25/09/2018 17:59

Une ex-employée porte plainte contre Facebook, car elle dit être traumatisée en raison des images violentes qu'elle devait traiter

Une ancienne modératrice souhaite attaquer son employeur, le réseau social Facebook, affirmant avoir été "traumatisée" par son expérience. La jeune femme, qui occupait le poste de "nettoyeur du web", avait pour mission de supprimer les photos/vidéos des réseaux sociaux contraires au règlement de Facebook. L'ancienne modératrice portera plainte via une procédure de recours collectif nous révèle l'agence de presse Reuters. 

Elle s’appelle Selena Scola et a occupé ce poste pendant neuf mois comme intérimaire au siège social de Facebook en Californie. Aujourd'hui, elle souffre de stress post-traumatique. Chaque jour, elle devait supprimer "des vidéos d'abus sexuel sur des enfants, de viols, de tortures, de pratiques zoophiles, de décapitations, de suicides...", selon le conseil de l'ex-employée. 

De nombreux employés de la société de la Silicon Valley se sont déjà plaints des conditions de travail des modérateurs du site, d'après le document judiciaire. Selena dénonce une mauvaise prise en charge et un manque de soutien pour tous les modérateurs. "Facebook ignore son devoir de fournir un espace de travail sûr et se repose plutôt sur une succession de travailleurs indépendants qui sont irrémédiablement traumatisés par ce qu'ils ont vu au travail ", a déclaré son avocat, Korey Nelson. 

En effet, l'entreprise emploie très souvent des modérateurs en contrat d’intérimaires et la plupart des "nettoyeurs" sont philippins. Ces filtres humains sont des milliers à être employés par Facebook. Certains salariés affirment être lourdement traumatisés. Facebook aurait d'ailleurs reconnu que le travail demandé est particulièrement compliqué, mais la directrice des communications d'entreprise, Roberta Thomson a certifié qu'une assistance psychologique est mise à disposition des employés.

Ailleurs sur le web

Vos réactions