psychique des salariés", explique l'un des cinq salariés, Nordine Mohamedi, représentant syndical SNPCA CGC médias. "Et les commentaires étaient en décalage avec ce qui ressortait des entretiens individuels annuels". L'affaire remonte au 24 août 2015 quand le syndicat FO a révélé que les personnels de France 3 Auvergne avaient fait l'objet à leur insu d'une "revue de personnel" évaluant leurs "performances et potentiels".

Deux jours plus tard, plusieurs journalistes découvraient dans leur casier une fiche nominative les classant en trois profils : I pour insuffisant, C pour conforme aux attentes et B pour au-delà des attentes. Certaine fiches contenaient de plus des annotations manuscrites: "très isolé", "irrégulier dans ses prestations", "insuffisant".... France Télévisions assure que cette "revue de personnel était destinée aux managers pour détecter les potentiels ou préparer les entretiens individuels". Le jugement a été mis en délibéré au 20 décembre.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions